Gen­til co­que­li­cot

Cette fleur aux pé­tales soyeux et rouges égaye notre hu­meur comme les prai­ries. À la fois apai­sante et adou­cis­sante, elle calme et in­vite au som­meil.

Psychologies - - RESSOURCES -

D’OÙ VIENT- IL ?

Bien que les pes­ti­cides l’aient sou­vent chas­sé, Pa­pa­ver

rhoeas reste une des plantes em­blé­ma­tiques des champs de blé, des friches et des bords de che­min l’été. S’il pousse dé­sor­mais presque par­tout – Asie, Eu­rope, États-Unis –, il est ori­gi­naire de l’est du bas­sin mé­di­ter­ra­néen. Les Égyp­tiens le met­taient dans leurs tom­beaux tan­dis que les Grecs et les Ro­mains ont long­temps dé­gus­té ses pé­tales en sa­lade.

POUR QUI ?

Son ef­fet mo­dé­ré per­met de l’uti­li­ser chez les en­fants dès 3 ans et chez les per­sonnes âgées pour les ai­der à s’en­dor­mir ou adou­cir leur toux. Pour les stres­sés, les an­xieux, as­so­cié à d’autres plantes, pour apai­ser leur ner­vo­si­té.

QUE CONTIENT- IL ?

Des al­ca­loïdes (rhoea­dine, pa­pa­vé­rine) en faible quan­ti­té (0,12 %), des pig­ments an­ti­oxy­dants, les an­tho­cyanes (qui lui donnent sa cou­leur rouge), des fla­vo­noïdes et des mu­ci­lages.

CONTRE- INDICATION ?

Au­cune pour les pro­duits à base de pé­tales ; évi­tez ceux avec la plante en­tière, plus concen­trés en al­ca­loïdes.

QUELS SONT SES BIEN­FAITS ?

Pe­tit frère du pa­vot blanc – opia­cé plus puis­sant –, il a des pro­prié­tés sé­da­tives et an­ti­stress. Il apaise les pal­pi­ta­tions, di­mi­nue les symp­tômes de l’an­xié­té, calme et aide à s’en­dor­mir. Il s’ap­pa­rente à un nar­co­tique lé­ger qui at­té­nue les né­vral­gies, dou­leurs dues à l’in­flam­ma­tion d’un nerf. Les mu­ci­lages ont des ver­tus adou­cis­santes et émol­lientes sur les toux ir­ri­ta­tives, spas­mo­diques et sèches. Ils fa­vo­risent l’ex­pec­to­ra­tion et fa­ci­litent la res­pi­ra­tion, no­tam­ment en cas d’asthme. Grâce aux al­ca­loïdes, le co­que­li­cot est anal­gé­sique et an­ti-in­flam­ma­toire.

SOUS QUELLE FORME ?

Les pé­tales sont co­mes­tibles frais et dé­corent les sa­lades. Ils se consomment aus­si en confi­ture. En gé­lules1, pour re­trou­ver un bon som­meil : deux le soir au mo­ment du re­pas et deux autres au cou­cher. Il existe des si­rops contre la toux et l’en­roue­ment2 et des pas­tilles à su­cer en cas de stress3. Les pé­tales s’in­fusent en ti­sane : 30 g de co­que­li­cot + 25 g de la­vande + 25 g de tilleul + 25 g d’oran­ger amer, à rai­son de 1 c. à c. par tasse pour en­dor­mir les en­fants. En cas de stress, mettre une grosse poi­gnée de pé­tales dans 1 litre d’eau, por­ter à ébul­li­tion, lais­ser in­fu­ser 5 à 10 mi­nutes. Fil­trer et pla­cer cette dé­coc­tion au ré­fri­gé­ra­teur : boire un de­mi-verre plu­sieurs fois par jour. 1. Ar­ko­phar­ma. 2. Me­di­flor. 3. Fleu­rance Na­ture.

Merci au Dr Jean- Mi­chel Mo­rel, au­teur du Trai­té pra­tique de phy­to­thé­ra­pie (Gran­cher), char­gé de cours de phy­to­thé­ra­pie et d’aro­ma­thé­ra­pie à la fa­cul­té de Be­san­çon, fon­da­teur de wi­ki­phy­to.org.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.