Heed Obe­lisk S1 III

Obe­lisk S1 III

On Magazine - - SOMMAIRE -

C’est la troi­sième ver­sion de ce pe­tit in­té­gré au­dio­phile dont les ori­gines re­montent à plus de trois dé­cen­nies. Même si le for­mat très Bri­tish, «Shoe­box» ou boîte à chaus­sures, est res­té le même, cette ver­sion connaît des amé­lio­ra­tions no­tables, no­tam­ment sur sa puis­sance donc sur la taille de son ali­men­ta­tion.

Heed est au­jourd’hui une marque hon­groise, mais ses pro­duits prennent leurs ori­gines en An­gle­terre dans les an­nées 80. Aus­si, conser­vant l’es­prit de l’époque, Heed a choi­si de conser­ver le for­mat shoe­box, qui était très en vogue chez des construc­teurs comme Naim Au­dio, Cy­rus, Onix... L’obe­lisk SI III se pré­sente donc sous la forme d’un pa­ral­lé­lé­pi­pède rec­tangle d’une lar­geur de 220 mm pour une pro­fon­deur de 360 mm et une hau­teur de 85 mm. Sur la face avant en mé­tha­cry­late sont im­plan­tés seule­ment deux sé­lec­teurs, ce­lui de droite ser­vant au contrôle du vo­lume, l’autre à la sé­lec­tion des sources. Les in­di­ca­tions de ces deux bou­tons se font via une ran­gée de LED.

Un am­pli in­té­gré évo­lu­tif et mo­du­laire

L’ap­pa­reil peut ac­cep­ter cinq sources ana­lo­giques dont l’une d’entre elles peut se trans­for­mer en étage pho­no pour cel­lule à ai­mant mo­bile grâce à l’ad­jonc­tion d’une carte spé­ciale Vi­nyl-1 (150€). Il est aus­si pos­sible d’ajou­ter une en­trée nu­mé­rique. Deux cartes DAC sont pro­po­sés en op­tion : la Dac Card 1.2 (250 €) et la 2.1 (450€). Toutes deux sont ca­pables de trai­ter des fi­chiers jus­qu’à 24 bits/192 khz grâce à des puces Cir­cus Lo­gic 8416-CSZ. Com­plé­tant le ca­rac­tère mo­du­laire et évo­lu­tif de l’ap­pa­reil, la paire de RCA Tape Out peut se trans­for­mer en sor­tie Pré-out, il suf­fit pour ce­la d’en­le­ver des ca­va­liers sur la carte prin­ci­pale. Cette opé­ra­tion per­met de connec­ter un bloc de puis­sance sup­plé­men­taire pour réa­li­ser une vé­ri­table bi-am­pli­fi­ca­tion pas­sive tan­dis qu’une prise à cinq broches peut as­su­rer la liai­son de l’obe­lisk SI III avec un bloc d’ali­men­ta­tion ex­terne op­tion­nelle X2 qui ser­vi­ra ex­clu­si­ve­ment à l’étage de puis­sance. Dans ce cas la puis­sance est boos­tée et passe de 2 x 50 watts à 2 x 80 watts.

Une im­plan­ta­tion ra­tion­nelle et ty­pi­que­ment au­dio­phile

A l’in­té­rieur de l’ap­pa­reil, l’im­plan­ta­tion des di­vers com­po­sants n’a guère chan­gé de­puis le mo­dèle SI I. Nous re­trou­vons le même push-pull de tran­sis­tors de puis­sance BDV65B et BDV64BG. En re­vanche, le trans­for­ma­teur to­rique d’ori­gine On Se­mi­con­duc­tor est plus puis­sant puis­qu’il af­fiche une va­leur de 200VA à la place du 150VA de son pré­dé­ces­seur. Il est tou­jours dé­cou­plé mé­ca­ni­que­ment du châs­sis. Le fil­trage est as­su­ré par deux ca­pa­ci­tés de 10 000 µf/80 V et de deux autres de 10 000 µf/35 V.

Ma­ni­fes­te­ment, Heed a re­fait ap­pel à la tech­no­lo­gie RC Cou­pled, une tech­nique que l’on re­trouve dans des sché­mas d’am­pli­fi­ca­teur à tubes avec un cou­plage di­rect entre les étages d’en­trées et ceux de sor­tie. L’étage d’en­trée tout en com­po­sant dis­crets est quant à lui res­té in­chan­gé ; Heed reste fi­dèle au choix tech­nique du concep­teur Ri­chard Hay qui sou­hai­tait pro­po­ser un am­pli­fi­ca­teur à tran­sis­tors ayant le son d’un ap­pa­reil à tubes.

A l’écoute : pe­tit mais mus­clé

A lire les dif­fé­rentes cri­tiques, toutes ex­cel­lentes de cet in­té­gré, comme d’ailleurs l’ob­jec­tif du créa­teur de pro­duire un ap­pa­reil à tran­sis­tors son­nant comme un tube, nous avons été quelque peu sur­pris de consta­ter dès la mise en route que ce que nous en­ten­dions ne cor­res­pon­dait pas à ce qui fait un ap­pa­reil is­su de la se­conde tech­no­lo­gie. L’obe­lisk SI III ne ma­ni­feste au­cune brillance ni au­cune co­lo­ra­tion no­tam­ment dans le haut du spectre, il sait au contraire prou­ver que dé­fi­ni­tion et dou­ceur peuvent se ma­rier sans au­cun sou­ci. Ni­veau puis­sance, et face à de grandes en­ceintes co­lonnes que sont les Grand Cru Au­dio Ho­ri­zon, cet in­té­gré s’est par­fai­te­ment bien dé­brouillé avec une ré­serve de puis­sance ja­mais mise en dé­faut. D’em­blée et non sans avoir at­ten­du le temps de chauffe ré­gle­men­taire, cet am­pli Heed fait preuve d’un charme so­nore plus que convain­cant. Dès les pre­mières notes, nous sen­tons sa flui­di­té et son sui­vi mu­si­cal, ce qui donne une écoute vi­vante et très chan­tante. De ce cô­té, nous sommes en ac­cord avec l’en­semble des éloges qui lui ont été pro­di­gués par la presse de­puis sa sor­tie. En ef­fet, l’obe­lisk SI III montre un vi­sage très in­car­né, comme si le res­pect de la mu­sique comp­tait avant tout. La re­pro­duc­tion est très bien ar­ti­cu­lée, et sonne avec une grande jus­tesse. Comme nous l’avons dé­jà énon­cé, le haut du spectre bé­né­fi­cie d’une grande dou­ceur, ja­mais les ai­gus ne vien­dront vous vriller les oreilles, bien au contraire l’obe­lisk SI III donne de la ma­tière à l’écoute. Nous per­ce­vons que la bande pas­sante est large, comme le té­moigne le CD He­ri­tage des oeuvres pour deux pia­nos de Ser­gueï Rach­ma­ni­nov de chez Fon­da­men­ta. Les deux ins­tru­ments sonnent ad­mi­ra­ble­ment. Il y a en même temps du corps, ce qui rend hom­mage à leur puis­sance, et une grande lé­gè­re­té quant au jeu des deux mu­si­ciens. La res­ti­tu­tion est fluide comme le cours d’une ri­vière, et peut aus­si se trans­for­mer en tor­rent si la par­ti­tion le de­mande. Mais cet in­té­gré le fe­ra avec dis­tinc­tion, une sorte d’élé­gance na­tu­relle qui prouve une jus­tesse des timbres très réus­sie. D’autre part, il re­pro­duit très bien la puis­sance des caisses de ré­so­nance de ces deux pia­nos réunis pour l’oc­ca­sion après deux ans de re­cherches. Cette qua­li­té dé­note un bas du spectre très bien contrô­lé tout en res­tant souple et en sa­chant gar­der de la puis­sance en ré­serve. Certes, cer­tains in­té­grés iront fouiller et dé­ni­cher plus d’in­for­ma­tions, no­tam­ment dans l’ex­trême ai­gu, mais si c’est pour perdre en sen­sua­li­té, le ren­du of­fert par l’obe­lisk SI III doit res­ter tel qu’il est. Cet am­pli­fi­ca­teur est fait pour les vrais mé­lo­manes qui sou­haitent avant tout des timbres justes et na­tu­rels. L’obe­lisk SI III ne brille pas comme le font cer­tains tran­sis­tors, mais il n’en ou­blie pas pour au­tant d’être dé­fi­ni. Il in­tègre les mi­cros-dé­tails des prises de son au sein même du mes­sage gé­né­ral, ce qui ap­porte un cer­tain confort d’écoute. Ja­mais hys­té­rique, ni aga­çant, cet in­té­gré rend jus­tice à l’âme de la mu­sique. Un bon ap­pa­reil dans cette gamme de prix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.