Avoir chaud et souf­fler le froid

Quand le mer­cure flirte avec les som­mets, le corps sur­chauffe… “Pra­naya­ma” ra­fraî­chis­sant, pos­tures de yo­ga pour faire bais­ser la tem­pé­ra­ture, ri­tuels cos­mé­tiques et re­cettes d’aro­ma­thé­ra­pie, voi­ci sept as­tuces an­ti­ca­ni­cule pour un corps et un es­prit lége

Psychologies - - SENSATIONS -

1 Un ri­tuel ré­veille-ma­tin pour dé­gon­fler « En été, la lymphe est en­core plus fai­néante qu’à l’or­di­naire. Or elle joue un rôle dans la ther­mo­ré­gu­la­tion cor­po­relle, et l’ai­der à cir­cu­ler per­met de mieux éli­mi­ner la cha­leur », in­dique Va­lé­rie Lé­ger, for­ma­trice spa et re­tail France chez Cla­rins. Autre ef­fet in­dé­si­rable : un vi­sage gon­flé au ré­veil.

Pour y re­mé­dier, pas­sez vos mains sous l’eau bien fraîche avant d’y ver­ser votre lo­tion. Po­sez les paumes sur les joues, au ni­veau du nez : sans glis­ser, exer­cez des pres­sions vers les oreilles. Faites de même sur le front, puis de l’ovale du vi­sage vers le dé­col­le­té. Ré­pé­tez trois fois pour chaque par­tie en ap­pli­quant votre sé­rum et votre crème ou gel avec, de pré­fé­rence, une tex­ture ra­fraî­chis­sante. À lais­ser in­fu­ser : Lo­tion douce to­ni­fiante peaux sèches, Cla­rins, 200 ml, 23,50 €. Hy­dra Beau­ty Sé­rum, Cha­nel, 50 ml, 104,50 €. Crème fraîche de beau­té, Nuxe, 50 ml, 26,50 €. 2 La res­pi­ra­tion “shi­ta­li” pour domp­ter le mer­cure Le but pre­mier de cette res­pi­ra­tion est d’ame­ner de l’air froid à l’in­té­rieur du corps. C’est l’un des rares pra­naya­ma (« souffle ») qui le per­met.

En cas de coup de chaud, as­seyez­vous et po­sez les mains sur les ge­noux. En­rou­lez la langue en U, un peu comme un bâ­ton de can­nelle, ou col­lez le bout de la langue der­rière les dents du haut : ins­pi­rez de fa­çon so­nore et ex­pi­rez nor­ma­le­ment par la bouche, sans for­cer. Ré­pé­tez cinq fois. Et seule­ment deux ou trois fois si vous êtes en ville, à cause de la pol­lu­tion.

3 Une crème so­laire gla­çon

« Nous avons dé­cou­vert de nou­veaux po­ly­mères qui, en plus d’avoir un ef­fet ra­fraî­chis­sant im­mé­diat, ré­agissent à la cha­leur et à la sueur. Ils li­bèrent un ac­tif men­tho­lé qui gé­nère une se­conde vague de fraî­cheur », ex­plique Oli­vier Dou­cet, vice-pré­sident de la re­cherche et du dé­ve­lop­pe­ment chez Co­ty.

Du cô­té des so­laires, pri­vi­lé­giez les gels à ac­tion ra­pide : même s’ils chauffent dans votre sac de plage, ils au­ront un ef­fet frais une fois ap­pli­qués sur la peau. Idem pour les laits après-so­leil, dont cer­tains peuvent ab­sor­ber l’ex­cès de cha­leur (c’est par­ti­cu­liè­re­ment agréable sur les jambes, les pieds, les mains). Évi­tez ceux conte­nant de l’al­cool, qui ac­cen­tue l’ir­ri­ta­tion et la déshy­dra­ta­tion d’une peau abî­mée par le so­leil, le sel ou le chlore. Un va­ni­ty de plage comme un gla­çon : brume in­vi­sible Sun Sport SPF 50, Lan­cas­ter, 125 ml, 31 €. Pour faire bais­ser la tem­pé­ra­ture de la peau : gel après-so­leil désal­té­rant Hy­dra­fresh Pro­tect, L’Oréal Pa­ris, 8,40 €. Su­nis­sime, sé­rum ré­pa­ra­teur SOS an­ti-âge glo­bal, Lie­rac, 30 ml, 41,90 €. 4 Une ges­tuelle ra­fraî­chis­sante Pour neu­tra­li­ser les échauf­fe­ments cu­ta­nés, al­liez bru­mi­sa­teur et crème so­laire. Choi­sis­sez une crème qui s’ap­plique sur peau mouillée. Cette tech­no­lo­gie fa­vo­rise l’ho­mo­gé­néi­té mal­gré la pré­sence de l’eau, et n’al­tère pas l’in­dice de pro­tec­tion.

Le bon duo : Eau cel­lu­laire en spray, Es­the­derm, 100 ml, 21,50 €. À as­so­cier à An­the­lios XL, gel peau mouillée ou sèche, La Roche- Po­say, 250 ml, 25 €. 5 Un masque en tis­su sur me­sure Pour avoir moins chaud, vous pre­nez une douche mais, une fois votre crème ap­pli­quée, c’est comme si vous n’aviez rien fait. Et si, pour évi­ter de suer à grosses gouttes et de tuer cette pré­cieuse fraî­cheur éphé­mère, vous ap­pli­quiez l’un de ces masques en tis­su dont les Co­réennes raf­folent ?

« Pour les peaux très sen­sibles qui souffrent du so­leil, op­tez pour un masque à l’aloe ve­ra, à la fois hy­dra­tant et apai­sant, ou à la vi­ta­mine E, pour ses ver­tus an­tiin­flam­ma­toires, conseille Au­ré­lie Guyoux, di­rec­trice scien­ti­fique d’Es­the­derm et d’État pur. L’acide hya­lu­ro­nique se­ra par­fait pour les peaux sèches ou ma­tures en quête de ré­pa­ra­tion. Il per­met de main­te­nir une bonne hy­dra­ta­tion et aide à la fa­bri­ca­tion de mé­la­nine (adieu rou­geurs !). Quant aux peaux grasses, elles aus­si peuvent être déshy­dra­tées, en plus des brillances ha­bi­tuelles. Sur un masque à l’acide hya­lu­ro­nique, ver­sez de l’ac­tif pur Zinc glu­co­nate d’État pur : trois gouttes sur le front et une sur le nez. » À lais­ser po­ser dix ou quinze mi­nutes avant de mas­ser dé­li­ca­te­ment.

Une fric­tion men­tho­lée pour bien dor­mir

C’est un mé­ca­nisme phy­sio­lo­gique : notre corps mo­di­fie sa tem­pé­ra­ture en fonc­tion des pé­riodes d’ac­ti­vi­té ou de som­meil. Au cours de la jour­née, il y a deux creux ther­miques : après dé­jeu­ner et le soir. Pour l’ai­der à se ra­fraî­chir en cas de forte cha­leur, l’huile es­sen­tielle de menthe poi­vrée est la ré­fé­rence (à uti­li­ser avec pré­cau­tion, à très faible dose et uni­que­ment pour cet usage, à par­tir de 12 ans).

La re­cette : « Pour ob­te­nir une tex­ture lé­gère, choi­sis­sez une huile vé­gé­tale non grasse, comme celles de ma­ca­da­mia ou de jo­jo­ba bio, dé­taille Ca­ro­line Rault, res­pon­sable de la for­ma­tion chez Pu­res­sen­tiel. Dans l’équi­valent d’une cuille­rée à soupe d’huile vé­gé­tale (en­vi­ron dix à quinze mil­li­litres se­lon les cuillères), mé­lan­gez une à deux gouttes de menthe poi­vrée. Ver­sez l’en­semble dans un fla­con en verre tein­té à pi­pette. Avant de vous cou­cher, fric­tion­nez-vous avec cinq gouttes (pas plus) du mé­lange, en les ré­par­tis­sant sur la nuque, les épaules et les bras. À faire deux à trois fois par jour, pas da­van­tage. » Ef­fet ga­ran­ti !

Un au­to­mas­sage apai­sant

« En mé­de­cine chi­noise, l’été est la sai­son du coeur, l’or­gane le plus yang, l’or­gane em­pe­reur, men­tionne An­neCé­cile Douillard, acu­punc­trice. C’est lui qui fait cir­cu­ler dans le sang le qi, notre éner­gie, et le chen, notre tem­pé­ra­ment. » Lors­qu’il fait chaud, que vous sen­tez battre vos tempes, il est en ex­cès et a be­soin d’être cal­mé.

Po­sez vos mains sur le som­met du crâne pour les faire glis­ser vers le bas, très lé­gè­re­ment, comme une ca­resse, jus­qu’au ster­num. « Ce­la fe­ra des­cendre ce mou­ve­ment yang, pré­cise-t-elle. Et en ra­len­tis­sant les bat­te­ments du coeur, l’éner­gie se re­cen­tre­ra vers le bas. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.