Sean Rowe

Rock & Folk - - Disques - BER­TRAND BOUARD

“Mad­man”

AN­TI

Lors de son ir­rup­tion en 2010, Sean Rowe se pré­sen­tait comme “chas­seur/cueilleur mo­derne et mu­si­cien iti­né­rant”. Fé­ru d’im­mer­sions in­to the wild, Rowe a de­puis dé­ve­lop­pé une pe­tite no­to­rié­té aux Etats-Unis mais trace sa route à sa guise. Il s’est em­bar­qué l’an pas­sé dans une tour­née chez l’ha­bi­tant, tro­quant ses chan­sons contre un re­pas, quelques bières. “Mad­man”, troi­sième al­bum, est son plus abou­ti, qui par­vient dans ses meilleurs mo­ments à convo­quer le pré­cieux Van Mor­ri­son ear­ly se­ven­ties. A re­bours du pré­cé­dent qui le voyait entre les mains de mu­si­ciens de stu­dio, Rowe s’est en­tou­ré d’amis ar­ti­sans pour bâ­tir les char­pentes boi­sées de ses ren­gaines — gui­tare acous­tique, un peu de pia­no, de cuivres, un peu d’élec­tri­ci­té aus­si. “Rem­pla­cez-moi par un noyer/ ren­dez mon corps aux oi­seaux” pose d’em­blée ce cha­man guère in­ti­mi­dé par la grande Fau­cheuse sur “Mad­man” et son folk dou­ce­ment mys­tique. “Shine My Dia­mond Ring” offre l’une de ses plus belles fa­cettes, le blues­man écor­ché, puis­sant, dingue de John Lee Hoo­ker. Pas im­pos­sible que notre homme des bois, juste der­rière, ait pon­du sa plus ac­cro­cheuse ri­tour­nelle avec “De­si­ree” et sa basse sau­tillante, funk, presque dis­co. Folk élé­giaque, choeurs fé­mi­nins sen­suels, “Ra­zor Of Love” rap­pelle sa fas­ci­na­tion pour Leo­nard Co­hen, tan­dis que “The Real Thing” tranche dans le vif avec riff ner­veux et ly­risme sec. Le plus im­por­tant : la voix de ba­ry­ton, de grizz­ly plu­tôt, cha­leu­reuse comme une flam­bée dans la steppe, re­vi­go­rante comme une lam­pée de whis­ky. Un per­son­nage at­ta­chant et une très bonne al­ter­na­tive de folk bu­co­lique et soul en cette an­née où Ray La­Mon­tagne a li­vré un al­bum dé­nué de toute sin­cé­ri­té. ✪✪✪

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.