IN­DÉ­PEN­DANTS, DI­RI­GEANTS : RE­VE­NUS 2018 ET PRÉ­LÈ­VE­MENT À LA SOURCE

RF Conseil - - Impôts -

Le pré­lè­ve­ment à la source de l’im­pôt sur le re­ve­nu en­tre­ra en vi­gueur le 1er jan­vier 2019. Quelques con­seils pour an­ti­ci­per ses consé­quences fis­cales sur les re­ve­nus de 2018, an­née dite de tran­si­tion.

Le pré­lè­ve­ment à la source de l’im­pôt sur le re­ve­nu (PAS) se­ra une réa­li­té dès le 1er jan­vier 2019. À par­tir de cette date, les re­ve­nus des in­dé­pen­dants (BIC, BNC, BA) et les ré­mu­né­ra­tions des gé­rants et as­so­ciés re­le­vant de l’ar­ticle 62 du CGI don­ne­ront lieu au ver­se­ment d’acomptes men­suels ou tri­mes­triels pré­le­vés au­to­ma­ti­que­ment par le sc sur le compte ban­caire du contri­buable.

A n d’évi­ter un double paie­ment d’im­pôt en 2019, un mé­ca­nisme com­plexe de « cré­dit d’im­pôt de mo­der­ni­sa­tion du re­cou­vre­ment » (CIMR) vien­dra an­nu­ler L’IR a érent aux re­ve­nus cou­rants de 2018. Il fau­dra en re­vanche pré­voir la tré­so­re­rie cor­res­pon­dante pour ac­quit­ter

n 2019 l’im­pôt a érent aux re­ve­nus dits « ex­cep­tion­nels » ou hors du champ d’ap­pli­ca­tion du PAS (re­ve­nus nan­ciers, plus-va­lues mo­bi­lières…) per­çus en 2018. S’il existe des stra­té­gies d’op­ti­mi­sa­tion, des dis­po­si­tifs an­ti-abus sont ce­pen­dant pré­vus no­tam­ment pour les re­ve­nus des in­dé­pen­dants et les re­ve­nus sa­la­riaux des di­ri­geants.

2018, UNE AN­NÉE DE TRAN­SI­TION

Les re­ve­nus de 2018 de­vront être dé­cla­rés comme d’ha­bi­tude au prin­temps 2019. L’avis d’im­po­si­tion émis en­suite fe­ra ap­pa­raître L’IR théo­ri­que­ment dû sur les re­ve­nus 2018 du­quel se­ra dé­fal­qué un cré­dit d’im­pôt dit CIMR égal au mon­tant de l’im­pôt a érent aux seuls re­ve­nus cou­rants de l’an­née 2018 cal­cu­lé par le

sc sans te­nir compte des ré­duc­tions/ cré­dits d’im­pôt de 2018. At­ten­tion, seuls les re­ve­nus dé­cla­rés spon­ta­né­ment par le contri­buable sont concer­nés par le CIMR et l’an­née 2018 se­ra exa­mi­née de près par le sc qui dis­po­se­ra ex­cep­tion­nel­le­ment d’un dé­lai de re­prise de 4 ans au lieu de 3 pour vé­ri er ses condi­tions d’oc­troi. Exemple. Un ex­ploi­tant in­di­vi­duel ma­rié ayant réa­li­sé un bé­né ce de 120 000 € en 2018 et bé­né ciant d’un cré­dit d’im­pôt de 6 000 € au titre de tra­vaux d’éco­no­mies d’éner­gie au­rait nor­ma­le­ment dû ac­quit­ter un im­pôt de 24 700 € – 6 000 € soit 18 700 €. Un CIMR de 24 700 € 120 000/120 000 = 24 700 € vien­dra gom­mer to­ta­le­ment son IR brut de 24 700 € et son cré­dit d’im­pôt de 6 000 € lui se­ra res­ti­tué en sep­tembre 2019.

LE CIMR DU DI­RI­GEANT

Seul est sus­cep­tible d’être an­nu­lé par le CIMR l’im­pôt sur le re­ve­nu a érent aux re­ve­nus cou­rants de 2018, à l’ex­cep­tion des re­ve­nus ex­pres­sé­ment ex­clus de l’as­siette du CIMR ou non sus­cep­tibles d’être recueillis an­nuel­le­ment.

Pour cer­tains di­ri­geants de so­cié­tés et les membres de leurs fa­milles sa­la­riés de l’en­tre­prise qu’ils contrôlent, le ca­rac­tère ex­cep­tion­nel ou non des ré­mu­né­ra­tions ver­sées est ap­pré­cié sur une pé­riode

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.