• Oryx 379

Construit par le chan­tier émi­ra­ti Gulf Craft, ce sport­crui­ser au de­si­gn soi­gné ne passe pas in­aper­çu avec ses trois Mer­cu­ry Ve­ra­do ac­cro­chés au ta­bleau ar­rière. De quoi faire par­ler la poudre en na­vi­ga­tion à bord d’un mo­dèle aus­si so­lide que bien pen­sé.

Neptune Yachting Moteur - - Sommaire - Texte Marc Fleu­ry - Pho­tos DR et l’au­teur

Par­mi les ba­teaux dé­cou­verts à l’oc­ca­sion des der­niers sa­lons d’au­tomne, l’Oryx 379 rem­porte cer­tai­ne­ment la palme du mo­dèle le plus sur­pre­nant. Aper­çu dans un pre­mier temps au sec au Cannes Yach­ting Fes­ti­val avant d’être pré­sen­té à flot au sa­lon de Gênes, ce wal­ka­round à la sil­houette spor­tive en diable ne manque pas d’ar­gu­ments pour ver­nir ti­tiller la concur­rence eu­ro­péenne sur le seg­ment en plein boom de la ve­dette mo­to­ri­sée en hors-bord. Mar­quant le re­tour sur le de­vant de la scène de l’une des marques construite­s par le chan­tier Gulf Craft, ba­sé aux Emi­rats arabes unis, l’Oryx 379 ne passe pas in­aper­çu avec son de­si­gn si­gné Hus­sein Al­shaa­li. Comme son nom l’in­dique, le ba­teau pré­sente des traits s’ins­pi­rant no­tam­ment de l’Oryx d’Ara­bie. Une fi­lia­tion qui res­semble un peu trop à un ar­gu­ment mar­ke­ting au pre­mier

abord, mais qui se ré­vèle pour­tant loin d’être sans fon­de­ment. Avec sa sil­houette cam­brée et ses ou­ver­tures de bor­dées aux formes rap­pe­lant les cou­leurs du pe­lage de cet ani­mal gra­cieux, le ba­teau pré­sente une réelle al­lure no­va­trice. Les lignes gé­né­rales se dis­tinguent no­tam­ment par une al­lure puis­sante, une haute étrave pro­tec­trice, une forte ton­ture et un ar­rière cin­tré. Les formes gal­bées des sup­ports en alu­mi­nium du T-top contri­buent éga­le­ment au fort ca­rac­tère de la ve­dette. L’agen­ce­ment du pont – re­cou­vert de teck syn­thé­tique – n’est pas exempt d’ori­gi­na­li­té. À l’ar­rière, le bain de so­leil se sou­lève élec­tri­que­ment pour dé­voi­ler une vaste soute tech­nique. Idéale pour le sto­ckage à bord de cette ver­sion, elle est aus­si suf­fi­sam­ment spa­cieuse pour abri­ter deux mo­teurs in board si les pro­prié­taires optent pour ce type de pro­pul­sion. De chaque cô­té, des pas­sages sy­mé­triques fa­ci­litent la cir­cu­la­tion, et la pré­sence de por­tillons en in­ox ma­té­ria­lise les li­mites de l’es­pace de vie.

Vi­si­bi­li­té idéale pour le pi­lote

Le cock­pit s’ar­ti­cule au­tour d’un grand sa­lon, dont la ban­quette en C per­met à six per­sonnes de prendre place confor­ta­ble­ment. La table en teck se dé­plie per­pen­di­cu­lai­re­ment le long des ban­quettes de fa­çon à of­frir une vaste sur­face pour les re­pas au mouillage. En face, un meuble à ra­bat dis­si­mule no­tam­ment un gril et un ré­fri­gé­ra­teur. Comp­tant trois vitres tein­tées, le T-top pro­tège ef­fi­ca­ce­ment le poste de pi­lo­tage. L’em­pla­ce­ment éle­vé des écrans Gar­min les rend par­fai­te­ment li­sibles tan­dis que la po­si­tion des ma­nettes de gaz, à droite du siège dé­dié au pi­lote, est par­faite d’un point de vue er­go­no­mique. Le bar­reur bé­né­fi­cie à ce titre d’une si­tua­tion cen­trale idéale concer­nant la vi­si­bi­li­té en na­vi­ga­tion. Ce­rise sur le gâ­teau, ce mo­dèle conçu pour na­vi­guer à haute vi

Af­fi­chant un pro­gramme ré­so­lu­ment spor­tif, l’Oryx 379 est un ré­gal barre en main pour les ama­teurs de sen­sa­tions fortes. 38

39

Avec son hard­top lais­sant pas­ser la lu­mière et ses grands bains de so­leil, l’Oryx 379 a été pen­sé pour pro­fi­ter de la vie au mouillage.

Ce sport-crui­ser offre un par­fait com­pro­mis entre es­paces ex­té­rieurs et confort in­té­rieur. Quatre per­sonnes peuvent pas­ser une nuit à bord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.