Fujifilm Ins­tax Share SP-2

La Fujifilm Ins­tax Share SP-2 im­prime les pho­tos prises de­puis un smart­phone sur des films Ins­tax Mi­ni (comme des pe­tits po­la­roids) grâce à une ap­pli­ca­tion dé­diée. Elle s’avère être une al­ter­na­tive in­té­res­sante aux ap­pa­reils pho­tos ins­tan­ta­nés grâce à sa

On Magazine - - SOMMAIRE - 190 €

La pho­to ins­tan­ta­née a in­con­tes­ta­ble­ment le vent en poupe. Elle per­met d’avoir en quelques mi­nutes un ti­rage entre les mains. Le ré­sul­tat est tou­jours un peu une sur­prise, ce­la fait par­tie du jeu, mais par­fois les pho­tos ra­tées s’en­chai­ne­ment. L’ins­tax Share SP-2 pro­pose une al­ter­na­tive in­té­res­sante : prendre une pho­to avec son smart­phone ou avec un ap­pa­reil Fu­ji com­pa­tible, vé­ri­fier qu’elle est réus­sie, le cas échéant la re­tou­cher ra­pi­de­ment, puis l’im­pri­mer en quelques mi­nutes. L’ins­tax Share SP-2 est en ef­fet suf­fi­sam­ment com­pacte pour être em­por­tée par­tout fa­ci­le­ment avec soi : elle ne prend pas plus de place qu’un ap­pa­reil pho­to ins­tan­ta­né clas­sique et fonc­tionne sur bat­te­rie.

Des pho­tos im­pri­mées en 10 se­condes

L’im­pri­mante au de­si­gn mi­ni­ma­liste et élé­gant af­fiche l’état de la bat­te­rie grâce à une diode de cou­leur et le nombre de pho­tos res­tantes dans la car­touche de film. Seuls deux bou­tons ornent son boi­tier : l’un pour al­lu­mer l’im­pri­mante, l’autre pour re­lan­cer une im­pres­sion. Equi­pée d’une bat­te­rie re­char­geable via un port mi­cro-usb. Elle s’ouvre fa­ci­le­ment et per­met alors d’in­sé­rer des films Ins­tax Mi­ni. Une fois l’im­pres­sion lan­cée, la pho­to met à peine 10 se­condes à sor­tir. L’au­to­no­mie d’une pe­tite cen­taine de pho­tos, per­met de se rui­ner avant de ve­nir à bout de la bat­te­rie (le jeu de films pour 10 cli­chés coûte 10/12 €).

Une ap­pli­ca­tion très fa­cile d’ac­cès

L’ap­pli­ca­tion sur smart­phone, très in­tui­tive, est fa­cile d’uti­li­sa­tion. Elle se connecte en quelques ins­tants à l’im­pri­mante puis per­met de choi­sir en quelques clics la pho­to à im­pri­mer. Il est pos­sible d’ap­pli­quer des cadres, de mettre votre pho­to en for­mat car­ré, d’y ajou­ter du texte, des nu­mé­ros, la date ou le lieu… et même de créer des mon­tages pour im­pri­mer plu­sieurs images sur un seul ti­rage, ou en­core d’uti­li­ser la fonc­tion split qui per­met au contraire d’im­pri­mer une image en deux mor­ceaux. L’ap­pli­ca­tion a aus­si le mé­rite d’être com­pa­tible

avec les ap­pa­reils pho­to Fujifilm équi­pés du Wi­fi (la liste est longue : X-pro2, X-T2, X-T1, X-T10, X-E2S, X-E2, X-M1, X-A3, X-A2, X-A1, X100T, XQ2, XQ1, X70, X30, Fi­ne­pix F1000EXR).

Une qua­li­té d’image li­mi­tée mais sé­dui­sante

La fiche tech­nique de l’ins­tax Share SP-2 in­dique que l’im­pres­sion se fait en 800x600 pixels à une ré­so­lu­tion de 320 dpi. De­vant de tels chiffres il y a de quoi s’in­quié­ter. Ce­pen­dant la qua­li­té d’image quoique un peu dé­ce­vante est loin d’être ca­tas­tro­phique : certes le ré­sul­tat manque de dé­tails, les blancs sont fa­ci­le­ment bru­lés, les noirs vite bou­chés et la co­lo­ri­mé­trie un peu ap­proxi­ma­tive. Bref une dy­na­mique loin d’être ex­cep­tion­nelle et un pi­qué tout re­la­tif. Mais le for­mat de l’im­pres­sion de la taille d’une carte de cré­dit joue clai­re­ment en la fa­veur de l’im­pri­mante : l’image est si pe­tite que le manque de qua­li­té n’est pas vrai­ment fla­grant. Au fi­nal ce n’est pas si mal pour im­pri­mer des pho­tos is­sues d’un smart­phone ou des mé­dias so­ciaux qui à la base ne sont pas tou­jours de bonne qua­li­té. Les uti­li­sa­teurs d’un ap­pa­reil pho­to Fu­ji XT-2 par contre se­ront peut être un peu dé­çus du ré­sul­tat. Il n’en reste pas moins que l’im­pri­mante par son tout pe­tit ga­ba­rit peut s’avé­rer un al­lié de poids quand il s’agit d’of­frir un sou­ve­nir sur pa­pier d’une pho­to réa­li­sée lors d’un ma­riage ou d’un an­ni­ver­saire.

Conclu­sion

La Fujifilm Ins­tax Share SP-2 s’est ré­vé­lée simple à prendre en mains, avec un de­si­gn mi­ni­ma­liste et com­pact ain­si qu’une ap­pli­ca­tion pour smart­phone réus­sie, à l’usage évident. La qua­li­té d’im­pres­sion un peu dé­ce­vante, par­ti­cu­liè­re­ment si elle est uti­li­sée avec un ap­pa­reil pho­to hy­bride de la marque, est à re­la­ti­vi­ser si l’im­pri­mante est uti­li­sée avec un smart­phone. Le coût de cette im­pri­mante pho­to de poche par contre reste re­la­ti­ve­ment consé­quent à l’achat puis à l’usage. L’ins­tax Share SP-2 est un pro­duit no­va­teur et plai­sant à uti­li­ser qui à le mé­rite de faire le pont entre la pho­to nu­mé­rique et les ap­pa­reils ins­tan­ta­nés, en ma­riant ha­bille­ment les avan­tages des uns et des autres : il offre le plai­sir as­sez in­édit de pou­voir sé­lec­tion­ner la meilleure image d’une sé­rie et de l’im­pri­mer à n’im­porte quel en­droit en quelques ins­tants. Les no­mades adeptes du nu­mé­riques et de l’ins­tan­ta­né se­ront ra­vis. Ceux qui re­cherchent avant tout la qua­li­té et la fi­nesse d’im­pres­sion se tour­ne­ront vers d’autres so­lu­tions plus en­com­brantes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.