L’AMOUR DU MUSCLE

Playboy (France) - - Les Playmates Des Internets - Par Bo­ris Bergmann

AU COMMENCEMENT IL Y EUT LA BLO­GUEUSE

— @gyp­set­god­dess fi­nie la « femme sous in­fluence » à la Cas­sa­vetes, les in­fluen­ceuses sont les nou­velles maîtres du monde. Plus que leurs fringues et leur mi­nois, elles vendent un li­fe­style tout en­tier: boy­friend, plages où bron­zer et nour­ri­ture à in­gur­gi­ter. Avec l’avo­cat, les baies de Go­ji et l’ad­dic­tion au yo­ga, les séances de «work out» sont de­ve­nues un pas­sage obli­gé chez ces « pas­tiches de re­pro­duc­tion consom­mable » qui au­raient tant plu à Guy De­bord.

LES FESSES DE KIM

— @kim­kar­da­shian La reine des in­fluen­ceuses, c’est évi­dem­ment Kim Kar­da­shian. En bra­dant son exis­tence aux écrans, elle a chan­gé son néant en bu­si­ness fruc­tueux. Il a fal­lu trans­for­mer son corps, al­ler au-de­là des fron­tières du réel. Tous ses ef­forts se sont concen­trés sur son pos­té­rieur, sym­bole hé­ral­dique de sa lé­gende di­gi­tale. vé­ri­table être à part en­tière, le Cul ( avec un grand C ) est peut-être l’or­gane le plus cé­lèbre de Kim… Avec son smart­phone.

DE LA PRO­PA­GA­TION DU MUSCLE

— @sis­sy­mua Dé­sor­mais né­ces­saire pour faire car­rière, le muscle ob­sède. Youtube pul­lule de tu­tos pour dé­ve­lop­per sa sil­houette. Les coaches filles sont au­tant de­man­dées que les mecs, telle Sis­sy Mua aux 600 000 fol­lo­wers. Elle a même sin­gé le couple avec un autre You­tu­beur, Ti­bo in Shape, sorte de croi­se­ment entre Miss uni­vers et une ca­gole de Mar­seille. Mon­sieur et Ma­dame Muscle vous aident à trou­ver l’amour, car comme le dit la chan­son de Spec­tral Dis­play : « It takes a muscle to fall in love. »

UNLIMITED CAPACITY FOR MUSCLE

— @kay­la_it­sines Au rayon «Er­rances 2.0», on tombe très vite sur des vi­déos pro­met­tant des trans­for­ma­tions ful­gu­rantes, des «avant/après», des ré­gimes ul­tra-stricts pour at­teindre le « corps fé­mi­nin par­fait ». Triste vi­sion de femmes sans as­pé­ri­tés van­tant leur mé­thode à coup de ha­sh­tags. Et si on leur di­sait que ce qu’on pré­fère, chez elles, ce sont leurs im­per­fec­tions ?

Pour la playmate 3.0, les ab­dos et les is­chio-jam­biers sont de­ve­nus aus­si es­sen­tiels que le tour de poi­trine. Re­tour sur un dur­cis­se­ment cor­po­rel gé­né­ra­li­sé des idoles nu­mé­ri­sées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.