Ch­ris­to­pher Owens

Rock & Folk - - Disque Pop Rock - “Ch­ris­sy­ba­by Fo­re­ver”

TURNSTILE/CA­RO­LINE Sé­pa­ré après trois al­bums, le groupe Girls res­te­ra la grande pro­messe non te­nue des ré­centes an­nées. A sa tête, Ch­ris­to­pher Owens, blon­di­net dé­pri­mé qui a je­té l’éponge après un der­nier disque. Girls au­ra été une sorte de Big Star foi­ré et moins ha­bile (ce qui donne une idée de l’am­pleur de la dé­faite). Un groupe em­pê­tré dans les his­toires de dope et les conflits, mais qui un temps a su si­gner des bouts de chan­sons ma­giques. De­puis 2011, Owens met­tait ses dé­sar­rois en mu­sique sur des al­bums plom­bants ou peu convain­cants. An­cien membre d’une secte (les En­fants de Dieu), peintre à ses heures, on pen­sait le chan­teur ca­li­for­nien bon pour le retour à l’ano­ny­mat. C’est à ce mo­ment pré­cis que le gar­çon livre un al­bum au vi­suel gê­nant (“Pour­la­po­chet­te­je­vou­drais une­pho­to­de­moien­ca­mi­soles’il­vous plaît”) mais à l’inspiration re­trou­vée. Les gui­tares claires et jan­gly, les suites d’ac­cords évi­dentes, les mé­lo­dies sont de retour, comme au temps du pre­mier Girls. Il y a des choeurs, de l’orgue, des bonnes idées en pa­gaille sur la ma­jeure par­tie du disque. Une re­nais­sance, vé­ri­ta­ble­ment, pour ce chan­teur sen­ti­men­tal qui cite le “I’ve Told Eve­ry Lit­tle Star” de Lin­da Scott sur la bal­lade en ana­tole “He­roin (Got

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.