Mcla­ren 720S, Porsche 911 GT3 et Hon­da Ci­vic Type R

La Mcla­ren 720S rem­place la 650S et fait mieux sur tous les ta­bleaux.

Octane (France) - - Sommaire - Texte Da­vid Lillyw­hite

SUR LE CIR­CUIT de Val­le­lun­ga, Mcla­ren Job One (la toute pre­mière MP4-12C) est ga­rée en tête d’une ran­gée de nou­velles 720S. De bien des fa­çons, elle res­semble plus à la F1 qu’à la 720S, qui est son évo­lu­tion. Pour­tant 19 ans sé­parent la F1 de la pre­mière MP4-12C, et seule­ment 6 ans cette der­nière de la 720S. Mcla­ren Au­to­mo­tive n’a ces­sé de gran­dir. Le cap des 10 000 voi­tures a été pas­sé en no­vembre der­nier et 4 000 de plus se­ront pro­duites en 2017. La der­nière en date est la 720S (249 175 eu­ros), la se­conde gé­né­ra­tion de la li­gnée des “Su­per Se­ries”, qui rem­place la 650S. La 720S n’a pas l’air si dif­fé­rente mais 91 % de ses com­po­sants sont in­édits, la puis­sance passe de 650 à 720 ch et, à 1 283 kg elle est plus lé­gère de 18 kg. Elle est donc plus ra­pide, avec un 0 à 100 km/h en 2’’8 et une vi­tesse de pointe de 341 km/h. Com­men­çons par le coeur de la voi­ture : ici la bai­gnoire en fibre de car­bone, dé­sor­mais de se­conde gé­né­ra­tion, est ap­pe­lée “Mo­no­cage II”. Elle est plus lé­gère et plus ri­gide, et les dé­coupes du toit et les por­tières en di­èdre per­mettent de s’in­tro­duire plus fa­ci­le­ment à bord. Le nou­veau vi­trage (les mon­tants cen­traux sont dé­sor­mais vi­trés et les mon­tants de pare-brise af­fi­nés) offre une bien meilleure vi­si­bi­li­té.

Le style est plus tra­vaillé, avec une aé­ro ac­tive plus so­phis­ti­quée. L’ai­le­ron ar­rière se dé­ploie pour pas­ser les vi­rages à haute vi­tesse et amé­lio­rer le frei­nage. D’im­menses prises d’air, ha­bi­le­ment mas­quées der­rière les doubles “lames” des portes aé­ro­dy­na­miques à “double peau”, offrent 15 % de re­froi­dis­se­ment en plus. Com­ment es­telle, vo­lant en main ? La pre­mière im­pres­sion est qu’il y a plus d’es­pace à bord et qu’elle est plus fa­cile à ma­noeu­vrer. L’ha­bi­tacle pro­gresse d’un cran, avec vir­tuel­le­ment au­cun plas­tique vi­sible, mais il faut ap­pré­cier la fibre de car­bone…

Les com­mandes sont d’une sim­pli­ci­té ra­fraî­chis­sante, avec le sé­lec­teur de vi­tesses en bas de la console cen­trale, sur­mon­té de ceux des modes de la trans­mis­sion et des sus­pen­sions, avec des ré­glages Com­fort, Sport et Track. Sport rem­place l’an­cien N, pour “Nor­mal”. « Il n’y a rien de nor­mal dans cette voi­ture », glisse le chef de pro­jet, Ian Mar­shall.

Ce qui est amu­sant, c’est que si on laisse les ré­glages en Sport et la trans­mis­sion en mode au­to­ma­tique, elle semble pour­tant as­sez nor­male. Mais d’une fa­çon po­si­tive, elle change les rap­ports en dou­ceur, lais­sant le V8 4,0 litres évo­luer sur le couple entre 1 800 et 2 000 tr/mn. La se­conde gé­né­ra­tion de sus­pen­sion ac­tive Mcla­ren avale les bosses comme une ber­line fa­mi­liale, tout ce­la dans la fo­lie du tra­fic dense de la ban­lieue de Rome et sur un bi­tume to­ta­le­ment dé­fon­cé.

Ce­la pour­rait presque être en­nuyant, d’au­tant que même avec l’op­tion échap­pe­ment sport, la bande-son est as­sez quel­conque et pas vrai­ment

agres­sive, do­mi­née par les sif­fle­ments et souf­fle­ments des deux tur­bos.

Mais bien sûr, la Mcla­ren n’est pas du tout en­nuyeuse, juste in­ha­bi­tuel­le­ment fa­cile à uti­li­ser. Pas­sez à l’at­taque, pre­nez le contrôle des pa­lettes, lais­sez le mo­teur mon­ter jus­qu’à 8 200 tr/ mn et elle de­vien­dra sa­cré­ment vi­vante, in­croya­ble­ment ra­pide et dia­bo­li­que­ment pré­cise. C’est d’au­tant plus palpable sur cir­cuit. C’est là que la 720S montre le plus de pro­grès par rap­port à la 650S, lé­gè­re­ment meilleure en tout, tout en of­frant plus de sen­sa­tions à son conduc­teur. Elle est d’une ra­pi­di­té phé­no­mé­nale et ré­pond à la moindre im­pul­sion, ava­lant les vi­rages avant de s’en ca­ta­pul­ter, l’aé­ro en­traî­nant une dif­fé­rence no­table dans son com­por­te­ment. En mode Track, elle dis­pose d’une chouette nou­velle fonc­tion ap­pe­lée Va­riable Drift Con­trol, qui n’est pas là pour pro­vo­quer des dé­rives à la Fast & Fu­rious, mais qui per­met au conduc­teur d’aug­men­ter gra­duel­le­ment (il y a 9 crans) la li­mite de sur­vi­rage ad­mise par l’élec­tro­nique avant de vous sau­ver du bac à gra­vier. Plus pro­saï­que­ment, elle vous trans­forme en dieu de la conduite. Et si vous avez be­soin de preuves de vos ta­lents, la 720S dis­pose de té­lé­mé­trie et de la vi­déo em­bar­quée, pou­vant être vi­sion­nées sur l’écran cen­tral ou té­lé­char­gées. Vos propres tours peuvent même être com­pa­rés à ceux d’autres conduc­teurs de Mcla­ren.

Les 720S présente donc des amé­lio­ra­tions par rap­port à la 650S aux deux ex­trêmes : aus­si bien dans la fa­ci­li­té d’usage qu’en conduite sur cir­cuit. Dans un cas, elle ri­va­lise avec la Mcla­ren la plus ci­vi­li­sée, la 570GT (il y a même de la place pour quelques sacs à l’avant et der­rière les sièges). Dans l’autre, elle fait de l’ombre à la 675LT pen­sée pour le cir­cuit. Le cli­ché écu­lé de la su­per­car uti­li­sable au quo­ti­dien ? Il vient d’être re­mis au goût du jour.

Sens ho­raire

L’ha­bi­tacle est de meilleure qua­li­té que ce­lui des Mcla­ren pré­cé­dentes, et le com­bi­né d’ins­tru­men­ta­tion peut bas­cu­ler d’une pres­sion sur un bou­ton pour af­fi­cher une ver­sion mi­ni­male et of­frir une vi­si­bi­li­té en­core meilleure vers l’avant. Les portes en di­èdre et les dé­coupes du toit amé­liorent l’ac­cès. Le V8 bi-tur­bo n’est, lui, pas très vi­sible. L’ai­le­ron ar­rière se sou­lève pour de meilleurs pas­sages en courbes et se dé­ploie en moins d’une de­mi-se­conde lors de frei­nages à haute vi­tesse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.