Men­ton : l’élec­tri­cien pète les plombs et agresse un contrô­leur et des po­li­ciers

Nice-Matin (Menton) - - Côte D’azur -

Jo­seph, un élec­tri­cien de 23 ans, ve­nait, pa­raît-il, de faire la fête dans le VieuxNice. Dans le train qui le ra­me­nait di­manche, vers 13 h 25, à Men­ton, il a som­bré dans une tor­peur liée à sa sur­con­som­ma­tion d’al­cool. Ar­ri­vé à des­ti­na­tion, le contrô­leur SNCF a eu toutes les peines du monde à le faire sor­tir du wa­gon. Une fois ré­veillé, l’usa­ger s’est mon­tré par­ti­cu­liè­re­ment agres­sif et violent. « J’ai mal ré­agi », ad­met le jeune homme, tout pe­naud. Après avoir pas­sé un di­manche en garde à vue, il com­pa­rais­sait hier après-mi­di devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Nice. « Vous n’aviez pris que de l’al­cool ? », s’in­ter­roge la pré­si­dente Lau­rie Du­ca. « J’ai per­du mes moyens. Il m’a pous­sé. J’ai eu une mau­vaise ré­ac­tion .» Le jeune homme très éner­vé a as­sé­né un coup-de-poing au vi­sage d’Her­vé le che­mi­not: « Je l’ai bien dé­fon­cé, il l’a bien mé­ri­té », a confié l’agres­seur aux po­li­ciers ve­nus l’ap­pré­hen­der.

In­ter­pel­la­tion mus­clée L’in­ter­pel­la­tion s’est éga­le­ment mal pas­sée. L’élec­tri­cien a tor­du les doigts d’un po­li­cier, ou­tra­gé les autres tout en hur­lant : « J’aime pas la bleu­saille !». « Il a été violent avec moi. Je suis sûr à 100 % de ne pas lui avoir tor­du les doigts », se dé­fend le pré­ve­nu. « Comment vous ex­pli­quez ses bles­sures ? », ques­tionne la pré­si­dente qui dis­pose d’un cer­ti­fi­cat mé­di­cal édi­fiant. Le pré­ve­nu est mal em­bar­qué d’au­tant qu’en mars der­nier, la justice l’a mis à l’épreuve. Il avait conduit une voi­ture sous l’ef­fet de stu­pé­fiants. Le pro­cu­reur Chas­sain re­laie l’exas­pé­ra­tion des fonc­tion­naires de po­lice de Men­ton, de plus en plus sou­vent l’ob­jet d’ou­trages et de ré­bel­lions. Pour soi­gner l’ad­dic­tion, le ma­gis­trat a une mé­thode ra­di­cale : « Je pro­pose l’abs­ti­nence to­tale avec une in­car­cé­ra­tion de huit mois .» Me Ca­nale constate que son client « évo­lue cres­cen­do dans son par­cours ju­di­ciaire. Il faut sé­vir mais avec une sanc­tion pro­por­tion­nelle. Il tra­vaille, il est hé­ber­gé, il a be­soin de soins. »

Quatre mois de pri­son Re­con­nu cou­pable hier soir d’ou­trages, ré­bel­lions et vio­lences sur per­sonnes dé­po­si­taires de l’au­to­ri­té pu­blique, le jeune élec­tri­cien a été condam­né à quatre mois de pri­son à exé­cu­ter sur le champ. Les po­li­ciers, dé­fen­dus par Me Va­lé­rie Fé­vrier ont ob­te­nu des dom­mages et in­té­rêts (de 200 à 500 eu­ros).Une autre au­dience chif­fre­ra le pré­ju­dice du contrô­leur frap­pé par un usa­ger dé­ci­dé­ment in­con­trô­lable. CH. P.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.