Co­won Ple­nue 2

On Magazine - - SOMMAIRE - par Pierre-yves Ma­ton

Deux ans et de­mi après le lan­ce­ment du Ple­nue 1, le fa­bri­cant sud-co­réen Co­won nous gra­ti­fie d’une nou­velle ver­sion, Ple­nue 2, qui va cer­tai­ne­ment bou­le­ver­ser la hié­rar­chie dans le do­maine des ba­la­deurs au­dio­philes haut de gamme. Et ce n’est pas un pe­tit chan­ge­ment es­thé­tique (comme nous avons trop sou­vent l’ha­bi­tude de le voir avec d’autres marques) qu’il nous pro­pose, mais une trans­for­ma­tion en pro­fon­deur. De mul­tiples amé­lio­ra­tions, tant in­ternes qu’ex­ternes, font de ce nou­veau ve­nu un in­con­tour­nable dans sa gamme de prix. On vous ex­plique pour­quoi ! La marque Co­won s’était lé­gè­re­ment fait at­tendre au lan­ce­ment de son tout pre­mier mo­dèle de ba­la­deur ca­pable de lire des fi­chiers Hi-res. Le Ple­nue 1 n’a fait son ap­pa­ri­tion au­près du grand pu­blic qu’en 2014, mais son suc­cès a été im­mé­diat. Car ce lec­teur no­made avait bien des atouts pour lui : le trai­te­ment de fi­chiers au­dio Hi-res, un bel écran Amo­led de 9.4 cm, une ma­ni­pu­la­tion aus­si en­fan­tine que com­plète, un corps mo­no­bloc en aluminium usi­né CNC, une syn­chro­ni­sa­tion fa­cile et plus de 8 heures d’au­to­no­mie. Et ce n’est qu’une par­tie des avan­tages de cette pre­mière mou­ture du Co­won Ple­nue, nous pour­rions aus­si ci­ter une large com­pa­ti­bi­li­té avec tous les for­mats de co­dage au­dio et une puis­sance suf­fi­sante, pour driver cer­tains casques ré­pu­tés gour­mands. Aus­si la nou­velle dé­cli­nai­son, Co­won Ple­nue 2, est at­ten­due au vi­rage. Le moindre man­que­ment et ce­la au­rait été une grosse dé­cep­tion. Que l’on se ras­sure, cette nou­velle mou­ture qui cha­peaute au­jourd’hui la sé­rie de ba­la­deurs Ple­nue n’a pas à avoir peur. Le Ple­nue 2 fait mieux que son pré­dé­ces­seur Ple­nue 1 et ce, sur tous les plans.

Un look plus agres­sif et de nou­velles mo­lettes de ré­glage, dont une as­si­gnable à votre guise

Ce nou­veau ba­la­deur audiophile éten­dard Co­won est une suite lo­gique de la dé­cli­nai­son de la gamme Ple­nue qui dé­mar­ra avec le Ple­nue 1 en 2014. Une ver­sion mi­nia­ture Ple­nue D, que nous avons tes­té, a éga­le­ment de­puis vu le jour ain­si que le mo­dèle Hires de mi­lieu de gamme Ple­nue M, l’ul­tra haut de gamme Ple­nue S et plus ré­cem­ment une nou­velle ver­sion Ple­nue M2. Ce nou­veau Co­won Ple­nue 2 a donc la lourde tache de re­joindre toute une sé­rie d’ap­pa­reils qui brillent, non seule­ment par un de­si­gn réus­si, mais aus­si par une ex­cel­lente mu­si­ca­li­té et un nombre de fonc­tion­na­li­tés éton­nantes. Pour ce­la, Co­won a ap­por­té des chan­ge­ments ra­di­caux. Tout d’abord, deux nou­velles mo­lettes cran­tées font leur ap­pa­ri­tion. Elles servent de com­mandes en lieu et place des pe­tits cur­seurs plats du Ple­nue 1. Le pre­mier sert au ré­glage du vo­lume (qui s’ajoute à ce­lui sur l’écran tac­tile), tan­dis que le se­cond est

as­si­gnable à la de­mande de l’uti­li­sa­teur. Ce­lui-ci pour­ra ser­vir à choi­sir de jouer les listes de lec­ture, les mor­ceaux, les di­vers ef­fets Je­tef­fect ou les six filtres nu­mé­riques, la lu­mi­no­si­té de l’ap­pa­reil... Pour ce qui est de l’es­thé­tique, les angles de l’ap­pa­reil sont plus vifs, mais il est beau­coup plus agréable à uti­li­ser et à trans­por­ter mal­gré un poids aug­men­té (193 g contre 173 g). On re­grette juste que les deux nou­velles mo­lettes ne soient pas mises à cô­té des prises de sor­tie, ce qui au­rait ain­si per­mis de le glis­ser dans une poche et pou­voir ma­ni­pu­ler les com­mandes sans avoir be­soin de le sor­tir.

Une connec­tique plus riche : sy­mé­trique, asy­mé­trique et nu­mé­rique

Sur le plan de la connec­tique, Co­won a mis les pe­tits plats dans les grands pour ce Ple­nue 2. Nous trou­vons au­jourd’hui une sor­tie sy­mé­trique ana­lo­gique sur mi­cro-jack 2.5 mm pour casque au­dio haut de gamme à cô­té d’un com­bo op­tique S/PDIF et une autre sor­tie ana­lo­gique asy­mé­trique cette fois sur mini-jack 3.5 mm. Le Ple­nue 2 compte éga­le­ment un port pour carte mi­crosd pour une plus grande ca­pa­ci­té de mé­moire qui va s’ajou­ter au 128 Go in­terne (jus­qu’à 256 Go), une va­leur dé­jà bien confor­table pour des fi­chiers au­dio même vo­lu­mi­neux, et une prise mi­cro-usb pour le rac­cor­de­ment à un or­di­na­teur (pour re­charge de la bat­te­rie, ges­tion des fi­chiers au­dio et mise à jour du lo­gi­ciel in­terne). Co­won an­nonce une au­to­no­mie de fonc­tion­ne­ment de 9 h, et ce avec des fi­chiers 24 bits/96 khz. Le temps de re­charge de l’ap­pa­reil est, lui, an­non­cé de 4 h. Une bat­te­rie de 3000 mah et 3.7 V (Li­thium) est ins­tal­lée dans l’ap­pa­reil.

Nou­veau Dac, nou­velle vie !

Pour le Ple­nue 2, Co­won a re­te­nu une toute nou­velle puce de conver­sion nu­mé­rique-ana­lo­gique Asa­hi Ka­sei AK4497EQ à ar­chi­tec­ture Vel­vet Sound, le Ple­nue 2 pour­ra donc trai­ter les flux DSD en na­tif (64 et 128). Pour les pu­ristes, il s’agit de la toute der­nière puce de ce fa­bri­cant de la «Pre­mium Ve­ri­ta Se­ries», un mo­dèle 32 bits ba­sé sur une ar­chi­tec­ture pro­prié­taire Vel­vet Sound qui est ca­pable de trai­ter des flux au­dio avec une dis­tor­sion très re­cu­lée (-116 db) et un rap­port si­gnal/bruit éle­vé (128 db). Elle rem­place le Burr Brown PCM1792 que l’on re­trouve en­core sur d’autres mo­dèles de la gamme Ple­nue. En choi­sis­sant cette nou­velle puce, Co­won re­joint d’autres marques de ba­la­deurs no­tam­ment As­tell & Kern qui n’hé­site pas à en pla­cer deux par ap­pa­reil. Co­won ne va pas jusque là, mais pré­fère en re­vanche do­ter son lec­teur Hi-res d’une double hor­loge TCXO haute per­for­mance pour mi­ni­mi­ser tous les phé­no­mènes de jit­ter. C’est un choix tech­nique par­fai­te­ment dé­fen­dable : une seule puce tra­vaille­ra mieux avec des flux mieux ré­gu­lés. D’autre part, Co­won in­dique que l’étage de puis­sance du Ple­nue 2 a été, lui aus­si amé­lio­ré. Cet étage of­fri­rait une meilleure com­pa­ti­bi­li­té avec des casques ré­pu­tés dif­fi­ciles à ali­men­ter. D’après nos in­for­ma­tions, il uti­li­se­rait un am­pli-op Texas Ins­tru­ment. Cet étage est dé­sor­mais sy­mé­trique et asy­mé­trique pour conten­ter les afi­cio­na­dos de cette der­nière connec­tique.

Des pos­si­bi­li­tés qui donnent le ver­tige

Le fonc­tion­ne­ment du Co­won Ple­nue 2 re­pose sur un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion Li­nux qui fait in­ter­ve­nir un pro­ces­seur ARM Dual Core Cor­tex A9 à 1.2 GHZ. Ce pro­ces­seur pi­lote toutes les fonc­tion­na­li­tés du Ple­nue 2 comme le lo­gi­ciel pro­prié­taire de contrôle du son Je­tef­fect 7 avec ses 66 am­biances so­nores, son éga­li­seur à 10 bandes et ses 6 filtres nu­mé­riques de «Short De­lay Sharp» à «Su­per Slow». Il est pos­sible d’en­re­gis­trer 16 confi­gu­ra­tions dif­fé­rentes des filtres, ef­fets et éga­li­seurs pour s’adap­ter à tous les styles mu­si­caux et sur­tout à tous les casques et écou­teurs uti­li­sés. Toutes les com­mandes du Co­won Ple­nue 2 sont ac­ces­sibles via un large af­fi­cheur Amo­led tac­tile de 9.4 cm d’une ré­so­lu­tion de 480 x 800 pixels (16 mil­lions de cou­leurs). Il offre plu­sieurs écrans de

lec­ture et de mise en ac­tion des dif­fé­rents ef­fets du lo­gi­ciel Je­tef­fect 7. La mu­sique est ran­gée sui­vant plu­sieurs cri­tères : genre, al­bum, ar­tiste, nou­veaux fi­chiers (très bonne idée), pistes... En mode lec­ture, la po­chette de l’al­bum lu s’af­fiche et l’on peut, de­puis l’écran, ré­gler les pa­ra­mètres de lec­ture, de vo­lume, sé­lec­tion­ner une piste, al­ler en avant ou en ar­rière et tout ce­la du bout d’un seul doigt. Et ce­rise sur le gâ­teau, il est fa­cile de faire ap­pa­raitre les deux vu­mètres ou un double bar­graphe de vo­lume : ter­ri­ble­ment bluf­fant et vin­tage en même temps.

Écoute : puis­sant, hy­per pré­cis, dy­na­mique et ja­mais agres­sif

Avec ses 28 mv en sor­tie, nous avions trou­vé que le Ple­nue D avait dé­jà un sa­cré coffre et bien ce n’est rien à cô­té de l’im­pres­sion de puis­sance que donne ce mo­dèle Ple­nue 2 pou­vant sor­tir 2 Vrms (même si en Eu­rope le ni­veau d’écoute maxi­male est li­mi­té). D’au­tant que dans un pre­mier temps, nous avons uti­li­sé un De­non AH-D600, un casque re­la­ti­ve­ment fa­cile à driver. Aus­si, ra­pi­de­ment, avec ce Ple­nue 2 nous avons dé­ci­dé de cor­ser quelque peu l’af­faire en uti­li­sant al­ter­na­ti­ve­ment un Au­deze LCD-X (le cos­su) et un Hi­fi­man Edi­tion X V2 (le dé­taillé), deux casques à prin­cipe de type or­tho­pla­nar qui s’en laissent moins ra­con­ter. Im­mé­dia­te­ment, il est clair que le Co­won Ple­nue 2 «pousse» comme on dit. Il donne une im­pres­sion de puis­sance qui semble illi­mi­tée avec un bas du spectre ma­gni­fi­que­ment te­nu. Il a la puis­sance lui, mais aus­si la vé­lo­ci­té. Nous sen­tons que ce lec­teur tient ces deux casques avec une fer­me­té et une réelle fa­ci­li­té. Mais nous n’avons pas af­faire à un ba­la­deur brut et bes­tial, bien au contraire sa puis­sance s’ac­com­pagne de beau­coup de nuance et d’émo­tion. Même sans jouer sur tous les ef­fets qu’il pro­pose, l’écoute par exemple de l’acte III de la «Tra­via­ta» de Ver­di chan­té par Mont­ser­rat Ca­bal­lé est ma­gni­fique en timbre et sur­tout très réa­liste. Les dif­fé­rentes am­pli­tudes de voix, sa lon­gueur de souffle et toutes les nuances que cette can­ta­trice met dans son chant res­sortent avec beau­coup de réa­lisme. L’es­pace so­nore est grand, spa­cieux et le Co­won Ple­nue 2 sait aus­si par­fai­te­ment po­si­tion­ner l’or­chestre entre nos oreilles avec la pro­prié­té de vrai­ment éta­ler les plans so­nores tout en pro­fon­deur. Nous nous lais­sons vite al­ler dans cette oeuvre de Ver­di et res­tons émus de­vant le per­son­nage de Vio­let­ta, in­ter­pré­té par cette can­ta­trice. Pas­sant à de la mu­sique plus mo­derne avec l’al­bum «Amu­sed to Death» de Ro­ger Wa­ters, les nom­breux dé­tails de cet en­re­gis­tre­ment (des chiens qui aboient, le son d’une ra­dio en ar­rière-fond, coup de hache dans un arbre) sont re­pro­duits avec pré­ci­sion. Ce lec­teur ne fait pas dans le ro­man­tisme, mais sait aus­si ti­rer toutes les in­for­ma­tions d’un en­re­gis­tre­ment. Dans le pre­mier mor­ceau «The Bal­lad», les per­cus­sions afri­caines sonnent juste avec le son du ta­pé et ce­lui des mains sur les peaux. Les voix fé­mi­nines du se­cond mor­ceau se placent réel­le­ment en pre­mier plan avant que la bat­te­rie se dé­chaine. C’est hy­per pré­cis, dy­na­mique et ja­mais agres­sif. Ce Co­won Ple­nue 2 offre un sa­cré contour aux notes. Il contraste les sons avec la pré­ci­sion du chi­rur­gien, mais sans dé­na­tu­rer le mes­sage ini­tial. Il a la trans­pa­rence sans la faire payer au prix d’un timbre trop haut per­ché : tout reste co­hé­rent en toutes cir­cons­tances. L’ai­gu est fin et cha­toyant. Il ca­resse le haut du spectre avec une cer­taine classe, ce qui donne à ce lec­teur une so­no­ri­té élé­gante et vi­vante. L’ho­mo­gé­néi­té des timbres comme la te­nue en ni­veau que nous avions consta­tés avec le mo­dèle Ple­nue D se trouve avec ce nou­veau Ple­nue 2 pous­sé beau­coup plus loin ; on gagne en réa­lisme, mais aus­si en vie tout en conser­vant cette si­gna­ture so­nore Co­won tel­le­ment ap­pré­ciée.

Conclu­sion

Voi­là bien un ba­la­deur réus­si sur tous les plans. Ses atouts sont nom­breux, d’abord, il est ma­gni­fi­que­ment fa­bri­qué avec sa coque en aluminium usi­né CNC, puis il offre un nombre im­pres­sion­nant de pos­si­bi­li­tés pour mo­du­ler le son comme on le sou­haite (et ce n’est pas, à l’usage, un simple gad­get bien au contraire), mais en plus il sonne vrai comme s’il avait un réel plai­sir à jouer de la mu­sique. En tout cas, il en pro­cure et même si son prix «pique» un peu, le jeu en vaut la chan­delle, fran­che­ment !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.