Lot­to PAW 5000

Lotoo fait par­tie des der­niers ar­ri­vés sur le mar­ché des ba­la­deurs au­dio­philes. Son pe­tit mo­dèle Paw 5000 sait lire les fi­chiers hi-res PCM ou DSD et, der­rière son look ain­si que son in­ter­face à l’an­cienne, il cache une belle vi­ta­li­té mu­si­cale...

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre Stem­me­lin

La marque chi­noise Lotoo pro­pose de­puis fin 2015 deux ba­la­deurs au­dio­philes, le mo­dèle haut de gamme Paw Gold (2000 €) et le pe­tit Paw 5000 (300 €). Ces deux mo­dèles se dé­marquent par leur style rétro, fleu­rant bon les an­nées 1980, et des choix tech­niques ori­gi­naux no­tam­ment l’uti­li­sa­tion de pro­ces­seurs au­dio de chez Ana­log De­vices, ADI Black­fin.

Un look vin­tage at­ta­chant et un équi­pe­ment ty­pi­que­ment audiophile

Mal­gré son look un peu da­té, le Lotoo Paw 5000 n’en de­meure pas moins at­ta­chant avec son boî­tier mé­tal­lique aux formes ar­ron­dies, sa fi­ni­tion bronze, ses bou­tons en plastiques noirs, ar­gen­tés et do­rés. Sa connec­tique in­dique im­mé­dia­te­ment qu’il s’agit d’un ap­pa­reil audiophile. Elle com­porte deux sor­ties casque, une asy­mé­trique sur jack 3,5 mm et une sy­mé­trique sur jack 2,5 mm. À ce­la s’ajoute une sor­tie Ligne et nu­mé­rique S/PDIF pour le rac­cor­de­ment à une chaîne Hi-fi, éga­le­ment au for­mat mini-jack. L’ap­pa­reil ne dis­pose pas de mé­moire in­terne, mais d’un lec­teur de carte mi­crosd (jus­qu’à 2 To) pour sto­cker et lire les fi­chiers de mu­sique. Une carte de 32 Go est sou­vent four­nie lors de l’achat du Lotoo Paw 5000. On peut la lais­ser dans le ba­la­deur pour trans­fé­rer les fi­chiers de­puis un or­di­na­teur grâce au port USB 3.0 qui sert éga­le­ment à la re­charge de la bat­te­rie in­té­grée. En­fin, outre les bou­tons de vo­lume sur la tranche, on trouve sur l’ap­pa­reil deux ré­glages de gain à deux po­si­tions (Low et High). Ce­la per­met au Lotoo Paw 5000 de s’adap­ter à une grande va­rié­té de casques et d’écou­teurs.

Une er­go­no­mie à l’an­cienne

Si vous vous at­ten­dez à de beaux me­nus gra­phiques, pas­sez votre che­min. L’in­ter­face du Lotoo Paw 5000 est à l’an­cienne. L’écran n’est pas tac­tile et l’on sé­lec­tionne les mor­ceaux de mu­sique grâce à la mo­lette ro­ta­tive en fai­sant dé­fi­ler les noms des dos­siers, sous-dos­siers et fi­chiers. Il y a bien la pos­si­bi­li­té de vi­sua­li­ser les cou­ver­tures des al­bums, mais l’ap­pa­reil en re­con­nait bi­zar­re­ment très peu. De même, l’uti­li­sa­teur peut en­re­gis­trer ses mor­ceaux fa­vo­ris dans trois listes de lec­tures dif­fé­rentes, mais ce­la reste très li­mi­té. On ne parle

pas non plus des fonc­tions de re­cherche par ar­tistes ou style de mu­sique. Elles sont ici ab­sentes De nom­breuses op­tions de pa­ra­mé­trages, le Blue­tooth et des ac­ces­soires pour le sport N’en dé­dui­sez pas du cha­pitre pré­cé­dent que le Lotoo Paw 5000 est un ba­la­deur to­ta­le­ment ar­chaïque. Son af­fi­cheur pro­pose quand même de jo­lis bar­graphes as­sez pros et tech­niques, du ni­veau de sor­tie ou de la ré­par­ti­tion spec­trale du mor­ceau de mu­sique en cours de lec­ture. De plus, grâce au DSP ADI Black­fin in­té­gré, de très nom­breuses pos­si­bi­li­tés d’éga­li­sa­tion et de per­son­na­li­sa­tion so­nore sont éga­le­ment pro­po­sées, soit à par­tir de courbes et ef­fets pré­ré­glés ou bien en ma­nuels. Ces op­tions sont dis­po­nibles dans les me­nus PMEQ (éga­li­seur pa­ra­mé­trique) et ATE (Acous­tic Timbre Em­bel­li­sher). Autre point in­té­res­sant, ce ba­la­deur est Blue­tooth et il est li­vré avec un bras­sard per­met­tant de l’ac­cro­cher à l’épaule ce qui est pra­tique pour al­ler faire du sport avec des écou­teurs sans-fil. At­ten­tion ce­pen­dant, le Lotoo Paw 5000 n’est pas étanche et le bras­sard ne le pro­tège ni des coups, ni des écla­bous­sures.

Des cir­cuits com­pa­tibles Hi-res jus­qu’en 24 bits/96 khz et DSD64

La construc­tion du Lotoo Paw 5000 est soi­gnée et propre, sans at­teindre néan­moins la qua­li­té de mo­dèle comme ceux d’as­tell & Kern ou Co­won. Son boî­tier est for­mé de deux de­mi-coques en mé­tal as­sez fines, mais dé­jà d’une bonne so­li­di­té, au­tour d’une struc­ture cen­trale en plas­tique. La bat­te­rie de 1700 mah, an­non­cée pour une di­zaine d’heures d’au­to­no­mie, est iso­lée des cir­cuits au­dio, ce qui est une bonne chose pour évi­ter les pa­ra­sites et ex­plique l’épais­seur im­por­tante de ce pe­tit ba­la­deur. Les cir­cuits au­dio in­ternes tournent tous au­tour du DSP Ana­log De­vices ADI Black­fin (ADSP-BF514 BBC-Z4, la ver­sion la plus com­plète) qui as­sure la com­pa­ti­bi­li­té avec les fi­chiers PCM échan­tillon­nés jus­qu’à 96 khz et DSD jus­qu’à 2,8 MHZ (DSD64). On note aus­si la pré­sence de conden­sa­teurs haut de gamme au tan­tale dans les étages de sor­tie.

Un mé­dium très ou­vert et une belle éner­gie

Un des avan­tages de l’in­ter­face à l’an­cienne du Lotoo Paw 5000 est qu’il dé­marre en un clin d’oeil. Pen­dant nos es­sais, la na­vi­ga­tion dans les me­nus et mor­ceaux de mu­sique s’est ré­vé­lée aus­si très fluide même si nous avons no­té quelques bogues. La res­ti­tu­tion de ce ba­la­deur pré­sente un équi­libre lé­gè­re­ment des­cen­dant, l’ai­gu est tout doux. Ce­pen­dant, l’équi­libre to­nal n’est pas trop cha­leu­reux ou étouf­fé, car le re­gistre mé­dium est su­per­be­ment aé­ré et lu­mi­neux, dé­li­vrant beau­coup de dé­tails et une ex­cel­lente sen­sa­tion de pré­sence sur les voix et ins­tru­ments. Le Lotoo Paw 5000 n’at­teint pas la fi­nesse mu­si­cale d’un Shan­ling M5, un peu plus cher que lui, mais re­pré­sente une al­ter­na­tive in­té­res­sant à l’in­con­tour­nable Fio X3 ou à l’er­go­no­mique Co­won Ple­nue D. Son in­ter­face uti­li­sa­teur est moins tra­vaillée, par contre, il offre plus de po­ly­va­lence en au­dio. Sa puis­sance de sor­tie n’est pas énorme, mais per­met d’ali­men­ter des casques dé­jà dif­fi­ciles. En outre, son tem­pé­ra­ment so­nore évo­lue beau­coup en fonc­tion de ses ré­glages de gain. En po­si­tion basse, il fa­vo­rise la dou­ceur et la nuance, of­frant une scène so­nore très ou­verte tout en conser­vant une sen­sa­tion de proxi­mi­té et d’ab­sence de filtre entre l’au­di­teur, les chan­teurs et mu­si­ciens. La po­si­tion haute ac­cen­tue sa ner­vo­si­té. Le grave est plus ap­puyé. Le son de­vient plus dense et per­cu­tant. La res­ti­tu­tion gagne en vi­ta­li­té et en éner­gie. De cette ma­nière, le Lotoo Paw 5000 s’adapte très bien à dif­fé­rents types de mu­siques ain­si que dif­fé­rents types d’écou­teurs et de casques tout en ne se dé­par­tis­sant ja­mais de son na­tu­rel ain­si que de son re­gistre mé­dium très dé­taillé et aé­ré.

300 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.