FOOT­BALL Au tour de “Ti­ti”

En se lan­çant à Mo­na­co, Thier­ry Hen­ry re­joint le pe­tit groupe des cham­pions du monde de France-98 de­ve­nus en­traî­neurs. Zi­dane et Des­champs mènent le bal

Nice-Matin (Cannes) - - Sports -

Des­champs, Mon­sieur deux étoiles

A peine sa car­rière de joueur ter­mi­née, Di­dier Des­champs dé­marre en 2001 sa vie d’en­traî­neur à Mo­na­co, un club avec le­quel il réa­lise une su­perbe épo­pée en Ligue des cham­pions en 2004, jus­qu’à la fi­nale per­due contre Por­to. L’an­cien ca­pi­taine des Bleus passe en­suite à la Ju­ven­tus Tu­rin, qu’il fait re­mon­ter en pre­mière di­vi­sion, puis ar­rive à Mar­seille. A l’OM, dont il fut un joueur em­blé­ma­tique, il rem­porte le cham­pion­nat de France en 2010 et trois Coupes de la Ligue, met­tant fin à vingt ans de di­sette. Sé­lec­tion­neur des Bleus de­puis 2012, il en­chaîne les suc­cès : fi­nale de l’Eu­ro-2016 puis sacre à la Coupe du monde 2018. Après le Bré­si­lien Ma­rio Za­gal­lo et l’Al­le­mand Franz Be­cken­bauer, il est le troi­sième homme à rem­por­ter le Mon­dial comme joueur puis comme sé­lec­tion­neur.

Blanc pa­tiente

Laurent Blanc dé­bute sa car­rière d’en­traî­neur aux Gi­ron­dins de Bor­deaux en 2007. Ses pre­mières an­nées sont brillantes, à l’image du titre de cham­pion de France rem­por­té en 2009, et lui offrent les rênes de l’équipe de France de 2010 à 2012. Dans une pé­riode de tran­si­tion pour les Bleus, après le scan­dale du Mon­dial-2010, son bail est mar­qué par des per­for­mances en dents de scie et la po­lé­mique de l’af­faire des quo­tas. Il l’achève sur un quart de fi­nale à l’Eu­ro-2012, per­du 2-0 contre l’Es­pagne, te­nant du titre et fu­tur vain­queur du tour­noi. En 2013, il ob­tient le poste pres­ti­gieux d’en­traî­neur du PSG ver­sion qa­ta­ri. A la tête du club de la ca­pi­tale, il rem­porte une ky­rielle de titres na­tio­naux mais ne par­vient pas à briller sur la scène eu­ro­péenne. Il est re­mer­cié en juin 2016 avec une in­dem­ni­té re­cord de 22 mil­lions d’eu­ros. Sans poste de­puis, il es­père une pro­po­si­tion d’un club de stan­ding.

Le tri­plé royal de Zi­dane

Zi­né­dine Zi­dane ne fait rien comme tout le monde. Ses deux sai­sons et de­mie à la tête du Real en sont un élo­quent exemple. Après s’être in­tel­li­gem­ment pré­pa­ré en tant qu’ad­joint de Car­lo An­cel­lo­ti et en­traî­neur de la ré­serve du club ma­dri­lène, il prend les com­mandes de l’équipe prin­ci­pale en jan­vier 2016. Il rem­porte tout ou presque, no­tam­ment trois Ligues des cham­pions consé­cu­tives, du ja­mais vu pour un en­traî­neur. Le 1er juin, il quitte son poste à la sur­prise gé­né­rale mais au som­met, sans doute de peur de faire l’an­née de trop après tant de suc­cès. Son nom cir­cule pour prendre la tête, le mo­ment ve­nu, de l’équipe de France, quand Di­dier Des­champs en au­ra ter­mi­né avec les Bleus.

Viei­ra, la French Ri­vie­ra

Après avoir fait ses classes chez les équipes de jeunes de Man­ches­ter Ci­ty, l’ex-mi­lieu de ter­rain Pa­trick Viei­ra a vé­ri­ta­ble­ment dé­mar­ré sa car­rière d’en­traî­neur aux Etats-Unis, au New York Ci­ty FC (2016-2018), une ex­pé­rience pro­bante qui a pous­sé Nice à l’at­ti­rer cette sai­son. Le club de la Côte d’Azur s’offre ain­si un grand nom et le lon­gi­ligne cham­pion du monde, une chance de se mon­trer dans un cham­pion­nat plus ex­po­sé. Les dé­buts sont mi­ti­gés avec une 12e place en de­çà des at­tentes.

Hen­ry se lance

C’est main­te­nant au tour de Thier­ry Hen­ry de se lan­cer avec Mo­na­co, à la suite du li­mo­geage de l’en­traî­neur Leo­nar­do Jar­dim. Au­pa­ra­vant, le meilleur bu­teur de l’his­toire de l’équipe de France (51 buts) était en­traî­neur-ad­joint de la sé­lec­tion belge. C’est un gros dé­fi qui l’at­tend, à la tête d’un club ac­tuel­le­ment 18e de Ligue 1. Il de­vient le 4e cham­pion du monde 1998 à di­ri­ger un club de Ligue 1, après Di­dier Des­champs, Laurent Blanc et Pa­trick Viei­ra. Il est aus­si le 7e joueur de 98 à em­bras­ser la car­rière d’en­traî­neur, puis­qu’outre les pré­cé­dents noms ci­tés, Ber­nard Dio­mède di­rige l’équipe de France des moins de 19 ans et que Lio­nel Char­bon­nier, ac­tuel­le­ment sans club et consul­tant dans les mé­dias, a réa­li­sé un par­cours d’en­traî­neur aty­pique à Ta­hi­ti, puis en In­do­né­sie, avant de re­ve­nir en Eu­rope pour en­traî­ner un club belge puis Istres. Alain Bo­ghos­sian, lui, a un temps fait par­tie de la di­rec­tion tech­nique na­tio­nale à la FFF mais n’a en­core ja­mais en­traî­né d’ef­fec­tif pro­fes­sion­nel. Hen­ry re­trouve le club où il a dé­mar­ré sa car­rière de foot­bal­leur il y a vingt-cinq ans. « Un jo­li clin d’oeil du des­tin », a-t-il com­men­té sur les ré­seaux so­ciaux. sur cer­tains points et j’ai pré­fé­ré ne pas res­ter » , af­firme-t-il. Pour l’heure, Ndom­bé­lé parle peu mais « re­garde beau­coup » ses co­équi­piers pour ap­prendre à leur contact. Il cite Paul Pog­ba par­mi ses « tu­teurs » à Clai­re­fon­taine. Hier : Mar­di :

Ligue B

Slo­va­quie - Rép. Tchèque

- Ir­lande - Da­ne­mark -

Ligue C

Nor­vège - Slo­vé­nie Bul­ga­rie - Chypre

Ligue D

Géor­gie - An­dorre - Let­to­nie - Ka­za­khs­tan - Ar­mé­nie - Gi­bral­tar - Ma­cé­doine - Liech­ten­stein -

Af­faire Bel­grade : la LFP sou­tient le PSG

La Ligue de foot­ball pro­fes­sion­nel (LFP) fran­çaise a ma­ni­fes­té sa­me­di « son sou­tien » et sa « confiance » à l’égard du PSG, après l’ou­ver­ture par la jus­tice d’une en­quête sur des soup­çons de tru­cage du match de Ligue des cham­pions contre l’Etoile Rouge (-), le  oc­tobre. « Cette af­faire met en cause des per­sonnes gra­vi­tant au­tour du club serbe », af­firme l’ins­tance fran­çaise dans un com­mu­ni­qué. Dans la fou­lée, Pre­mière Ligue, le syn­di­cat des prin­ci­paux clubs de Ligue  a ap­por­té son « sou­tien to­tal » au PSG. Une en­quête pré­li­mi­naire a été ou­verte à Pa­ris sur des soup­çons de tru­cage du match de C PSG-Etoile Rouge de Bel­grade du  oc­tobre.

Ma­ra­do­na s’en prend à Mes­si

- - Ha­bi­tué aux sor­ties chocs, Die­go Ma­ra­do­na n’a pas épar­gné Lio­nel Mes­si dans un en­tre­tien à Fox Sports. « Nous ne de­vrions plus dé­fier Mes­si. Il est Mes­si quand il joue pour Bar­ce­lone. Mes­si est Mes­si quand il porte ce maillot, et c’est un autre Mes­si avec l’Ar­gen­tine. C’est un ex­cellent joueur mais ce n’est pas un lea­der. Il est inu­tile d’es­sayer de faire un lea­der avec un homme qui va aux toi­lettes  fois avant un match », a-t-il dé­cla­ré, en ré­fé­rence à l’ex­trême ner­vo­si­té de Mes­si avant les matches im­por­tants.

Thier­ry Hen­ry, Pa­trick Viei­ra, Zi­ne­dine Zi­dane et Di­dier Des­champs : car­ré d’as.

(Pho­tos AFP)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.