« L’ap­pa­ri­tion de nou­velles al­liances po­li­tiques »

Nice-Matin (Menton) - - Le Fait Du Jour -

Alexandre Taithe est cher­cheur à la Fon­da­tion pour la re­cherche stra­té­gique. Par­mi ses mul­tiples spé­cia­li­tés, ses études sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques et les ques­tions qui y sont liées – comme les né­go­cia­tions au coeur de la Cop21 – font d’Alexandre Taithe un ex­pert tout in­di­qué pour dé­cryp­ter les en­jeux géo­po­li­tiques de la « Confé­rence des par­ties » qui s’ouvre au­jourd’hui. « Ce qui me pa­raît in­té­res­sant, c’est le fait que ces né­go­cia­tions cli­mat – plus tech­niques que po­li­tiques à pro­pre­ment par­ler – sont de na­ture à mo­di­fier les re­la­tions in­ter­na­tio­nales. » Pas aus­si pro­fon­dé­ment qu’un su­jet comme le désar­me­ment, tou­te­fois. « Mais on voit des al­liances in­édites. Au­jourd’hui, le couple qui donne le “la” c’est États-Unis Chine. Et ce de­puis 2009 et la confé­rence de Copenhague. En 2013, ces deux pays re­pré­sen­taient 44 % des émis­sions de gaz à ef­fet de serre. Faire un ac­cord sans eux n’a pas de sens. Et mal­heu­reu­se­ment, ce sont les moins-di­sants qui ont don­né la to­na­li­té de la né­go­cia­tion, son cadre et son am­bi­tion. » D’où l’échec scien­ti­fique de Copenhague. « Mais cette réunion a vu la mise en place d’un nou­veau mé­ca­nisme po­li­tique », pour­suit-il. « Et plu­tôt contre l’Union eu­ro­péenne, qui est un ac­teur proac­tif. Ren­dez-vous compte : ima­gi­ner un rap­pro­che­ment États-Unis - Chine contre l’Eu­rope, était as­sez in­vrai­sem­blable il n’y a pas si long­temps… »

Al­liances in­at­ten­dues

Autre phé­no­mène géo­po­li­tique lié à ces né­go­cia­tions : « l’ap­pa­ri­tion de nou­velles po­la­ri­sa­tions. No­tam­ment au sein des pays du Sud [le G77, qui compte 120 pays, plus la Chine, Ndlr] où le front n’est plus aus­si uni qu’il y a 4 ou 5 ans. Les pays les moins avan­cés et les plus ex­po­sés montrent du doigt la Chine et l’Inde, les grands émer­gents, en leur di­sant : “Vous ne pou­vez pas conti­nuer à pol­luer pour vous dé­ve­lop­per.” Tout en di­sant aux pays his­to­ri­que­ment forts de faire l’ef­fort. Il y a là une nette frac­ture entre ces pays et les grands émer­gents. » « Ces né­go­cia­tions », ter­mine Alexandre Taithe, « ont créé de nou­veaux rap­pro­che­ments et des éloi­gne­ments se­lon les cir­cons­tances : Chine-USA; Chine-Inde; Inde-Pa­kis­tan. Ce n’est pas ano­din. Mais pas for­cé­ment du­rable et de na­ture à mo­di­fier les re­la­tions in­ter­na­tio­nales. Mais ça re­nou­velle les cartes. » GUI. BERTOLINO

Alexandre Taithe est cher­cheur à la Fon­da­tion pour la re­cherche stra­té­gique. (DR)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.