God­zilla War­ner

Rock & Folk - - Dvd Cinéma -

Le tout pre­mier God­zilla, ce­lui de 1954 si­gné Ino­shi­ro Hon­da, était à la fois une ré­ponse nip­pone au “King Kong” amé­ri­cain et une pa­ra­bole sur la ter­reur ato­mique. La bes­tiole écailleuse sor­tant de son som­meil an­ces­tral suite à des es­sais nu­cléaires dans le Pa­ci­fique. Tou­jours est-il que ce clas­sique lan­ça un genre, le Kai­juEi­ga. Avec une tri­po­tée de films à monstres dont une tren­taine d’autres God­zilla. In­ter­pré­té pen­dant des dé­cen­nies par des ac­teurs re­vê­tus d’un cos­tard en ca­ou­tchouc pas­sant leur temps à dé­truire des ma­quettes de To­kyo au ra­len­ti et à com­battre d’autres créa­tures ab­surdes (Ebi­rah l’écre­visse géante, Ga­me­ra la tor­tue vo­lante, Biol­lante la plante gar­gan­tuesque), God­zilla est de­ve­nu si culte au Pays du So­leil Le­vant qu’il fait dé­sor­mais par­tie de son ima­ge­rie. Au même titre que le sa­ké, le théâtre Ka­bu­ki ou le Mont Fu­ji. Jus­qu’à ce que Hol­ly­wood, ja­loux, s’em­pare du mythe. En 1998, Ro­land Em­me­rich, spé­cia­liste des block­bus­ters des­troy, en fait un re­make fri­qué mais sans saveur. Tout le contraire du re­boot 2014 si­gné Ga­reth Ed­wards, jeune ci­néaste bri­tan­nique vé­ri­table fan du genre. A tel point que, mal­gré la tech­ni­ci­té d’au­jourd’hui (image 3D et monstre nu­mé­rique), Ed­wards réus­sit à re­trou­ver une cer­taine poé­sie en­fan­tine propre à tous ces vieux God­zilla kitsch pro­duits par la To­ho. Avec des sé­quences de fin du monde bien im­mer­sives — voir le film en Blu-ray 3D si pos­sible — et un monstre li­mite gla­mour. Presque plus ban­dant qu’An­ge­li­na Jo­lie, le God­zi !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.