FAIR­LINE SQUA­DRON 68 Nou­veau fer de lance

Signé Al­ber­to Man­ci­ni, le der­nier na­vire ami­ral de Fair­line abrite de beaux vo­lumes et un agen­ce­ment soi­gné. De quoi faire éta­lage des am­bi­tions du chan­tier bri­tan­nique.

Neptune Yachting Moteur - - Essai Yacht - Texte Marc Fleu­ry - Pho­tos l’au­teur et DR

Au sein d’un ca­ta­logue, le na­vire ami­ral fait tou­jour of­fice de témoignage du sa­voir-faire mai­son. Avec sa der­nière Squa­dron 68, Fair­line dé­montre avec brio sa maî­trise en ma­tière de grande ve­dette fly-bridge haut de gamme. Pre­mier mo­dèle sor­ti de l’usine de Hythe, sur la côte sud de l’An­gle­terre, ce ba­teau de plus de 20 mètres de lon­gueur hors­tout porte aus­si les am­bi­tions de la marque bri­tan­nique sur un nou­veau seg­ment... Un seg­ment où la concur­rence fait rage avec la pré­sence des Pres­tige, Prin­cess, Sun­see­ker, Ga­leon, Fer­ret­ti, Ab­so­lute et autres Azi­mut... Bien dé­ci­dé à jouer crâ­ne­ment sa chance, le chan­tier pas­sé sous ca­pi­taux russes en 2017 livre un mo­dèle très abou­ti, en termes de confort comme de de­si­gn.

Des in­no­va­tions as­tu­cieuses

Il faut dire qu’en la ma­tière, Fair­line se conjugue dé­sor­mais avec Al­ber­to Man­ci­ni. En quelques an­nées, le pro­li­fique designer ita­lien est par­ve­nu à in­suf­fler un nou­veau dy­na­misme à la marque, tout en par­ve­nant à conser­ver son lé­gen­daire clas­si­cisme. La ve­dette pré­sente ain­si une sil­houette par­ti­cu­liè­re­ment élan­cée, en dé­pit de ses grands vo­lumes. Un tour de force qui s’ex­plique no­tam­ment par les formes de ses ou­ver­tures la­té­rales ain­si que par le des­sin soi­gné de la cas­quette du fly-bridge, qui pré­sente des di­men­sions gi­gan­tesques. Ac­ces­sible par le biais d’un vé­ri­table es­ca­lier, ce fly peut dis­po­ser d’un vrai sa­lon ar­rière, là où la plu­part des chan­tiers ins­tallent des bains de so­leil. En plus du re­tour de com­mande, qui compte pas moins de trois écrans tac­tiles Garmin, on trouve à ce ni­veau un wet bar ain­si que deux confor­tables sa­lons. Le plus grand des deux, si­tué au centre, est en­tiè­re­ment pro­té­gé par le long hard­top qui pré­sente la par­ti­cu­la­ri­té d’être do­té d’une in­gé­nieuse ou­ver­ture à per­sienne. Au ni­veau du pont prin­ci­pal, l’autre belle in­no­va­tion ex­té­rieure est à al­ler cher­cher du cô­té de la plage de bain ar­rière. Conçue à la fa­çon d’un beach-club, on y trouve une ban­quette ain­si qu’une vé­ri­table douche, idéale après la bai­gnade. Men­tion­nons éga­le­ment l’agence

ment de la plage avant, qui in­clut un très agréable sa­lon, en plus d’un bain de so­leil. En­tiè­re­ment pro­té­gé par la cas­quette du fly­bridge, le cock­pit est si­tué au même ni­veau que la ti­mo­ne­rie. Les deux portes vi­trées et la fe­nêtre qui le sé­pare de la ti­mo­ne­rie s’ef­facent to­ta­le­ment, tan­dis que la si­tua­tion de la cui­sine a été pen­sée pour faire of­fice de trait d’union entre les es­paces de vie ex­té­rieur et in­té­rieur. Une vraie réus­site ! L’élé­gance sobre et contem­po­raine des amé­na­ge­ments de la ti­mo­ne­rie est mise en va­leur par la lu­mi­no­si­té na­tu­relle is­sue des larges ou­ver­tures la­té­rales, en plus de la grande baie vi­trée ar­rière.

Dé­tails soi­gnés et fi­ni­tions de qua­li­té

La cui­sine qui, en fonc­tion de la confi­gu­ra­tion re­te­nue, peut éga­le­ment prendre place au ni­veau du pont in­fé­rieur, s’in­tègre avec réus­site à l’en­semble. Le grand ré­fri­gé­ra­teur et ses nom­breux ran­ge­ments sont en ef­fet ha­bi­le­ment

dis­si­mu­lés der­rière des boi­se­ries. À no­ter que le construc­teur laisse le choix entre du chêne et du noyer, et des fi­ni­tions la­quées ou sa­ti­nées. Men­tion spé­ciale pour la cave à vin in­té­grée au bar et aux di­men­sions king size des plans de tra­vail. Un must pour les cui­si­niers ama­teurs ! La par­tie avant de la ti­mo­ne­rie est oc­cu­pée par un confor­table es­pace dé­dié aux re­pas. Là, comme dans le reste du ba­teau, on note le soin ap­por­té aux dé­tails et aux fi­ni­tions, no­tam­ment en ce qui concerne les formes du mo­bi­lier et les ma­tières, ain­si que le ni­veau ir­ré­pro­chable des fi­ni­tions. Sur­éle­vé et dé­por­té sur tri­bord, le poste de pi­lo­tage de­vance deux sièges Ben­sen­zo­ni. On re­trouve ici éga­le­ment trois écrans tac­tiles Garmin, ain­si qu’un écran de contrôle mo­teur spé­cia­le­ment dé­ve­lop­pé par le chan­tier. Au

ni­veau du pont in­fé­rieur, la Squa­dron 68 est pro­po­sée avec trois ou quatre ca­bines, la cui­sine ve­nant prendre place au pied de la des­cente si la pre­mière confi­gu­ra­tion est re­te­nue. Les pro­prié­taires peuvent éga­le­ment op­ter, en lieu et place d’une qua­trième ca­bine, pour un es­pace plus aé­ré au pied de la des­cente, ac­com­pa­gné d’un ca­bi­net de toi­lette fa­ci­le­ment ac­ces­sible.

Une in­so­no­ri­sa­tion re­mar­quable

Na­vi­guant sur une ca­rène si­gnée du ca­bi­net d’ar­chi­tec­ture hol­lan­dais Vri­pack, la Squa­dron 68 est pro­po­sée en ligne d’arbre avec deux Ca­ter­pillar C18 dé­ve­lop­pant cha­cun 1 150 ch ou deux mo­teurs MAN V8 de 1 200 ch. Es­sayé avec la pre­mière ver­sion, le ba­teau a at­teint 30 noeuds lors de l’es­sai, mais le construc­teur fait état d’une vi­tesse de pointe de 33 noeuds dans des condi­tions op­ti­males. En croi­sière, la ve­dette est à son aise aux alen­tours de 21-22 noeuds en se ca­lant à 2000 tr/m. Élé­ment im­por­tant lors de longues na­vi­ga­tions, l’in­so­no­ri­sa­tion est re­mar­quable dans la ti­mo­ne­rie. Un ar­gu­ment de plus pour le nou­veau fer de lance du chan­tier an­glais, prêt à mon­trer les muscles pour se tailler une place au so­leil sur le mar­ché des grands fly.

102 Le re­tour de com­mande dis­pose d’une ins­tru­men­ta­tion très com­plète. No­tez l’in­gé­nieux sys­tème d’ou­ver­ture à per­sienne in­té­gré au hard-top. Tout en puis­sance, la nou­velle Squa­dron 68 est ca­pable d’at­teindre les 30 noeuds en na­vi­guant à plein ré­gime.

103

Up­tat nisl irius­ti onul­la ac­cum iril utat. Bo­rem nul­laore mo­lo­rem el et iu­rem zz­ri­lit lo­bore do­lor­tie do­lup­ta ti­nibh ea aut num deles

Les pan­neaux de noyer ver­ni in­té­grés au pla­fond dans le pro­lon­ge­ment des mon­tants sou­lignent le soin ap­por­té aux dé­tails en ma­tière de dé­co­ra­tion.

L’agen­ce­ment du pont prin­ci­pal té­moigne du bon équi­libre trou­vé entre les nom­breuses as­sises in­té­rieures et ex­té­rieures et la cir­cu­la­tion.

Ha­bi­le­ment dis­si­mu­lée der­rière des boi­se­ries - du chêne ou du noyer - la cui­sine est en lien di­rect avec le cock­pit.

Le poste de pi­lo­tage de­vance deux sièges Ben­sen­so­ni. Ceux-ci bé­né­fi­cient d’une po­si­tion sur­éle­vée amé­lio­rant la vi­si­bi­li­té du pi­lote.

Un confor­table ca­na­pé fait face à l’es­pace dé­dié aux re­pas dans la ti­mo­ne­rie. Ob­ser­vez les di­men­sions des ou­ver­tures la­té­rales.

Les trois écrans Garmin et le pan­neau de contrôle mo­teur dé­ve­lop­pé par Fair­line té­moignent du haut ni­veau d’ins­tru­men­ta­tion.

106

So­brié­té et élé­gance pour une mas­ter­ca­bin aux di­men­sions royales. 107

Der­rière la salle des ma­chines, les quar­tiers dé­diés à l’équi­page comptent une ca­bine avec deux cou­chettes su­per­po­sées.

À bord de la ver­sion trois ca­bines, un ca­bi­net de toi­lette sup­plé­men­taire peut prendre place à gauche de la des­cente.

Avec ses di­men­sions im­po­santes, le fly-bridge laisse rê­veur. L’ar­rière est oc­cu­pé par un très agréable sa­lon, do­té de ca­na­pés moel­leux.

Les mon­tants in­cli­nés du hard-top contri­buent à flui­di­fier la sil­houette gé­né­rale de cette grande ve­dette.

As­so­ciée à une salle de bain pri­vée, la ca­bine la­té­rale af­fiche une très belle hau­teur sous bar­rots.

À son ré­gime de croi­sière, la Squa­dron 68 na­vigue bien dans ses lignes aux alen­tours de 22 noeuds, à 2 000 tr/mn.

À l’ar­rière du fly-bridge, le wet­bar in­clut un évier, une plan­cha, un ré­fri­gé­ra­teur et une ma­chine à gla­çons.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.