Plastiscines

Rock & Folk - - Disques Français - “Back To The Start”

BE­CAUSE Dé­jà le troi­sième al­bum pour le groupe fé­mi­nin ap­pa­ru en 2004 en pleine vague des bé­bés ro­ckers (Naast, BB Brunes). De­puis, il a beau­coup tour­né et dis­ci­pli­né le rock im­pé­tueux de ses dé­buts. Le phé­no­mène de mode s’est for­gé une cré­di­bi­li­té en tra­vaillant sur la dis­tance et ou­vrant lar­ge­ment son champ d’in­fluences bien au-de­là de ses pul­sions ori­gi­nelles. Re­con­ver­ti en trio, la for­ma­tion signe dé­fi­ni­ti­ve­ment ses adieux au rock ga­rage, pri­vi­lé­gie les in­fluences des an­nées 80 en B (Blon­die, Ba­na­na­ra­ma, Bangles) et vise la re­con­nais­sance in­ter­na­tio­nale en s’ad­joi­gnant les ser­vices de plu­sieurs pro­duc­teurs à suc­cès, tels Mir­wais (Ma­don­na) ou RAC (U2, Gos­sip). L’op­tion est ré­so­lu­ment pop avec un par­ti pris dan­sant et fun qui est ra­re­ment pris en dé­faut, à l’image de l’ou­ver­ture étour­dis­sante avec le meilleur des trois mor­ceaux en fran­çais (“Com­ment Faire”) dont le choix lin­guis­tique se ré­vèle aus­si pro­bant que la veine an­glo­phone dé­fen­due le reste du temps : la pop syn­co­pée est por­tée par le charme de la voix aci­du­lée et des choeurs pé­tillants. Les voix consti­tuent d’ailleurs l’un des points forts des Plastiscines : si elles s’ins­crivent dans la tra­di­tion des groupes de filles et de leurs ré­mi­nis­cences six­ties, elles em­pruntent éga­le­ment au hip-hop, voire au dis­co (“Up­side Down”) tout en pré­ser­vant une di­men­sion rock qui pi­mente leur po­tion de gi­clées de gui­tares et d’une pointe de sau­va­ge­rie. Le mé­lange de ces di­verses in­fluences concourt à de ré­jouis­santes réus­sites comme “Ooh La La”, las­cif et per­cu­tant, “Back To The Street”, opé­ra­tion dou­ceur (beau­coup plus convain­cante que la bal­lade ra­tée “To­night In Lon­don”), ou “Love Game”, brillante va­ria­tion néo-yé-yé. H.M.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.