C Dun­can

Rock & Folk - - Disque Pop Rock - “Ar­chi­tect”

FAT­CAT At­ten­tion, gé­nie ! C’est ce que, de­puis quelques mois, cer­tains mé­dias disent de Ch­ris­to­pher Dun­can qui a pri­vi­lé­gié l’ini­tiale de son pré­nom pour son pa­tro­nyme d’ar­tiste. De­puis le mi­lieu des an­nées 80 et la dé­mo­cra­ti­sa­tion des sam­plers et or­di­na­teurs (Ata­ri) pour faire de la mu­sique, on sait que des créa­teurs ins­pi­rés sont ca­pables d’en­re­gis­trer des disques dans leur chambre. Pas cer­tains la­bels ap­pa­rem­ment, et en­core moins ce­lui de C Dun­can qui ex­hibe cet ar­gu­ment dans le pa­ra­graphe d’ou­ver­ture du texte qui ac­com­pagne l’en­voi de son pre­mier al­bum. Pour faire qu’on dis­tingue ce jeune mu­si­cien du lot, il suf­fi­sait d’aver­tir : il sait lire et écrire la mu­sique, ce qui est loin d’être le cas de tous ses pairs, ou de cer­tains de ses maîtres à chan­ter et com­po­ser. “Ar­chi­tect”, in­utile de s’em­bal­ler, est ef­fec­ti­ve­ment très pro­met­teur. C Dun­can ma­nie l’harmonie sans ac­croc, dose les ef­fets comme un chef, tisse des ar­ran­ge­ments à faire pâ­lir la concur­rence. Mul­tiins­tru­men­tiste, il ex­celle in­dé­nia­ble­ment dans l’art de po­ser le dé­cor (“Gar­den”, “Here To There”), de groo­ver dans la re­verb (“By”), de faire du beau avec du lent (“New Wa­ter”). En re­vanche, et le pré­ve­nir se­rait peut-être lui rendre ser­vice, la forme a ten­dance, ici, à l’em­por­ter sur le fond. Après trois

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.