Technics SL-1200G

On Magazine - - SOMMAIRE -

Lan­cée dans les an­nées 1970, la Technics SL-1200 était de­ve­nue La pla­tine de ré­fé­rence ja­po­naise à en­trai­ne­ment di­rect, sur­tout dans le monde pro­fes­sion­nel et des DJS. Ar­rê­tée il y a 5 ans, elle re­naît au­jourd’hui dans une ver­sion de luxe dont la struc­ture a été en­tiè­re­ment re­tra­vaillée.

Une fois sor­tie de son em­bal­lage, la si­mi­li­tude avec toutes les SL-1200 est frap­pante. Il s’agit bien, ap­pa­rem­ment de la même pla­tine avec une dis­po­si­tion si­mi­laire des di­vers atouts qui en font sa par­ti­cu­la­ri­té. Nous re­trou­vons le même de­si­gn in­tem­po­rel avec le cur­seur du pitch, le bou­ton marche/ar­rêt avec stro­bo­scope in­té­gré, l’in­ter­rup­teur du lan­ce­ment du pla­teau, les deux pe­tits bou­tons au­to­ri­sant les 3 vi­tesses (33, 45 et 78 tr/min) et pour fi­nir une pe­tite lampe d’éclai­rage qui peut émer­ger du socle. La fi­ni­tion des dif­fé­rentes pièces et de l’en­semble est im­pec­cable.

Une base qua­druple couche très lourde

Voyons main­te­nant tout ce qui marque un chan­ge­ment par rap­port aux an­ciens mo­dèles. Tout d’abord, le pla­teau est une pièce de 3,5 kg mou­lée sous pres­sion en lai­ton et en alu­mi­nium épais. Quelque peu évi­dé, il ac­cueille sur la face ar­rière un amor­tis­sant en ca­ou­tchouc re­cou­vrant la qua­si-to­ta­li­té de sa sur­face. Le socle de la pla­tine, contrai­re­ment à la pré­cé­dente SL1200MK6 qui n’en comp­tait que trois, est consti­tué de quatre couches. Il com­bine un pan­neau su­pé­rieur de 10 mm en alu­mi­nium bros­sé, au­quel est ajou­té une struc­ture en alu­mi­nium in­jec­té, puis une couche en BMC (Bulk Mol­ding Com­pound), une ré­sine po­ly­es­ter ren­for­cée par fibre de verre, le des­sous de ce socle étant to­ta­le­ment re­cou­vert par un ca­ou­tchouc haute den­si­té. Cette struc­ture sand­wich ex­plique l’aug­men­ta­tion du poids de cette nou­velle SL-1200G. De plus, le socle est amor­ti par quatre pieds spé­ciaux uti­li­sant un gel dit Al­pha­gel. C’est une in­ven­tion de la haute tech­no­lo­gie ja­po­naise, un ma­té­riau en gel et en si­li­cone ca­pable d’ab­sor­ber de grands chocs, créé pour les trem­ble­ments de terre !

Un nou­veau mo­teur «Bru­sh­less»

Mais c’est très cer­tai­ne­ment le sys­tème d’en­trai­ne­ment qui a le plus évo­lué. Ef­fec­ti­ve­ment, le gros re­proche for­mu­lé par les au­dio­philes était qu’un mo­teur DC avec ba­lais et un pla­teau de moyenne den­si­té n’of­frait pas la meilleure fa­çon de lut­ter contre les vi­bra­tions de sur­face des disques. Conscient de ce fait, Technics a conçu un nou­veau mo­teur d’en­trai­ne­ment syn­chrone à ai­mants per­ma­nents. Il s’agit d’un mo­dèle à entraînement

di­rect bi-ro­tor dit Bru­sh­less (sans ba­lais). C’est le type de mo­teur que l’on re­trouve en ro­bo­tique comme sur des disques durs par exemple. Il de­mande une ré­gu­la­tion ac­crue. Des cap­teurs de très haute pré­ci­sion, gui­dés eux-mêmes par des mi­cro­pro­ces­seurs sont donc im­plan­tés dans ce sys­tème d’en­trai­ne­ment pro­prié­taire.

Le re­tour du fa­meux bras en «S»

Le bras de lec­ture en S de 230 mm de la SL1200G est réa­li­sé en alu­mi­nium. La très grande sen­si­bi­li­té du mou­ve­ment est at­teinte grâce à une construc­tion tra­di­tion­nelle avec des car­dans jouant sur les axes de ro­ta­tion (ho­ri­zon­tal et ver­ti­cal) et qui se re­joignent à un unique point cen­tral. Ce bras se ter­mine par un porte-cel­lule amo­vible. Un contre­poids ad­di­tion­nel est d’autre part four­ni pour les cel­lules dont le poids dé­passe les 10 g. La mise en route de cette Technics SL-1200G et le ré­glage de ce bras sont un jeu d’en­fant par rap­port aux pla­tines ren­con­trés dans l’uni­vers pu­re­ment au­dio­phile. Au­cun ga­ba­rit n’est don­né pour le po­si­tion­ne­ment de la cel­lule, mais il suf­fit de res­pec­ter la bonne dis­tance in­di­quée dans le ma­nuel pour la pla­cer au mieux. Une fois le porte-cel­lule fixé, le ré­glage de la force d’ap­pui est éga­le­ment ex­trê­me­ment fa­cile et nul n’est be­soin d’une ba­lance. Même chose pour le ré­glage de la hau­teur. Une grosse mol­lette per­met cette ma­ni­pu­la­tion et une pe­tite clé « Lock » per­met le ver­rouillage.

Ecoute : su­per sweet & groo­vy

Cette pla­tine a été tes­tée tout d’abord avec une cel­lule pho­no Ki­se­ki Blue N.S, une cel­lule MC très dé­fi­nie et dé­taillée sur le plan so­nore. Mal­gré ce­la, et tout au dé­but des écoutes, la SL-1200GAE s’est mon­trée quelque peu ronde, em­pâ­tée se­rait un meilleur terme, comme si elle gom­mait cer­tains dé­tails des prises de son. Mais ce fai­sant elle dé­li­vrait en même temps une mu­si­ca­li­té as­sez cha­toyante, avec un équi­libre to­nal plu­tôt agréable et une belle am­pleur. En bon au­dio­phile cher­chant tou­jours à op­ti­mi­ser tout ce qui passe entre nos mains, nous nous sommes lais­sé al­ler à en ti­rer plus de choses, pen­sant avec rai­son que cette pla­tine ne se pré­sen­tait pas sous son meilleur pro­fil tel quel. Nous avons donc rem­pla­cé le câble four­ni par un mo­dèle au­dio­phile et je­té notre dé­vo­lu sur un couvre-pla­teau en liège à la place de ce­lui en ca­ou­tchouc li­vré d’ori­gine. Avec ces amé­lio­ra­tions, la SL-1200G reste un mo­dèle qui pri­vi­lé­gie le confort d’écoute, la dou­ceur à l’ana­lyse chi­rur­gi­cale. L’équi­libre to­nal de cette Technics est plu­tôt agréable, as­sez chan­tant même. Le haut du spectre est fin, même s’il manque un peu de pré­ci­sion. La ré­gion mé­dium est bien four­nie et construite. Quant au re­gistre grave, il se fait re­mar­quer par son ni­veau. La ré­ponse gé­né­rale est d’une belle co­hé­rence. L’image sté­réo se dé­ploie bien entre les deux en­ceintes sans en dé­pas­ser le cadre. Là aus­si, la SL-1200G montre beau­coup de sa­gesse tout en ren­dant un bel es­pace de jeu aux mu­si­ciens. En conclu­sion, la Technics SL-1200G est un su­perbe ob­jet, d’une qua­li­té de construc­tion de très haut ni­veau, qui sonne bien sans être un foudre de pré­ci­sion. Elle de­vien­dra cer­tai­ne­ment col­lec­tor et, d’ailleurs, elle est constam­ment en rup­ture de stock. Mais l’ad­di­tion est tout de même as­sez sa­lée.

4000 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.