Plus de 60 000 mé­lo­manes pas clas­siques du tout

En concluant trois jours de mu­sique clas­sique dans tous ses états par un hom­mage aux grands films de science-fic­tion et par la voix de Simone Kermes, le fes­ti­val « C’est pas clas­sique » a bat­tu un nou­veau re­cord

Nice-Matin (Menton) - - Côte D’azur - GUILLAUME BERTOLINO

Sur la grande scène de la salle Apol­lon, l’or­chestre phil­har­mo­nique de Nice. À la ba­guette, Phi­lippe Au­guin. Et sur l’écran géant juste der­rière, les plus grands suc­cès d’un genre au­quel on ne pense pas tou­jours quand on parle mu­sique clas­sique : Star Trek, Star Wars. Et bien en­ten­du le 2001 l’Odys­sée de l’es­pace de Stan­ley Ku­brick. Et la mu­sique de Strauss, élé­ment struc­tu­rant d’une oeuvre épique où évo­lu­tion de l’Homme et in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle sont, pour la pre­mière fois, mises en scène dans un même film. Puis le thème de Star Wars, sans doute l’un des plus connus com­po­sés par John Williams, pren­dra aus­si toute sa di­men­sion grâce à l’en­semble mu­si­cal ni­çois. Après les ex­pé­ri­men­ta­tions sym­pho­ni­co-bi­naires de la veille – lorsque le DJ my­thique de Dé­troit, Der­rick May, a mixé en live avec l’or­chestre ré­gio­nal de Cannes PACA – cette 11e édi­tion de « C’est pas clas­sique » avait vrai­ment de la res­source. Et a su souf­fler un vé­ri­table vent de fraî­cheur, d’op­ti­misme et de culture dans cette pé­riode post-trau­ma­tique. « Cette an­née est par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tante pour ce­la », in­di­quait en cou­lisses Eric Ciot­ti, le pré­sident du con­seil dé­par­te­men­tal, or­ga­ni­sa­teur de l’évé­ne­ment. « On s’était po­sé la ques­tion de main­te­nir le ren­dez-vous au len­de­main du 13 no­vembre. Mais le main­te­nir c’était la culture en ré­ponse à la bar­ba­rie. On ne pou­vait pas perdre de nou­veau face à ces ter­ro­ristes en an­nu­lant le fes­ti­val ». Une vic­toire qui s’ex­prime aus­si en chiffres. Avec plus de 60 000 spec­ta­teurs ve­nus gra­tui­te­ment au Pa­lais Acro­po­lis de Nice. Dé­fier la mo­ro­si­té am­biante et les empêcheurs de vivre en­semble. Un mo­ment de bon­heur qui s’est ache­vé par la pres­ta­tion in­croyable de Simone Kermes, l’ar­tiste ly­rique la plus de­man­dée des grands fes­ti­vals in­ter­na­tio­naux.

(DR)

Sa­me­di soir, à Acro­po­lis, les boucles élec­tro de Der­rick May ont cô­toyé les ar­ran­ge­ments de l’or­chestre ré­gio­nal de Cannes PACA.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.