Le thé c’est bon pour la san­té ?

BULLE/Bien-être MA Deuxième bois­son la plus consom­mée dans le monde après l’eau, il se­rait la pa­na­cée pour la san­té. Le point sur ses ver­tus et ses in­con­vé­nients.

Parents - - Ma Bulle/Bien-Être - CA­RO­LINE HEN­RY

Il dé­stocke les graisses

No­tam­ment celles qui en­tourent l’ab­do­men, c’est-à-dire les plus dan­ge­reuses pour la san­té. Cet ef­fet brûle graisses se­rait dû à la ca­féine, qui aug­men­te­rait les dé­penses de l’or­ga­nisme, et les ca­té­chines, qui fa­vo­ri­se­raient la com­bus­tion des cel­lules grais­seuses ab­do­mi­nales.

Un bon an­ti-can­cer

Pour le bio­chi­miste Ri­chard Bé­li­veau, le thé ren­ferme la plus grande pro­por­tion de mo­lé­cules an­ti­can­cé­reuses des vé­gé­taux de notre ali­men­ta­tion. Plus de 11 000 études ont dé­mon­tré qu’une de ces mo­lé­cules, l’épi­gal­lo-ca­té­chine gal­late (EGCG), un po­ly­phé­nol, pouvait in­ter­fé­rer avec des pro­ces­sus uti­li­sés par les cel­lules can­cé­reuses pour croître et en­va­hir les or­ganes. Une consom­ma­tion de 3-4 tasses par jour de thé vert est as­so­ciée à une ré­duc­tion des can­cers di­ges­tifs de 60 %, du pou­mon (chez les non-fu­meurs) de 20 %, du sein de 40 % et de la pros­tate de 50 %. « Ces ré­sul­tats en­cou­ra­geants s’ins­crivent dans le cadre d’une hy­giène de vie équi­li­brée, car le can­cer est une ma­la­die mul­ti­fac­to­rielle», re­marque le Dr Lau­rence Plu­mey.

Il a un ef­fet re­laxant

Le thé ren­ferme de la théine (la même mo­lé­cule que la ca­féine), ex­ci­tante, mais il n’en contient que 30mg pour une tasse de thé vert, contre 135 mg pour un ex­pres­so ou 179 mg dans un ca­fé filtre. « Si le ca­fé pos­sède un ef­fet ex­ci­tant puis- sant, qua­si im­mé­diat et as­sez court (2 ou 3heures), le thé sti­mule moins et moins vite, mais du­rant 6-8 heures », pré­cise Isabelle Brette. De plus, les feuilles de thé ren­ferment de la L-théa­nine, un acide ami­né aux ef­fets re­laxants.

Il aide à mieux vieillir

Les an­ti­oxy­dants (po­ly­phé­nols) dont re­gorge le thé vert sont un bouclier contre les ra­di­caux libres, res­pon­sables du vieillis­se­ment des cel­lules et des pa­tho­lo­gies qui y sont as­so­ciées. « Des études tendent à mon­trer son ef­fet pré­ven­tif sur les ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires (AVC), ou sur le dé­clin cog­ni­tif (Alz­hei­mer) », note Isabelle Brette.

En boire trop abîme les dents

« Ses ta­nins gé­nèrent un dé­pôt qui peut en­traî­ner chez les grands consom­ma­teurs de thé des taches bru­nâtres sans gra­vi­té », dit le Dr Plu­mey. De plus, il consti­tue un mi­lieu plu­tôt acide qui contri­bue à l’éro­sion de l’émail res­pon­sable de la sen­si­bi­li­té den­taire quand on en boit beau­coup.

Il faut évi­ter d’en consom­mer quand on manque de fer

« Dans l’in­tes­tin grêle, les ta­nins du thé forment un com­plexe avec le fer ali­men­taire, contra­riant son as­si­mi­la­tion, pré­cise le Dr Plu­mey. Mieux vaut évi­ter d’en boire au cours d’un re­pas ou si­non, on lui ajoute un fi­let de ci­tron. Lors­qu’on risque d’être ca­ren­cée (règles abon­dantes…), on se li­mite à 1 tasse par jour. »

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.