Fer­ra­ri 365 GTB/4

Eu­rope Au­to Clas­sic Cars, Le Can­net

Octane (France) - - Marché / En Vitrine -

6 MARS 1971, Ma­rio An­dret­ti prend le dé­part de son pre­mier Grand Prix pour la Scu­de­ria Fer­ra­ri, en Afrique du Sud. Si ses dé­buts en For­mule 1 sont des plus spo­ra­diques (9 GP dis­pu­tés en 3 sai­sons pour Lo­tus et March), le gar­çon a dé­jà mon­tré quelques ap­ti­tudes : une pôle lors de ses dé­buts en mo­no­place à Wat­kins Glen en 1968, et une 3e place la seule autre fois où il au­ra vu le dra­peau à da­mier, à Ja­ra­ma en 1970.

An­dret­ti est pour­tant loin d’être un dé­bu­tant : alors qu’il se pré­sente sur le cir­cuit de Kya­la­mi, il a dé­jà rem­por­té les 500 miles d’in­dia­na­po­lis, trois titres de Cham­pion USAC (l’an­cêtre de l’in­dy­car) et a par­ti­ci­pé à deux édi­tions des 24H du Mans sur Ford GT40. En 1971, il ne s’est pas en­core dé­ci­dé à quit­ter les États-unis pour faire car­rière “à temps plein” en F1 et cette sai­son-là, il ne fait que sup­pléer sur 7 courses les ti­tu­laires de la Scu­de­ria, Ja­cky Ickx et Clay Re­gaz­zo­ni. Et pour­tant… À l’is­sue des 79 tours, c’est l’amé­ri­cain qui passe la ligne d’ar­ri­vée en vain­queur, pre­mière de ses douze vic­toires et pré­mices d’une riche car­rière dans la dis­ci­pline.

Le gar­çon avait de l’ave­nir. C’est sans doute ce que s’est dit Lui­gi Chi­net­ti, le cé­lèbre im­por­ta­teur Fer­ra­ri amé­ri­cain et pa­tron de l’écu­rie N.A.R.T qui lui a of­fert cette 365 GTB/4 pour fê­ter sa vic­toire en Afrique du Sud (c’est, pour l’anec­dote, Chi­net­ti qui avait bap­ti­sé le mo­dèle “Daytona” après le tri­plé de Fer­ra­ri aux 24H de Daytona 1967). Il s’agit du châs­sis n°14143, an­née-mo­dèle 1971, à phares es­ca­mo­tables. Pro­po­sée à la vente par Eu­rope Au­to Clas­sic Cars, elle a su­bi une res­tau­ra­tion com­plète dont les pho­tos et fac­tures sont dis­po­nibles. Elle dis­pose éga­le­ment de son rap­port Mas­si­ni qui at­teste qu’an­dret­ti en a été le pre­mier pro­prié­taire, ain­si que de son his­to­rique com­plet.

Icône de la marque Fer­ra­ri, cette Daytona re­pré­sente sans doute l’un des mo­dèles de route des an­nées 70 le plus in­té­res­sant sur le mar­ché, en rai­son de ses liens avec deux des plus im­por­tantes fi­gures du sport au­to­mo­bile de l’époque. eu­ro­peau­to-clas­sic­cars.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.