Spoon

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - “They Want My Soul”

LOMAVISTA/AN­TI La France est un des der­niers pays dont les ré­fé­ren­dums de fin d’an­née ne se mettent pas en branle-bas de com­bat à chaque sor­tie d’un nou­vel al­bum de Spoon. Le si­lence as­sour­dis­sant qui ré­pond chez nous à cha­cun de leur disque de­meure un mys­tère, qui risque peut-être de s’épais­sir en­core un peu avec ce hui­tième al­bum. Car là où nombre de groupes réus­sissent dif­fi­ci­le­ment à ne pas épui­ser tout leur car­bu­rant en un ou deux disques, Spoon par­vient en­core à mû­rir, et à s’af­fi­ner da­van­tage à chaque pro­duc­tion, gar­dant tou­jours en tête l’adage qui dit que les­sis­more. Spoon a vrai­ment in­ven­té un son, ba­sé au­tour de la re­te­nue et d’une maî­trise to­tale de l’ac­ci­dent dans l’in­ter­pré­ta­tion, jusque dans la voix ma­gni­fi­que­ment rauque de Britt Da­niel, qui sait exac­te­ment quand s’érailler pour flan­quer des fris­sons à l’au­di­teur. La ma­gie émerge alors de la somme de ces ac­ci­dents, au point qu’il en de­vienne dif­fi­cile d’ima­gi­ner com­ment le groupe pense et com­pose ses titres. Au mi­lieu de “Knock Knock Knock” par exemple, quatre se­condes seu­le­ment d’une gui­tare ul­tra sa­tu­rée viennent par­faire et com­plé­ter un titre construit au­tour d’ar­pèges et de sif­fle­ments. Com­ment leur est ve­nue l’idée ? En re­vanche, dès qu’on l’en­tend, on sait qu’ils ont bien fait de le faire. En dix titres comme tou­jours lar­ge­ment plus sub­tils que ne le sug­gère la pre­mière écoute (“Out­lier”, l’ex­cep­tion­nel “Rai­ny Taxi”), les Spoon (pour la pre­mière fois pro­duits par Dave Frid­mann) confirment qu’ils sont bien les par­rains d’une sorte de po­wer pop mi­ni­ma­liste, d’ailleurs sa­luée par beau­coup de leurs pairs ou­treAt­lan­tique, Ar­cade Fire en tête, qui vient de les (ré)in­vi­ter en pre­mière par­tie de dates amé­ri­caines. THO­MAS VAN­DEN­BER­GHE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.