L’ap­pel du la­gon

C’est le mouillage le plus po­pu­laire de la Côte d’Azur. Au coeur de la sai­son, on peut comp­ter plus de mille ba­teaux à l’ancre, dis­sé­mi­nés entre et au­tour des îles de Lé­rins. Au me­nu, eaux tur­quoise, bai­gnade, far­niente et dé­cou­verte des îles.

Neptune Yachting Moteur - - Spécial Côte d’Azur - Texte Mi­chel Lui­zet - Pho­tos de l’au­teur

Tu vas aux îles ce ma­tin ?» C’est la ques­tion la plus fré­quem­ment po­sée les mois d’été sur les pon­tons des ma­ri­nas de Fré­jus à An­tibes, en pas­sant par Golfe-Juan, Cannes et Man­de­lieu. Dès l’ar­ri­vée des beaux jours, les îles de Lé­rins de­viennent le point de conver­gence d’une co­horte in­ter­mi­nable de ba­teaux qui ont choi­si d’y pas­ser la jour­née. La po­si­tion cen­trale des îles, à por­tée de gaffe des prin­ci­paux ports de la ré­gion, ex­plique bien des choses.

Un mouillage di­vin à proxi­mi­té de tout

Cannes ? Dix mi­nutes porte à porte. An­tibes ? Vingt-cinq mi­nutes à tout cas­ser. Pour les traw­lers, poin­tus et autres coques à dé­pla­ce­ment, c’est un peu plus long. Il suf­fi­ra d’avan­cer lé­gè­re­ment l’heure du dé­part. Vous se­rez sûr alors de pou­voir y trou­ver un an­crage qui convient à l’équi­page. Car les places sont chères aux Lé­rins, et il faut par­fois jouer des coudes ou plu­tôt des dé­fenses, pour mouiller dans de bonnes condi­tions à l’en­droit choi­si. La proxi­mi­té de l’ar­chi­pel ne jus­ti­fie pas à lui seul cet en­goue­ment pour les îles. Il suf­fit de prendre un peu de hauteur pour com­prendre ce qui at­tire les plai­san­ciers comme des ai­mants : deux îles pré­ser­vées à cou­per le souffle avec, entre et tout au­tour, un la­gon « avec des fonds ma­rins aux cou­leurs in­ouïes » dixit le pho­to­graphe Yann Ar­thus-Ber­trand qui a eu un coup de coeur pour le site. On com­prend mieux pour­quoi, dès les beaux jours, des

mil­liers de plai­san­ciers mettent cap sur l’ar­chi­pel, vé­ri­table havre de paix exo­tique, à la fois si près et si loin de Cannes, la ville paillette. Les zones les plus pri­vi­lé­giées sont celles qui offrent des fonds to­ta­le­ment sa­bleux, là où le dé­gra­dé d’éme­raude est le plus in­tense.

Mouiller à touche-touche…

Au pic du mois d’août, la sur­fré­quen­ta­tion de l’entre-deux îles était de­ve­nue un pro­blème. Les au­to­ri­tés ont été contraintes d’y mettre un peu d’ordre. De­puis la fin des an­nées 2000, un che­nal in­ter­dit au mouillage a été mis en place entre Sainte-Mar­gue­rite et Saint-Ho­no­rat. C’est un peu moins l’anar­chie mais le ba­li­sage n’a pas eu d’im­pact sur le nombre de ba­teaux. Mouiller à tou­che­touche fait par­tie du folk­lore des îles de Lé­rins. Les pe­tites coques open de 4 mètres y cô­toient des yachts de 100 pieds, pour par­ta­ger des mo­ments de bai­gnade, far-

niente, et re­pas au­tour d’une bonne bou­teille de ro­sé. Voi­là un cas pra­tique in­té­res­sant pour nos so­cio­logues. Pour ceux qui sont al­ler­giques à cette forme de pro­mis­cui­té (et il y en a beau­coup !), il existe des so­lu­tions de re­pli. Sainte-Mar­gue­rite cô­té cap Croi­sette, est la plus belle échap­pa­toire. On y jette l’ancre au pied du fort Vau­ban, for­ti­fié par les Es­pa­gnols puis par Vau­ban au XVII siècle. Quelques mé­gayachts se tiennent à bonne dis­tance du mouillage, pro­fi­tant de fonds qui leur per­mettent de s’an­crer en toute sé­cu­ri­té.

Gare à la car­di­nale sud des Moines

On peut dé­bar­quer fa­ci­le­ment sur Sainte-Mar­gue­rite. L’île, de 3 km de long sur 900 m de large, ap­par­tient à l’État et à la ville de Cannes, ex­cep­té une pro­prié­té pri­vée ven­due en 2008 à un in­dus­triel in­dien pour la somme mo­dique de... 38 mil­lions d’eu­ros. Les plai­san­ciers les plus ex­pé­ri­men­tés met­tront le cap sur la côte sud de Saint-Ho­no­rat. C’est la plus « mal pa­vée » mais aus­si la plus sau­vage. La car­di­nale sud « les Moines » n’a pas bonne ré­pu­ta­tion et cer­taines roches af­fleu­rant se sou­viennent en­core des ba­teaux im­pru­dents qui ont né­gli­gé le ba­li­sage. Pour­tant, c’est ici que l’on peut mouiller par beau temps, au mi­lieu de fond cris­tal­lins, face au mo­nas­tère for­ti­fié, presque seul au monde !

St-Ho­no­rat (au pre­mier plan) et Ste-Mar­gue­rite forment l’ar­chi­pel de Lé­rins. La pho­to a été prise avant la mise en place du ba­li­sage créant un che­nal cen­tral in­ter­dit au mouillage.

Le pe­tit port des Moines est au­to­ri­sé à tous les ba­teaux à mo­teur de moins de 8 m de long. Vous pou­vez vous y amar­rer gra­tui­te­ment pen­dant une du­rée li­mi­tée à six heures.

La tour re­fuge des Moines en cas d’at­taque par les Sar­ra­sins se dresse au sud de l’île de SaintHo­no­rat de­puis le XII siècle. Les plai­san­ciers qui mouillent à proxi­mi­té dans une eau peu pro­fonde peuvent la vi­si­ter de­puis 2015.

Le mouillage le long de la côte sud de St-Ho­no­rat, au pied du mo­nas­tère, est d’une beau­té sai­sis­sante. Mais gare aux roches af­fleu­rant !

Les yachts viennent mouiller nom­breux de­vant le fort royal de SainteMarguerite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.