Chez les Dub­bio­si, on a le gène de la pêche

Nice-Matin (Cannes) - - Cannes -

Nom : Dub­bio­si. Pré­nom : Gil­bert. Pê­cheur de­puis 53 ans. Amou­reux de la mer et de ce port de­puis tou­jours. « Nous, les Dub­bio­si, on a un truc avec l’eau... Quand j’étais gosse, mes pa­rents ne vou­laient pas que je me des­tine à la pêche, il fal­lait ab­so­lu­ment que je fasse des études. Mais c’était plus fort que moi... Au­jourd’hui, je suis à la re­traite, je conti­nue de pê­cher tous les jours. Je pars au pe­tit ma­tin, lorsque les pois­sons se ré­veillent... » Cha­cun ses ha­bi­tudes et ses ho­raires. « Cer­tains posent les fi­lets à trois heures du ma­tin et at­tendent le le­ver du jour...» Du coup, cette par­tie du port ré­ser­vée aux pê­cheurs est tou­jours en ac­ti­vi­té. Les ba­teaux entrent et sortent. Les pe­tits ca­ba­nons des pê­cheurs s’ouvrent et se ferment. Gil­bert Dub­bio­si a em­me­na­gé le sien à sa ma­nière : « C’est mon pe­tit bu­reau : il y a mes pa­piers, mon Dax (deux-roues), mes affaires et le chauf­fage pour bien sé­cher les vê­te­ments... » C’est là qu’il re­çoit les vi­si­teurs à qui il sort un siège. La pêche du jour ? « Moins que les autres ma­tins, on di­rait bien que le pas­sage des dau­rades se ter­mine... » Le pas­sage des dau­rades. Deux fois l’an. A ne pas lou­per. « Comme au prin­temps : le Saint-Pierre et le den­ti. Le reste du temps ce sont les pe­tits pois­sons de la soupe et les rou­gets. Tou­jours en pe­tite quan­ti­té : c’est une pêche ar­ti­sa­nale qui se pra­tique ici... » Re­con­nue aus­si : « On est quand même la Prud’hom­mie de pêche la plus im­por­tante jus­qu’à Mar­seille... Une tren­taine de pê­cheurs. » Des pê­cheurs qui, pour vivre, doivent mul­ti­plier les ac­ti­vi­tés. « Pour nous en sor­tir, nous de­vons in­ves­tir notre temps et notre ar­gent dans d’autres ac­ti­vi­tés que le pois­son. J’ai été taxi de mer pen­dant des an­nées. Mon fils a pris la re­lève et pro­pose aus­si du ski nau­tique du fly­board.. » C’est l’iden­ti­té des lieux. De­puis tou­jours le port à l’image de la ville joue sur les contrastes, « C’est dur c’est vrai, mais c’est beau aus­si. Et c’est ce qui me plaît moi ici... »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.