JEFF KOONS S’AF­FICHE SUR MA­DI­SON AVE­NUE

7 1989 NOV NEW YORK

Numero Art - - Novembre Sommaire - PAR ÉRIC TRONCY. ILLUSTRATION PAR SOUFIANE ABABRI

L’EX­PO­SI­TION Image World : Art and Me­dia Culture, or­ga­ni­sée par Mar­vin Hei­fer­man et Li­sa Phil­lips au Whit­ney Mu­seum of Ame­ri­can Art et dont le ver­nis­sage se dé­rou­la le 7 no­vembre 1989, avait pour am­bi­tion d’ex­plo­rer l’in­fluence des mé­dias sur la pro­duc­tion ar­tis­tique des an­nées 50. Si elle de­vint cé­lèbre et s’im­pose en­core dans les mémoires, ce n’est pas tant en rai­son des oeuvres ex­po­sées dans le mu­sée que grâce à un pan­neau pu­bli­ci­taire ins­tal­lé sur Ma­di­son ave­nue à cette oc­ca­sion. De di­men­sions spec­ta­cu­laires, il pré­sen­tait Jeff Koons en com­pa­gnie d’ilo­na Stal­ler, une por­no star ita­lienne connue sous le nom de Cicciolina – les deux en­ga­gés dans une étreinte lan­gou­reuse, elle en sous-vê­te­ments, lui par­fai­te­ment nu et re­gar­dant le spec­ta­teur droit dans les yeux. Le texte ap­po­sé sur l’image, “Made in Hea­ven, Star­ring Jeff Koons, Cicciolina”, lais­sait pen­ser qu’il s’agis­sait de l’af­fiche d’un film.

Koons avait, à l’époque, dé­jà ex­plo­ré l’image pu­bli­ci­taire en pla­çant dans la re­vue amé­ri­caine Art­fo­rum une pu­bli­ci­té le re­pré­sen­tant en maître d’école dé­si­gnant à un jeune au­di­toire un ta­bleau noir où fi­gu­rait la men­tion “Ex­ploit the masses” ; dans la re­vue ita­lienne Flash Art, il po­sait avec deux co­chons. Ce qui frap­pa ré­tros­pec­ti­ve­ment dans cette fausse af­fiche, c’est plus l’ex­po­si­tion de l’ar­tiste en star de ci­né­ma : il est vrai que Koons fi­gu­rait en 1986 dans l’oeuvre pho­to­gra­phique Ta­lents de Da­vid Rob­bins, qui por­trai­tu­rait une quin­zaine d’ar­tistes de la nou­velle scène new-yor­kaise à la ma­nière des press-books de Hol­ly­wood. “The ea­siest way to become a mo­vie star is to make a porn film”(“le meilleur moyen de de­ve­nir une star de ci­né­ma est de faire un film por­no”), ex­pli­qua plus tard Jeff Koons à la jour­na­liste Sa­rah Thorn­ton (1). Sa pres­ta­tion avait quelque chose de pré­mo­ni­toire, alors que les ar­tistes se re­trouvent au­jourd’hui dans les mêmes aven­tures de so­cia­li­sa­tion que les ac­teurs (dî­ners de cha­ri­té ou de pré-ver­nis­sages) ou bien les ini­tie à leur art (Tho­mas Hou­sea­go est ain­si de­ve­nu le pro­fes­seur de sculp­ture de Leo­nar­do Dica­prio).

Trente ans plus tard, le constat s’im­pose : Jeff Koons s’est for­gé une place au pan­théon de l’his­toire de l’art. Place contes­tée par les ano­nymes des ré­seaux so­ciaux et les pé­ti­tion­naires de toutes sortes : ceux-ci vou­draient ain­si tuer dans l’oeuf le pro­jet d’une sculp­ture que l’ar­tiste of­fri­rait à la ville de Pa­ris. L’ar­gu­ment le plus usi­té pour cri­ti­quer ce don, pour le­quel on at­ten­drait sur­tout de la gra­ti­tude au vu de l’en­ri­chis­se­ment du pa­tri­moine na­tio­nal, se fonde sur les coûts de pro­duc­tion de l’oeuvre (à la charge pour­tant de mé­cènes pri­vés). A ces contes­ta­taires peu éclai­rés, on sug­gère de se sou­ve­nir des condi­tions du don des Nym­phéas que fit Claude Mo­net à la France en 1918 et de leur ins­tal­la­tion au mu­sée de l’oran­ge­rie en 1927. Ou de ne pas igno­rer que sans les do­na­tions, da­tions et autres suc­ces­sions aux dis­po­si­tions fis­cales par­ti­cu­lières, les col­lec­tions du Centre Pom­pi­dou ou du mu­sée d’or­say comp­te­raient bien moins de chefs-d’oeuvre.

TWEN­TY-EIGHT YEARS AGO, THE AR­TIST JEFF KOONS APPEARED NUDE ALONG­SIDE ITA­LIAN PORN STAR CICCIOLINA ON A GIANT MA­DI­SON AVE­NUE BILLBOARD.

Image World: Art and Me­dia Culture, cu­ra­ted by Mar­vin Hie­fer­man and Li­sa Phil­lips, ope­ned at the Whit­ney Mu­seum of Ame­ri­can Art on 7 No­vem­ber 1989. If it’s re­mem­be­red to­day, it’s less for the works shown in the mu­seum – on the theme of art and the me­dia – than for its giant ad on Ma­di­son Ave­nue, which fea­tu­red a photo of Jeff Koons and Il­lo­na Stal­ler (an Ita­lian porn star known as Cicciolina) in a lan­guo­rous em­brace, she in lin­ge­rie, he en­ti­re­ly naked loo­king di­rect­ly in­to the vie­wer’s eyes. Cap­tio­ned “Made in Hea­ven, star­ring Jeff Koons, Cicciolina,” it imi­ta­ted the for­mat of a mo­vie pos­ter.

Koons had al­rea­dy be­gun ex­plo­ring me­dia ima­ge­ry by pla­cing ads in the Ame­ri­can journal Art­fo­rum that sho­wed him as a school tea­cher stan­ding be­fore the words “Ex­ploit the masses” chal­ked on the black­board, or in the com­pa­ny of pret­ty pink pigs in the Ita­lian re­view Flash Art. To­day what seems most stri­king about his fake billboard image is his role in it as a film star. “The ea­siest way to become a mo­vie star is to make a porn film,” he la­ter told the jour­na­list Sa­rah Thorn­ton. Koons’s ad now seems pre­mo­ni­to­ry of to­day’s ce­le­bri­ty-ob­ses­sed world, where ar­tists and ac­tors at­tend the same cha­ri­ty din­ners and pri­vate views, and Tho­mas Hou­sea­go has become Leo­nar­do di Ca­prio’s sculp­ture tea­cher.

In the 30 years since, Koons has ear­ned himself a spot in the pan­theon of art his­to­ry, even if he is conti­nual­ly contes­ted by all sorts of so­cial-me­dia trolls and pe­ti­tio­ners. One of their current tar­gets is the sculp­ture he has of­fe­red to do­nate to the ci­ty of Pa­ris. The prin­ci­pal cri­ti­cism is its pro­duc­tion costs, even though they are to be co­ve­red by pri­vate do­nors. May we re­mind gri­pers of the condi­tions at­ta­ched to Mo­net’s 1918 gift of his Wa­ter Lillies to the French state, or of the fact that wi­thout do­na­tions and other le­ga­cies that en­joy tax exemp­tion, the col­lec­tions at the Centre Pom­pi­dou or the Mu­sée d’or­say would contain far fe­wer masterpieces.

7 NO­VEM­BER 1989: THE DAY JEFF KOONS STRIPPED NAKED ON MA­DI­SON AVE­NUE

(1) Sa­rah Thorn­ton, 33 Ar­tists in 3 Acts, éd. Gran­ta Books, 2014.

New York

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.