PERFORMA, FES­TI­VAL DE PER­FOR­MANCES

01 NEW YORK

Numero Art - - Novembre Sommaire - PAR ANN BINLOT

PERFORMA a été créée en 2004. Cette bien­nale new-yor­kaise dé­diée à la per­for­mance et aux arts de la scène est née d’un constat, ce­lui de l’his­to­rienne de l’art, cri­tique et conser­va­trice Roselee Goldberg. Celle-ci s’est aper­çue que le New York qu’elle avait connu à la fin des an­nées 70 n’exis­tait plus, que la créa­ti­vi­té qui ani­mait des quar­tiers tels que So­ho ou l’east Vil­lage s’était len­te­ment mais sû­re­ment éva­nouie. Plu­tôt que de dé­mé­na­ger à Shan­ghai ou à Londres comme bien d’autres créa­teurs new-yor­kais, elle a choi­si de res­ter. Elle a alors lan­cé Performa, bien dé­ci­dée à culti­ver les idées et à re­cons­truire cet es­prit. “Une né­ces­si­té ab­so­lue”, se sou­vient-elle.

Au­teure d’un ou­vrage qui fait ré­fé­rence en la ma­tière, La Per­for­mance, du fu­tu­risme à nos jours (1), Roselee Goldberg trou­vait aus­si que la per­for­mance mé­ri­tait une place plus im­por­tante dans l’his­toire de l’art : “J’ai tou­jours pen­sé que ce mé­dium était con­si­dé­ré comme ‘off’ alors qu’il est tout à fait cen­tral. À mon avis, on igno­rait la sub­stance même de l’his­toire de l’art du XXE siècle, c’est pour­quoi j’ai écrit ce livre en 1979. Et puis je me suis dit qu’il était temps que le pu­blic s’y in­té­resse, à grande échelle, et avec un pro­gramme d’am­pleur qui cap­tive les gens, pour qu’ils en re­de­mandent.”

Performa 17 se dé­ploie­ra cet au­tomne dans toute la ville. Se­lon les or­ga­ni­sa­teurs, “le thème his­to­rique de la bien­nale, ‘100 de­grees above Da­da’ est ins­pi­ré par l’ex­po­si­tion de Pierre Res­ta­ny en 1961 in­ti­tu­lée ‘40 de­grés au-des­sus de Da­da’”. Ce cri­tique d’art du nou­veau réa­lisme fran­çais vou­lait ré­exa­mi­ner le mou­ve­ment da­da au-de­là de ses ori­gines ni­hi­listes, mais aus­si re­con­si­dé­rer son lan­gage et sa poé­sie dans un contexte mo­derne.”

Avec sa pe­tite équipe, Roselee Goldberg re­cherche des pro­jets pour chaque bien­nale et dé­niche des per­for­mers tout au­tour de la pla­nète. Si quelques ar­tistes oc­ci­den­taux tels Kel­ly Nipper (États-unis) ou Tarik Kiswanson (France/suède) se­ront pré­sents pour cette édi­tion 2017, la grande ma­jo­ri­té est ori­gi­naire du conti­nent afri­cain, comme Zanele Muholi et Tra­cey Rose (Afrique du Sud) ou Wan­ge­chi Mu­tu (Ke­nya).

Back in the ear­ly aughts, Goldberg no­ti­ced that the New York she dis­co­ve­red in the late 70s was no lon­ger there, that the sense of creativity and com­mu­ni­ty which once ran ram­pant in neigh­bo­rhoods like So­ho and the East Vil­lage was slow­ly fa­ding away. But ra­ther than de­camp to Shan­ghai or Lon­don, as ma­ny of the crea­tives in the ci­ty were doing, Goldberg in­sis­ted on staying put and star­ting Performa, in 2004, as a place to pro­mote per­for­mance art, culti­vate ideas and build a sense of com­mu­ni­ty. “I thought it was an ab­so­lute ne­ces­si­ty,” she explains. The au­thor of the se­mi­nal tome Per­for­mance Art: From Fu­tu­rism to the Present “al­ways felt per­for­mance was trea­ted as a side show, whe­reas per­for­mance is ac­tual­ly real­ly cen­tral to the his­to­ry of art. The his­to­ry, the real se­rious meat of the his­to­ry of 20th cen­tu­ry art was, I thought, left out, so I wrote that book in 1979. Then I felt it was time to make the sub­ject real­ly pu­blic, on a big scale, to do it on a plat­form that would grab people and get them ex­ci­ted.”

Performa 17 takes place this No­vem­ber all across New York Ci­ty un­der the ban­ner 100 De­grees Above Da­da, ins­pi­red by Pierre Res­ta­ny’s 1961 ex­hi­bi­tion 40 de­grés au-des­sus de Da­da. Goldberg and her team scour the pla­net for each edi­tion’s pro­gram­ming, and while Performa 17 in­cludes a handful of Wes­tern ar­tists – in­clu­ding Kel­ly Nipper (US) and Tarik Kiswanson (France/swe­den) – the vast ma­jo­ri­ty of this year’s se­lec­tion comes from Afri­ca, among them Zanele Muholi and Tra­cey Rose (both South Afri­cans) and the Ke­nyan Wan­ge­chi Mu­tu.

New York GLO­BAL PER­FOR­MANCE

WITH HER FES­TI­VAL PERFORMA, ROSELEE GOLDBERG PUTS PER­FOR­MANCE BACK AT THE HEART OF AR­TIS­TIC PRAC­TICE, PI­CKING UP WHERE 1970S NEW YORK LEFT OFF. AMONG THIS YEAR’S GUESTS IS PA­RIS-BA­SED MUL­TI­ME­DIA AR­TIST TARIK KISWANSON.

CI-CONTRE PHO­TO­GRAPHE SUD-AFRI­CAINE, L’AC­TI­VISTE ZANELE MUHOLI EST CONNUE POUR SA SÉ­RIE DE POR­TRAITS FACES AND FACES. ELLE PRO­PO­SE­RA LORS DE PERFORMA 17 UNE PER­FOR­MANCE INTÉRACTIVE INS­PI­RÉE DE L’ÉNER­GIE DE NEW YORK.

TARIK KISWANSON “IL SE­RA QUES­TION DANS CES TEXTES RÉCITÉS D’IM­MI­GRA­TION, DE SEXUA­LI­TÉ, DE PRE­MIER AMOUR, DE HAINE, DE PAR­DON. MON TRA­VAIL EST CONSTRUIT COMME UN TIS­SAGE SO­NORE, UN FIL. J’AI PEN­SÉ LA PER­FOR­MANCE COMME UN RI­TUEL.”

TARIK KISWANSON, jus­te­ment, vit à Pa­ris, mais son uni­vers cultu­rel res­semble à un patch­work. Ses pa­rents, pa­les­ti­niens, se sont exi­lés en Jordanie après avoir dû quit­ter Jé­ru­sa­lem. Son père, souf­fleur de verre, a en­suite émi­gré dans le sud de la Suède, at­ti­ré par le sa­voir-faire et la ré­pu­ta­tion du pays dans cette di­ci­pline. C’est là qu’est né et a gran­di Tarik, jus­qu’à ce que la fa­mille dé­mé­nage en An­gle­terre quand il avait 15 ans. Puis il s’est ins­crit à Pa­ris en mas­ter à l’école na­tio­nale su­pé­rieure des beaux-arts, dont il a sui­vi l’en­sei­gne­ment tout en tra­vaillant chez Ba­len­cia­ga. “Fi­na­le­ment, ayant vé­cu dans cinq pays, j’ai tou­jours bai­gné dans un environnement hy­bride”, a-t-il confié lors d’une vi­site de son ate­lier, dans le 20e ar­ron­dis­se­ment de la ca­pi­tale.

Cet au­tomne, Tarik Kiswanson fait ses dé­buts sur la scène ar­tis­tique amé­ri­caine à l’oc­ca­sion de Performa 17, avec une per­for­mance cho­rale. Pour la dé­crire, il évoque la ca­co­pho­nie de voix et de sons que l’on en­tend en pé­né­trant dans le ré­fec­toire d’une école à l’heure du dé­jeu­ner. Son oeuvre, com­po­sée de deux élé­ments – un dé­cor consti­tué de plaques po­lies de mé­tal et une per­for­mance met­tant en scène vingt-cinq gar­çons de 11 ans – s’ap­pa­rente plus à un chaos or­ga­ni­sé. Le dé­cor fait écho aux oeuvres pré­cé­dentes de l’ar­tiste qui a l’ha­bi­tude de tra­vailler le mé­tal en grand for­mat tel des lames de mi­roir. Les vingt-cinq per­for­meurs, quant à eux, ré­ci­te­ront au sein de ce dé­cor une par­ti­tion per­son­nelle, entre poé­sie et sons la­ci­nants. “Il se­ra ques­tion dans ces textes récités d’im­mi­gra­tion, de sexua­li­té, de pre­mier amour, de haine, de par­don, ex­plique l’ar­tiste. Des mots se­ront com­muns à tous les textes. À des mo­ments très pré­cis, ils se­ront dé­cla­més en même temps par tous les par­ti­ci­pants. La per­for­mance suit une mé­ca­nique très pré­cise.” L’ar­tiste nous montre les écou­teurs mé­tal­liques qui joue­ront le rôle de mé­tro­nomes dans l’oreille des en­fants. “Mon tra­vail est construit comme un tis­sage so­nore, un fil. J’ai pen­sé la per­for­mance comme un ri­tuel.”

CI-CONTRE VUE DE L’INS­TAL­LA­TION ON­GOING RE­FLEC­TION – YOU, ME, SO MA­NY (2017), DE TARIK KISWANSON. COL­LÈGE DES BERNARDINS, PA­RIS.

Tarik Kiswanson lives in Pa­ris, but his cultu­ral back­ground is a multinational patch­work. His pa­rents are Pa­les­ti­nian, but mo­ved to Swe­den when his glass­blo­wer fa­ther, at­trac­ted by the coun­try’s rich glass-ma­nu­fac­tu­ring he­ri­tage, de­ci­ded to seek work there. Born and brought up in Swe­den, Kiswanson left at the age of 15 when his fa­mi­ly mo­ved to the UK, be­fore hea­ding to Pa­ris as a young adult to take a mas­ters at the fa­med École na­tio­nale su­pé­rieure des Beaux-arts, which he at­ten­ded while wor­king si­mul­ta­neous­ly at Ba­len­cia­ga.

This au­tumn, Kiswanson makes his Ame­ri­can dé­but at Performa 17 with a cho­ral per­for­mance. When des­cri­bing it, he talks of the ca­co­pho­ny of sounds and voices you hear in a school can­teen at lunch­time. Consis­ting of two com­po­nents – an ela­bo­rate sce­no­gra­phy of po­li­shed­me­tal strips and 25 11-year-old boys – the per­for­mance is so­me­thing of an or­ga­ni­zed chaos.

Kiswanson sho­wed us the me­tal­lic ear­pieces that will act as me­tro­nomes for the boys du­ring the per­for­mance, since each of them will have a spe­ci­fic text or series of noises to re­cite or ut­ter. “They’ll be wea­ring these lit­tle sil­ver pieces in their ears that tell them where they should be in the piece,” he ex­plai­ned. “My work is constructed like a so­nic weave, a thread. There are 25 boys spea­king about 25 dif­ferent sub­jects – im­mi­gra­tion, sexua­li­ty, love, hate, par­don – and wi­thin these 25 dif­ferent sub­jects, there are 25 words, and these 25 words ap­pear at the exact same time in all of the texts, so even if there are 25 dif­ferent dis­cus­sions, the word will al­ways ap­pear so­mew­here.”

Kiswanson li­kens the construc­tion of the piece to Ara­bic ritual mu­sic. “It’s constructed like a ritual, like a new ritual for a new world, performed by boys.”

(1) Édi­tions Thames & Hud­son, 2001. Performa 17, du 1er au 19 no­vembre, New York.

“MY WORK IS CONSTRUCTED LIKE A SO­NIC WEAVE, A THREAD. THERE ARE 25 BOYS SPEA­KING ABOUT 25 DIF­FERENT SUB­JECTS: IM­MI­GRA­TION, SEXUA­LI­TY, LOVE, HATE, PAR­DON. IT’S CONSTRUCTED LIKE A RITUAL, LIKE A NEW RITUAL FOR A NEW WORLD, PERFORMED BY BOYS.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.