JESSE DAR­LING, TAI SHANI ET E. JANE AU GLAS­GOW FES­TI­VAL

20 GLAS­GOW

Numero Art - - Sommaire Contents - PAR HETTIE JUDAH

90 EX­PO­SI­TIONS, 80 ÉVÉ­NE­MENTS, 18 LIEUX... LE TRÈS COU­RU FES­TI­VAL DE GLAS­GOW VOIT LES CHOSES EN GRAND POUR AC­CUEILLIR LE MEILLEUR DE LA CRÉA­TION AC­TUELLE. DANS CET OCÉAN DE PRO­PO­SI­TIONS, NU­MÉ­RO ART A SÉ­LEC­TION­NÉ TROIS AR­TISTES EN­GA­GÉES ET EN PRISE AVEC LEUR TEMPS.

JESSE DAR­LING s’in­té­resse au li­mi­naire et à l’in­ter­sti­tiel, en d’autres termes aux lieux, in­di­vi­dus, ob­jets ou idées qui fris­sonnent à la li­sière d’une iden­ti­té in­té­gra­le­ment for­mée. Le tra­ves­tis­se­ment, les friches in­dus­trielles, la vul­né­ra­bi­li­té hu­maine, l’in­des­truc­tible fra­gi­li­té des sacs en plastique ou le concept de “bar­do” – cet état men­tal in­ter­mé­diaire dans le boud­dhisme ti­bé­tain – sont au­tant de points d’an­crage pour une pra­tique qui touche en même temps au texte, à la sculp­ture, à la per­for­mance vi­déo et aux ex­pé­ri­men­ta­tions en ma­tière de vie col­lec­tive. Vi­vant entre Londres et Ber­lin, Jesse Dar­ling tend, dans ses der­nières oeuvres, vers une sorte d’an­thro­po­mor­phisme, comme avec ce trou­peau de chaises d’école aux pieds grêles qui s’avancent en tré­bu­chant dans March of the Va­le­dic­to­rians (2016) ou cet aréo­page de cy­borgs en mode arte po­ve­ra qui avaient en­va­hi l’ex­po­si­tion Armes Blanches, pré­sen­tée par l’ar­tiste en 2017 à la ga­le­rie pa­ri­sienne Sultana.

La der­nière sé­rie de JD, ex­po­sée chez Chap­ter NY, à New York, parle de fa­çon élo­quente de souf­france et de mo­bi­li­té contrainte avec des formes tor­dues for­gées à par­tir de cannes, de cor­sets or­tho­pé­diques et autres équi­pe­ments mé­di­caux. À l’oc­ca­sion de Glas­gow International, les tra­vaux les plus ré­cents de JD sont ex­po­sés dans le cadre de Cel­lu­lar World: Cy­borg-human-ava­tar-hor­ror, une ex­po­si­tion col­lec­tive très ra­mas­sée, qui ré­sume l’es­sen­tiel du pro­gramme pro­po­sé par le com­mis­saire, ex­plo­rant les ques­tions d’iden­ti­té et de re­pré­sen­ta­tion à l’ère des ré­seaux so­ciaux et des in­cer­ti­tudes liées à la tech­nique.

L’HI­VER DER­NIER, à Londres, Tai Shani or­ga­ni­sait une per­for­mance sym­bo­li­que­ment forte à l’in­ten­tion des femmes qui étu­diaient à la Slade School of Fine Art il y a… un siècle. Elle com­mé­mo­rait à la fois l’avè­ne­ment du droit de vote des femmes au Royaume-uni et la der­nière an­née de la Pre­mière Guerre mon­diale – une époque où il n’était pas rare que l’on veuille en­trer en contact avec ses chers dis­pa­rus au moyen du spi­ri­tisme. Plon­gée dans des ef­fluves de pain d’épice grillé, la per­for­mance se pré­sen­tait sous une forme com­plexe, très riche, émi­nem­ment fé­mi­nine, créant une at­mo­sphère à la fois his­to­rique, go­thique et fu­tu­riste – une com­bi­nai­son qui ca­rac­té­rise bien les oeuvres de l’ar­tiste, sou­vent qua­si cé­ré­mo­nielles.

Dans le cadre de Glas­gow International 1, Tai Shani pré­sente Dark Conti­nent: Se­mi­ra­mis, une ins­tal­la­tion im­mer­sive ac­cueillant une per­for­mance en douze ta­bleaux ins­pi­rée du Livre de la Ci­té des Dames, écrits pro­to­fé­mi­nistes de Ch­ris­tine de Pi­zan, pu­bliés au dé­but du XVE siècle. Le titre de l’oeuvre, Dark Conti­nent ( Conti­nent noir), ren­voie aux termes em­ployés par Freud pour évo­quer la sexua­li­té de la femme adulte. Cette oeuvre est un pro­jet de longue ha­leine, à tra­vers le­quel Tai Shani pro­pose sa ver­sion al­lé­go­rique de la Ci­té des dames : une vi­sion al­ter­na­tive de l’his­toire, peu­plée de per­son­nages tels que la Vé­nus her­ma­phro­dite de Nean­der­tal, le Mys­tique mé­dié­val ou en­core le Vam­pyre.

Glas­gow JESSE DAR­LING, TAN SHANI AND E. JANE TAKE GLAS­GOW BY STORM

NINETY EX­HI­BI­TIONS, 80 EVENTS, 18 VE­NUES: BIG­GER AND BET­TER THAN EVER, THE GLAS­GOW INTERNATIONAL ART FAIR IS BACK. FROM AMONG THE OCEAN OF AR­TISTS ON SHOW, NU­MÉ­RO FOCUSES ON TH­REE WHO ARE PAR­TI­CU­LAR­LY REPRESENTATIVE OF THE ZEIT­GEIST.

Jesse Dar­ling is in­ter­es­ted in the li­mi­nal and in­ter­sti­tial: places, people, ob­jects and ideas trem­bling at the boun­da­ries of ful­ly for­med iden­ti­ty. Drag, de­re­lict was­te­lands, human vul­ne­ra­bi­li­ty, the in­des­truc­tible fra­gi­li­ty of plas­tic bags and the Ti­be­tan Bud­dhist idea of “bar­do” – the state bet­ween death and re­birth – are all grist for a wor­king prac­tice that in­cludes text, sculp­ture, vi­deo per­for­mance and ex­pe­ri­ments in col­lec­tive li­ving. Recent sculp­tu­ral works by Dar­ling, who di­vides her time bet­ween Lon­don and Ber­lin, have ten­ded to­wards the an­thro­po­mor­phic, from the herd of spind­ly-leg­ged school chairs stum­bling forth in March of the Va­le­dic­to­rians (2016) to the cast of Arte Po­ve­ra cy­borgs that in­va­ded the ex­hi­bi­tion Armes Blanches at Pa­ris’s Sultana gal­le­ry in 2017. Dar­ling’s la­test series, shown at Chap­ter NY in New York, elo­quent­ly speaks of suf­fe­ring and mo­bi­li­ty is­sues: contor­ted forms wrought from wal­king canes, back sup­ports and other me­di­cal equip­ment. In Glas­gow, new work by Dar­ling will be shown in the dense group show Cel­lu­lar World: Cy­borg-human-ava­tar-hor­ror Af­ter Dark, which ex­plores ques­tions of iden­ti­ty and re­pre­sen­ta­tion in the era of so­cial me­dia and tech­no­lo­gy-in­du­ced un­cer­tain­ty.

Ear­lier this spring, Tai Shani held a sym­bo­lic per­for­man­ceart séance for the wo­men who had stu­died at the Slade School of Art 100 years ago. It ho­nou­red both the start of wo­men’s suf­frage in the UK and the fi­nal year of World War I, a per­iod du­ring which ma­ny at­temp­ted to com­mu­ni­cate with their lost lo­ved ones. Held amid­st the aro­ma of toas­ted spice bread, the per­for­mance was tex­tual­ly rich, em­pha­ti­cal­ly fe­male, and his­to­ric, go­thic and fu­tu­ris­tic in mood – a mé­lange that is ty­pi­cal of Shani’s ce­re­mo­nial­ly in­flec­ted per­for­mance works. At Glas­gow International she’s pre­sen­ting Dark Conti­nent: Se­mi­ra­mis, an im­mer­sive ins­tal­la­tion that will host a 12-scene per­for­mance ins­pi­red by Ch­ris­tine de Pi­zan’s ear­ly 15th-cen­tu­ry pro­to­fe­mi­nist text The Book of the Ci­ty of La­dies. Na­med af­ter the term Freud used to des­cribe adult fe­male sexua­li­ty, Dark Conti­nent has been

PAGES PRÉ­CÉ­DENTES ASS PRIEST (2017), DE JESSE DAR­LING. ACIER SOU­DÉ, MOUSSE, SI­LI­CONE MOULÉ, RU­BAN DE SOIE, JESMONITE, 195 X 55 X 53 CM.

CI-CONTRE DARK CONTI­NENT (2014), PER­FOR­MANCE DE TAI SHANI. MA­TÉ­RIAUX MIXTES, 4 M X 10 M. HAY­WARD GAL­LE­RY, LONDRES.

“JE NE SUIS PAS une ar­tiste de l’iden­ti­té sim­ple­ment parce que je suis une ar­tiste noire aux mul­tiples per­son­na­li­tés”, écrit l’ar­tiste E. Jane dans son ma­ni­feste in­ti­tu­lé Nope (2016). Par­mi ces per­son­na­li­tés mul­tiples, on trouve no­tam­ment (et la liste n’est pas ex­haus­tive) : E. Jane, l’ar­tiste concep­tuelle rom­pue aux codes de l’art et en­ga­gée dans le dis­cours et la cri­tique des ins­ti­tu­tions ; l’ava­tar Mhy­sa, exubérante ar­tiste mu­si­cale dont le pre­mier al­bum, Fan­ta­sii, est sor­ti en 2017 ; ou en­core la moi­tié du duo de mu­sique et d’art nu­mé­rique bap­ti­sé Scraaatch. Pour E. Jane, le cy­be­res­pace est “la ré­si­dence prin­ci­pale” de ces créa­tures, qui uti­lisent les ré­seaux so­ciaux et les mé­dias en ligne comme des ou­tils des­ti­nés à por­ter des pro­jets tel Alive (Not Yet Dead), en 2015.

Pour le fes­ti­val Glas­gow International, E. Jane réinvente la pla­nète ima­gi­naire Lavendra, une étoile naine brune dont la sta­bi­li­té at­mo­sphé­rique tient à l’in­fluence har­mo­nieuse des di­vas de la pop black des an­nées 90. Nim­bées de lu­mière mauve (cou­leur la­vande, donc), les images sont ti­rées de vi­déos ré­cu­pé­rées sur In­ter­net, et montrent To­ni Braxton, Bran­dy, Whit­ney Hous­ton ou Aaliyah sous des ap­pa­rences mul­tiples. Les images de R’N’B au grain ca­rac­té­ris­tique, en­re­gis­trées et pos­tées par des ad­mi­ra­teurs éna­mou­rés, sont ici ré­em­ployées à d’autres fins. Lavendra est un es­pace re­ven­di­qué pour la femme noire, et cen­tré sur elle. Dans la liste des mé­dias com­po­sant l’ins­tal­la­tion, on peut lire le mot “love” : elle est aus­si faite d’amour. a long-term pro­ject, through which Shani pro­poses an al­le­go­ri­cal ci­ty of wo­men – an al­ter­na­tive his­to­ry – po­pu­la­ted by cha­rac­ters in­clu­ding the Nean­der­thal Her­ma­phro­dite, the Me­die­val Mys­tic and the Vam­pyre.

“I’m not an iden­ti­ty ar­tist just be­cause I am a black ar­tist with mul­tiple selves,” writes E. Jane in the NOPE ma­ni­fes­to. Those selves in­clude, but are not confi­ned to: E. Jane, the concep­tual, code-li­te­rate ar­tist engaged with ins­ti­tu­tio­nal dis­course and cri­tique; the ex­tro­vert re­cor­ding ar­tist/on­line per­so­na Mhy­sa, whose dé­but al­bum fan­ta­sii was re­lea­sed in 2017; and one half of the di­gi­tal art and mu­sic duo SCRAAATCH. E. Jane has des­cri­bed cy­bers­pace as “their pri­ma­ry re­si­dence,” using on­line and so­cial-me­dia tools for pro­jects such as the 2015 “in­te­rac­tive New­hive ins­tal­la­tion” Alive (#No­tyet­dead). In Glas­gow, E. Jane is revisiting the fan­ta­sy pla­net of Lavendra, a brown dwarf star stabilized by the in­fluence of black pop di­vas from the 1990s. Bathed in a lavender glow, images de­ri­ved from on­line vi­deo foo­tage of To­ni Braxton, Bran­dy, Whit­ney Hous­ton and Aaliyah ap­pear in va­rious guises, the grai­ny R&B clips uploa­ded by fans cherished and re­pur­po­sed. Lavendra is a space clai­med for and orien­ted to­wards the black wo­man; “love” is in­clu­ded among the list of me­dia for the ins­tal­la­tion.

E. JANE IS REVISITING THE FAN­TA­SY PLA­NET OF LAVENDRA, A BROWN DWARF STAR STABILIZED BY THE IN­FLUENCE OF BLACK POP DI­VAS FROM THE 1990S. BATHED IN A LAVENDER GLOW, IMAGES OF TO­NI BRAXTON, BRAN­DY, WHIT­NEY HOUS­TON AND AALIYAH AP­PEAR IN VA­RIOUS GUISES. E. JANE RÉINVENTE LA PLA­NÈTE IMA­GI­NAIRE LAVENDRA, UNE ÉTOILE NAINE BRUNE DONT LA STA­BI­LI­TÉ AT­MO­SPHÉ­RIQUE TIENT À L’IN­FLUENCE HAR­MO­NIEUSE DES DI­VAS DE LA POP BLACK DES AN­NÉES 90.

CI-CONTRE LAVENDRA ITERATION N° 3, DE E. JANE.

Fes­ti­val Glas­gow International, du 20 avril au 7 mai à Glas­gow.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.