Meurtre d’Alexia Da­val : « Ma bel­le­fa­mille sa­vait tout », af­firme Jo­na­thann

Nice-Matin (Cannes) - - France/ Monde -

Le meur­trier pré­su­mé d’Alexia Da­val, qui avait avoué le meurtre de sa femme, ac­cuse dé­sor­mais la fa­mille de la jeune femme d’avoir mis en scène son dé­cès. Le 27 juin der­nier, Jo­na­thann Da­val, prin­ci­pal sus­pect dans le meurtre de sa femme Alexia Da­val, re­ve­nait sur ses aveux, af­fir­mant que c’était son beau­frère, le ma­ri de Stéphanie Gay, la soeur aî­née de la vic­time, qui avait tué la jeune femme lors d’une dis­pute fa­mi­liale, le 27 oc­tobre 2017.

Un « pacte se­cret »

« Ma belle-fa­mille sa­vait tout » des dé­tails de cette nuit, a af­fir­mé cet in­for­ma­ti­cien de 34 ans, face au juge, rap­porte Le Pa­ri­sien. Se­lon le meur­trier pré­su­mé, les membres de la fa­mille d’Alexia Da­val, ses pa­rents, Isa­belle et JeanPierre Fouillot, ain­si que sa soeur et son ma­ri, Stéphanie et Gré­go­ry Gay, au­raient alors conclu un « pacte se­cret ». Tous au­raient alors dé­ci­dé de mettre en scène la mort de la jeune femme avec le pré­texte du jog­ging puis­qu’elle por­tait jus­te­ment un sur­vê­te­ment ce soir-là. Ils au­raient éga­le­ment dé­ci­dé que c’était à Jo­na­thann de s’oc­cu­per de faire dis­pa­raître le corps. Ce der­nier af­firme ain­si avoir mis au cou­rant sa belle-fa­mille. Il es­time que son beau-frère au­rait brû­lé le corps d’Alexia afin de faire dis­pa­raître ses traces ADN. En dé­ten­tion pro­vi­soire de­puis le 30 jan­vier der­nier, Jo­na­thann Da­val est mis en exa­men pour « meurtre ag­gra­vé par conjoint », un crime pas­sible de la ré­clu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té.

(Pho­to AFP)

Jo­na­thann Da­val est mis en exa­men pour « meurtre ag­gra­vé par conjoint », il risque la ré­clu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.