Au­dio-tech­ni­ca ATH-DSR7BT et ATH-DSR9BT

Dans le do­maine des casques au­dio, les vé­ri­tables in­no­va­tions sont rares. En de­hors de l’es­sor des fonc­tions Blue­tooth, ces der­nières an­nées, il n’y a pas eu de grosse évo­lu­tion. Aus­si, avons-nous ac­cueilli avec en­thou­siasme l’an­nonce des nou­veaux casques

On Magazine - - SOMMAIRE -

La tech­no­lo­gie Dnote du la­bo­ra­toire Tri­gence consis­tant en un pi­lo­tage com­plè­te­ment nu­mé­rique des haut-par­leurs. Nous l’avons dé­jà ren­con­tré sur une ins­tal­la­tion au­dio em­bar­quée Cla­rion et elle fait au­jourd’hui son en­trée dans le do­maine des casques. Quelques pro­to­types avaient dé­jà été pré­sen­tés les an­nées pré­cé­dentes au Ja­pon, mais c’est la pre­mière fois que des casques de ce type ar­rivent sur le mar­ché eu­ro­péen. C’est Au­dio­tech­ni­ca qui inau­gure cette tech­no­lo­gie sur les casques. Il la pré­sente sous le nom «Pure Di­gi­tal Drive», et la dé­cline sur deux mo­dèles : L’ATHDSR7BT (350 €) et L’ATHD-DSR9BT (600 €).

Une vraie rup­ture tech­no­lo­gique par rap­port aux autres casques Blue­tooth à am­plis nu­mé­riques clas­siques

Sans re­ve­nir trop en dé­tail sur la tech­no­lo­gie Dnote de Tri­gence que nous avons dé­jà ex­pli­qué dans de pré­cé­dents ar­ticles, rap­pe­lons qu’elle consiste à ali­men­ter di­rec­te­ment la bo­bine ou les bo­bines des trans­duc­teurs par un ou plu­sieurs si­gnaux au­dio­nu­mé­riques am­pli­fiées. Par rap­port à un casque sans-fil équi­pé d’un am­pli nu­mé­rique clas­sique, l’étape de fil­trage en sor­tie des étages de puis­sance, ha­bi­tuel­le­ment ef­fec­tuée par des selfs, est éli­mi­née et as­su­rée di­rec­te­ment par les bo­bines des trans­duc­teurs eux-mêmes. Il n’y a donc au­cune étape de conver­sion nu­mé­rique/ana­lo­gique. Ce­la peut sem­bler tech­nique et abs­cons. Ce­pen­dant, l’idée est par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sante et in­no­vante puis­qu’elle per­met d’éli­mi­ner des étapes de trai­te­ment au­dio ré­dui­sant ain­si les risques de pol­lu­tion du si­gnal mu­si­cal. L’ap­proche trouve en outre toute sa jus­ti­fi­ca­tion sur des casques sans-fil, en Blue­tooth, sur les­quels la ré­cep­tion des si­gnaux au­dio se fait uni­que­ment en nu­mé­rique. Mieux en­core, si le casque Au­dio-tech­ni­ca ATHDSR7BT ne dis­pose que d’une bo­bine mo­bile sur

cha­cun de ses trans­duc­teurs, en re­vanche L’AHDSR9BT en a quatre par trans­duc­teur. Cha­cune de ces bo­bines est adres­sée par un si­gnal nu­mé­rique dif­fé­rent, dé­dié à cer­taines plages de fré­quence et spé­cia­le­ment pré­pa­ré par la puce Dnote, afin d’ac­croitre la pré­ci­sion so­nore.

Des casques ci­vi­li­sés, qui n’ont rien à voir avec des monstres de tech­no­lo­gies

C’est beau tout çà, mais en pra­tique que ce­la donne-t-il ? Ras­su­rez-vous. Pour com­men­cer, les Au­dio-tech­ni­ca ATH-DSR7BT et DSR9BT sont des casques certes haut de gamme, mais d’ap­pa­rence clas­sique, qui n’ont rien de monstres re­pous­sants de tech­no­lo­gie. Les deux mo­dèles ont des oreillettes closes. L’ATH-DSR7BT re­prend le style élé­gant, sobre et ur­bain de la sé­rie SR7 dont plu­sieurs mo­dèles nous sont dé­jà pas­sés entre les oreilles, no­tam­ment l’ex­cellent ATH-MSR7 d’un confort et d’une er­go­no­mie qui ne sont plus à dé­mon­trer. L’ATH-DSR9BT adopte de son cô­té un as­pect plus cos­su et un peu plus tech­nique. Es­thé­ti­que­ment, ce n’est pas tout à fait «notre tasse de thé», mais il en im­pose par son large ban­deau, ses épais cous­si­nets, ses doubles glis­sières en mé­tal mou­lé. La qua­li­té de construc­tion est in­dé­niable, le confort et la te­nue aus­si, même si L’ATH-DSR9BT est un poil lourd pour un mo­dèle no­made et serre un peu fort les oreilles.

Une construc­tion sé­rieuse, fonc­tion­nelle et so­lide

On ap­pré­cie éga­le­ment le bon ni­veau d’iso­la­tion pho­nique (pas­sive) des deux casques. Pour ce qui est de la connec­tique, au­cun des deux ne pos­sède de cor­don ou en­trée mini-jack ana­lo­gique. Il n’est pos­sible de les connec­ter qu’en nu­mé­rique : soit di­rec­te­ment en USB de­puis un or­di­na­teur ou un smart­phone (la com­pa­ti­bi­li­té avec cer­taines ver­sions d’an­droid ou IOS est par­fois as­su­rée) soit en Blue­tooth. L’ATH-DSR7BT et DSR9BT font par­tie des rares casques sup­por­tant le co­dec Aptx HD (Haute De­fi­ni­tion). Les com­mandes des deux mo­dèles sont iden­tiques. Elles com­portent un ré­glage de vo­lume qui s’ajuste as­sez fa­ci­le­ment à l’aveugle et un pa­vé tac­tile pour ac­ti­ver la lec­ture, mettre en pause ou prendre un ap­pel té­lé­pho­nique, que l’on trouve aus­si fa­ci­le­ment à l’aveugle, mais un peu trop (on a ten­dance à l’ac­ti­ver sans le vou­loir). En­fin, la construc­tion fait ap­pel aux mêmes prin­cipes sur L’ATH-DSR7BT et le DSR9BT. Sur les deux casques, les charges sont closes par des coques en ABS et mé­tal, bien amor­ties. Néan­moins, L’ATHDSR9BT, plus haut gamme, a des coques et un ar­ceau beau­coup plus tra­vaillés. Sur L’ATH-DSR7BT les trans­duc­teurs sont des mo­dèles simple bo­bine de 45 mm, tan­dis que sur L’ATH-DSR9BT ils sont éga­le­ment de 45 mm, mais à qua­druple bo­bine en cuivre de grade 7 N. Dans les deux cas, les cir­cuits sont lo­gés dans des com­par­ti­ments in­dé­pen­dants à l’in­té­rieur des coques des oreillettes.

Une res­ti­tu­tion so­nore sobre, pré­cise et sé­duc­trice

Au­dio-tech­ni­ca est un construc­teur ja­po­nais très an­cien et ex­pé­ri­men­té. Même s’il in­nove, il reste fi­dèle à ses tra­di­tions. À l’écoute des ATH-DSR7BT et DSR9BT, on re­trouve im­mé­dia­te­ment sa si­gna­ture acous­tique et plus par­ti­cu­liè­re­ment celle de ses casques no­mades de la sé­rie SR7. La res­ti­tu­tion so­nore, tout en jouant le jeu d’une sub­tile sé­duc­tion, de­meure re­la­ti­ve­ment sobre. Elle évite les ef­fets dé­mons­tra­tifs, non sans faire preuve de quelques ar­ti­fices. L’équi­libre est lé­gè­re­ment phy­sio­lo­gique avec des basses cha­leu­reuses et un ai­gu scin­tillant, mais sans trop for­cer le trait. Ce n’est ja­mais vul­gaire ou trop ou­ver­te­ment agui­cheur. De même le re­gistre mé­dium, tout en étant d’une bonne dé­fi­ni­tion et son­nant juste a un as­pect as­sez mat, sans brillant ou cou­leur trop pro­non­cés. La dy­na­mique est me­su­rée et ne souffre pas de mol­lesse. L’image so­nore est éga­le­ment bien po­sée sans dé­bor­der du cadre.

Sur ce point, L’ATH-DSR7BT offre une meilleure fo­ca­li­sa­tion, cer­tai­ne­ment grâce à ses trans­duc­teurs lé­gè­re­ment in­cli­nés vers l’avant. Par contre sur les autres pa­ra­mètres : dé­fi­ni­tion des timbres, fi­nesse des dé­tails, den­si­té du grave, ma­tière dans l’ai­gu... L’ATH-DSR9BT va in­con­tes­ta­ble­ment plus loin.

Après la théo­rie, la pra­tique : une tech­no­lo­gie pro­met­teuse

Afin de bien cer­ner les qua­li­tés de L’ATH-DSR9BT, nous avons pu le com­pa­rer à L’ATH-SR9 sa ver­sion fi­laire, ana­lo­gique et pas­sive. Le pre­mier était di­rec­te­ment rac­cor­dé en nu­mé­rique par USB à notre or­di­na­teur tan­dis que le se­cond était ali­men­té par un bon pe­tit DAC USB équi­pé d’un ex­cellent am­pli casque de ni­veau audiophile. Cette com­pa­rai­son nous a per­mis de va­li­der l’ap­port de la tech­no­lo­gie «Di­gi­tal Pure Drive». Sur cer­tains points, comme l’am­pleur et l’aé­ra­tion de l’image sté­réo­pho­nique ou en­core le na­tu­rel à forte puis­sance, notre am­pli sur L’ATH-SR9 s’est mon­tré un peu su­pé­rieur. Par contre, le sys­tème Dnote in­té­gré à L’ATH-DSR9BT nous a éton­nés par sa dou­ceur et sa fi­nesse dans le haut du spectre. L’ai­gu est en ef­fet ap­pa­ru à la fois plus dé­taillé, plus fouillé et moins ar­ti­fi­ciel. Les pe­tits dé­tails des prises de son ont éga­le­ment ga­gné en ma­tière et réa­lisme. Les bruits de salle, à gauche puis à droite, dans l’in­tro de la chan­son «Roo­ting for You» de Lon­don Gram­mar sont pas­sés du rang de pe­tits pa­ra­sites élec­triques gê­nants à ce­lui de bruits de salle beau­coup plus hu­mains et agréables. Nous avons éga­le­ment ap­pré­cié la très belle mo­du­la­tion de la voix de la chan­teuse, les sub­ti­li­tés de ses in­flexions, l’ab­sence d’agres­si­vi­té sur les sif­flantes. Le sys­tème Dnote ou «Di­gi­tal Pure Drive» nous a éga­le­ment im­pres­sion­nés par sa maî­trise dans le bas du spectre. Sur les im­pacts, comme sur les nappes de grave, il semble très bien mai­tri­ser les mou­ve­ments des mem­branes des trans­duc­teurs, même à très fort ni­veau. Ce­la évite les trai­nages, les lour­deurs et bour­don­ne­ments ha­sar­deux et per­met au son de l’au­dio-tech­ni­ca ATH-DSR9BT de res­ter tou­jours par­fai­te­ment te­nu, même à fort ni­veau. C’est une belle dé­mons­tra­tion de l’in­té­rêt de la tech­no­lo­gie Tri­gence Dnote pour un casque ac­tif et sans-fil.

600 € 350 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.