Kurt Vile

Rock & Folk - - Disque Pop Rock - “B’lieve I’m Going Down”

MA­TA­DOR/BEG­GARS Kurt Vile pos­sède une qua­li­té très ap­pré­ciable. Les al­bums qu’il en­re­gistre sont sys­té­ma­ti­que­ment im­pré­gnés de l’en­droit d’où il vient, où il vit. “B’lieve I’m Going Down”, ain­si, se­ra pour les au­di­teurs ai­mant rê­vas­ser une nou­velle carte pos­tale, un voyage men­tal dans la grise Penn­syl­va­nie du bon­homme. Sa neige mar­ron­nasse, ses au­to­routes tristes, ses villes de lo­sers, sa dé­prime au par­fum wor­king­class... Kurt Vile, de­puis qu’il a quit­té The War On Drugs, fait d’ailleurs des al­bums avec un sa­voir-faire ou­vrier. Le but est de faire bouillir la mar­mite et de nour­rir sa fa­mille. A cet ef­fet, le che­ve­lu a pla­cé en ou­ver­ture un mor­ceau en­le­vé, ce “Pret­ty Pim­pin” tout en fin­ger­pi­cking al­tier et pa­roles sar­do­niques. La suite est du pur Kurt Vile, un en­che­vê­tre­ment de gui­tares folk, élec­triques, ban­jo (“I’m An Out­law”), Wur­lit­zer qui pour­rait faire vieille école mais sonne pour­tant sans équi­valent. On en­tend sur “Dust Bun­nies” un rock laid-back d’un nou­veau genre. Les lignes mé­lo­diques ap­pa­rem­ment frustes s’im­briquent, se ré­pondent, évo­luent sub­ti­le­ment. Au mi­cro, l’homme est de la fa­mille des conteurs sar­do­niques, dis­tan­ciés, pas dupes et croas­sant d’une fort belle ma­nière. At­ten­tion, Kurt Vile a beau pos­sé­der un style ra­cé, in­ven­tif, sto­nien par­fois, il est aus­si

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.