Ma­rantz NA8005

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre-yves Ma­ton

Ce lec­teur Hi­fi ré­seau et conver­tis­seur Ma­rantz n’est pas une nou­veau­té en soi puis­qu’il a fait ses pre­miers pas au sa­lon High End de Mu­nich en 2014. Néan­moins, ses ca­pa­ci­tés et son ou­ver­ture à toute forme de trai­te­ment nu­mé­rique en font tou­jours un ap­pa­reil par­fai­te­ment d’actualité. En ef­fet, ses nom­breuses en­trées nu­mé­riques, son ac­cès aux ser­vices de mu­sique à la de­mande et ses pos­si­bi­li­tés de le connec­ter à un NAS où à un or­di­na­teur comme sa fonc­tion sans fil Air­play en font une pla­te­forme mu­si­cale aux mul­tiples ta­lents...

D’une construc­tion luxueuse, d’une ma­ni­pu­la­tion très ai­sée, tout en étant ca­pable de cou­vrir tous les be­soins d’un ama­teur aver­ti de mu­sique dé­ma­té­ria­li­sée, le tout ser­vi avec une mu­si­ca­li­té douce et riche... toutes ces qua­li­tés du NA8005 n’avaient pas échap­pé au ju­ry de l’ei­sa en 2015. Cette as­so­cia­tion, re­grou­pant une cin­quan­taine de jour­na­listes spé­cia­li­sés, avait dé­cer­né au NA8005 le prix du meilleur lec­teur ré­seau de la sai­son. Ce lec­teur ré­seau fait par­tie de la série 8000 qui com­prend, en plus, un am­pli­fi­ca­teur in­té­gré PM8005, ré­com­pen­sé l’an­née pré­cé­dente par le même ju­ry de L’EI­SA et un lec­teur SACD SA8005 qui in­tégre une en­trée USB com­pa­tible avec tous les modes PCM 192 khz/24 bits et même le DSD. En réa­li­té, ce NA8005 re­prend dans son ADN toutes les prouesses tech­niques qui ont été dé­ve­lop­pées pour le mo­dèle très haut de gamme, Ma­rantz NA-11S1, qui lui aus­si a ré­col­té un nombre im­pres­sion­nant de prix et ré­com­penses. Nous avons donc à faire à un ap­pa­reil très abou­ti, tant sur ses ca­pa­ci­tés à trai­ter un grand nombre d’en­trées nu­mé­riques que sur son as­pect convi­vial, une ca­rac­té­ris­tique qui prend tout son sens avec un lec­teur ré­seau ; un Ma­rantz quoi !

Une fi­ni­tion et une fa­bri­ca­tion to­ta­le­ment dans la tra­di­tion d’ex­cel­lence de la marque

Es­thé­ti­que­ment, ce Ma­rantz NA8005 re­prend les grands stan­dards de la marque avec un beau châs­sis en alu­mi­nium ren­for­cé que de­vance une face avant épaisse aux bords ar­ron­dis. Comme le lec­teur SACD SA8005, ce lec­teur ré­seau ar­bore un large af­fi­cheur en plein mi­lieu de la fa­çade en­tou­ré de deux bou­tons mul­ti­fonc­tions pour un fonc­tion­ne­ment ma­nuel de l’ap­pa­reil. S’ajoute une com­mande de vo­lume as­so­ciée à une sor­tie pour casque au for­mat 6.35 mm, une sé­lec­tion de la source d’en­trée, une fonc­tion que nous re­trou­vons sur la té­lé­com­mande com­plète four­nie avec l’ap­pa­reil. En­fin, une prise USB A pour le rac­cor­de­ment à un ide­vice Apple ou autre com­plète la fa­çade. La face ar­rière nous donne d’em­blée l’am­pleur de la connec­ti­vi­té qu’offre ce lec­teur ré­seau/dac. À cô­té des deux prises de sor­ties nu­mé­riques S/PDIF (co­axiale et op­tique), sont dis­tri­buées trois prises d’en­trées avec une co­axiale, une op­tique, une USB B asyn­chrone que re­joint une prise Ether­net RJ45 pour une connexion au ré­seau do­mes­tique. Puis viennent deux sor­ties ana­lo­giques via deux

RCA, un port RS-232C pour bran­cher des dis­po­si­tifs de com­mande do­mo­tique, une borne d’en­trée/ sor­tie pour ac­ti­ver ou désac­ti­ver la té­lé­com­mande (utile lorsque ce NA8005 est ju­me­lé avec d’autres ap­pa­reils de la marque). Der­nier point, ce NA8005 prend aus­si en charge la tech­no­lo­gie les pro­to­coles DNLA 1.5 et Air­play d’apple pour as­su­rer la lec­ture des fi­chiers au­dio di­rec­te­ment de­puis un iphone, un ipad, un Mac, un PC ou tout autre ap­pa­reil ap­pa­reil An­droid : un plus in­con­tes­table dans cette ca­té­go­rie d’ap­pa­reils.

Des re­cettes tech­niques pro­prié­taires et par­fai­te­ment maî­tri­sées

A l’in­té­rieur de l’ap­pa­reil, nous dé­cou­vrons comme chez son aî­né une ar­chi­tec­ture ra­tion­nelle et très pous­sée, no­tam­ment au ni­veau des ali­men­ta­tions. Le NA8005 compte une double ali­men­ta­tion avec une pre­mière à dé­cou­page sui­vie d’une se­conde, plus tra­di­tion­nelle à base d’un trans­for­ma­teur EI en­cap­su­lé par un bou­clier blin­dé pour li­mi­ter toutes formes d’in­ter­fé­rences mé­ca­niques ou élec­triques, une ha­bi­tude chez ce construc­teur. Toutes les ten­sions sont en­suite fil­trées et ré­gu­lées grâce à des mon­tages à tran­sis­tors, tous mon­tés sur des dis­si­pa­teurs de cha­leur aux di­men­sions im­po­santes. Tous ces com­po­sants sont mon­tés sur une se­conde carte fille qui va dis­tri­buer toutes les dif­fé­rentes ten­sions aux di­vers étages : carte de ges­tion des en­trées nu­mé­riques et cir­cuit de conver­sion et d’étages de sor­tie ana­lo­gique. Ce der­nier cir­cuit oc­cupe toute la par­tie droite de l’ap­pa­reil. Nous y re­trou­vons en plein mi­lieu une puce de conver­sion Cir­rus Lo­gic Del­ta Sig­ma CS4398 Mul­ti-bit et au plus près des prises de sor­tie, nous re­con­nais­sons la struc­ture toute par­ti­cu­lière des cir­cuits HDAM SA2 (Hy­per Dy­na­mique Am­pli­fier Mo­dule), la der­nière ver­sion de ces cir­cuits donc. Dé­ve­lop­pés par Ma­rantz de­puis de nom­breuses an­nées, ils sont consti­tués de com­po­sants dis­crets (pas d’am­pli Op) mon­tés en sur­face (EMS) afin d’ob­te­nir une bien meilleure vi­tesse dans le trai­te­ment des si­gnaux (slew rate).

À l’écoute : dou­ceur et sub­ti­li­té so­nore

Si Ma­rantz a su se for­ger une très belle ré­pu­ta­tion de sé­rieux et sur­tout de pro­fes­sion­na­lisme dans la concep­tion de ses ap­pa­reils, il est de même avec la mu­si­ca­li­té que dé­gagent ces mêmes ap­pa­reils. Que ce soit pour un am­pli­fi­ca­teur, un lec­teur de CD, un am­pli casque ou un lec­teur ré­seau, nous al­lons tou­jours y re­trou­ver la même mu­si­ca­li­té qui se pare de dou­ceur et de sub­ti­li­té so­nores, deux qua­li­tés qui vouent à la res­ti­tu­tion des timbres as­sez chauds et peu brillants. De ce cô­té, l’au­di­teur n’au­ra guère de sur­prise avec ce lec­teur ré­seau NA8005, car il

re­pro­duit à la lettre la mu­si­ca­li­té qui a fait toute la ré­pu­ta­tion de ce fa­bri­cant ja­po­nais. Mais qui dit dou­ceur, ne veut pas non plus dire as­thé­nique. Ce lec­teur ré­seau af­fiche éga­le­ment une dy­na­mique dès plus res­pec­table, une qua­li­té qui rend vi­vante l’écoute de l’ap­pa­reil. De plus, nous avons ap­pré­cié tout par­ti­cu­liè­re­ment l’ho­mo­gé­néi­té de ce NA8005, car il semble vouer un culte en­vers une res­ti­tu­tion dès plus sou­cieuse à l’éta­blis­se­ment juste et na­tu­rel des timbres. Loin d’une écoute co­lo­rée et flat­teuse, cet ap­pa­reil nous offre une res­ti­tu­tion nuan­cée et dé­li­cate. Nous avons éprou­vé beau­coup de plai­sir à l’écoute des Con­cer­tos pour Vio­lon et Haut­bois en D Mi­nor de Bach in­ter­pré­té par le Ca­me­ra­ta Köln (DHM Deutsche Har­mo­nia Mun­di 16 bits/44 khz) et plus par­ti­cu­liè­re­ment par Hans Pe­ter Wes­ter­man au haut­bois. Les timbres des ins­tru­ments de cet or­chestre de chambre sont na­tu­rels, sans ex­cès, sans brillance ou lu­mière trop ap­puyée dans le haut du spectre. Nous sen­tons une bonne dis­tri­bu­tion dans l’es­pace de cet or­chestre au sein d’une image sté­réo­pho­nique, qui elle aus­si se sin­gu­la­rise par sa sa­gesse et ses pro­por­tions très réa­listes. Nous pou­vons suivre le pla­ce­ment de chaque ins­tru­ment avec une belle mise en re­lief sans ef­fet de tas­se­ment ou d’écra­se­ment de la scène so­nore. La res­ti­tu­tion reste tou­jours fluide et res­pec­tueuse de l’éten­due spec­trale de chaque ins­tru­ment. A ce stade, nous pou­vons nous de­man­der si de­vant une telle plé­ni­tude, une mu­sique plus re­muante al­lait conve­nir au NA8005. Et bien, l’écoute quelque peu mus­clée du groupe de hi­phop In­sane Clown Posse et son hui­tième al­bum Sha­gri-la (Psy­cho­pa­thic Re­cords (24 bits/96 khz) nous dé­voile un son par­fai­te­ment maî­tri­sé, même dans les mo­ments les plus « vio­lents ». La basse élec­trique nous montre toute sa force et son am­pli­tude dans le bas du spectre qu’elle oc­cupe avec fer­me­té et main­tien. Les pla­ce­ments des di­vers chan­teurs (et ils sont nom­breux) dans l’es­pace se font sans pro­jec­tion, avan­çant ou re­cu­lant sui­vant le tra­vail de l’in­gé­nieur du son. Le Ma­rantz NA8005 sait ma­ni­fes­te­ment se jouer des mu­siques plus vi­ru­lentes avec une sorte d’aplomb cer­tain. Ce mor­ceau en Hi-res, par ses dif­fé­rences de ni­veau et de dy­na­mique, pour­rait ame­ner à cer­taines du­re­tés, mais ce n’est nul­le­ment le cas avec notre lec­teur ré­seau d’au­jourd’hui. Même si nous bé­né­fi­cions d’un beau contraste entre les dif­fé­rents in­ter­ve­nants, tout reste bien pla­cé dans une scène so­nore par­fai­te­ment contrô­lée.

Con­clu­sion

Avec ce lec­teur ré­seau/dac, Ma­rantz dé­montre en­core une fois que la réus­site d’un ap­pa­reil re­vêt bien des as­pects. Outre sa so­no­ri­té mé­lo­dieuse et po­sée, ce NA8005 offre un vrai plai­sir quant à sa ma­ni­pu­la­tion. Il pren­dra place dans n’im­porte quel sys­tème tout en te­nant son rôle avec sé­rieux. Que vous soyez à la recherche d’un tu­ner, d’un conver­tis­seur ou d’un lec­teur ré­seau per­for­mant, ce NA8005 a tous les ar­gu­ments pour vous sé­duire.

1200 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.