Punk boud­dhiste

Rock & Folk - - Bande dessinée -

Avec “Give Peace A Chance” (De­noël Gra­phic), le deuxième vo­lume de la sa­ga fa­mi­liale de Mar­ce­li­no Truong em­mè­ne­ra le lec­teur dans le Londres des an­nées 1963 à 1975 avec plé­thore de groupes d’ex­cep­tion en fil rouge de l’his­toire. A l’ins­tar du pre­mier vo­lume qui se dé­rou­lait à Sai­gon, le nou­vel épi­sode al­terne avec in­tel­li­gence cha­pitres sur la famille à la dé­cou­verte d’un nou­veau mode de vie et ceux moins amu­sants qui re­cadrent les ins­tants dé­crits dans un contexte plus his­to­rique. Ain­si le lec­teur dé­cou­vri­ra avec en­vie les scènes où les en­fants adoptent les ha­bi­tudes té­lé­vi­suelles lo­cales (les sé­ries comme “The Aven­gers”, “Dan­ger Man”, le Top Of The Pops du jeu­di...) avant que le jour­nal té­lé­vi­sé n’in­forme les pa­rents de nou­velles bien plus graves concer­nant les proches res­tés au pays. Ce qui est in­té­res­sant de la part de l’au­teur, c’est cette fa­çon de pré­sen­ter sim­ple­ment les choses, même celles qui fâchent, sans ja­mais cé­der à l’ar­bi­traire. Pour les fans du Swin­ging Lon­don et de glam rock, cette plon­gée eth­no­lo­gique dans la vie quo­ti­dienne de l’époque est à ne pas man­quer. Non contente d’écra­ser tout le monde au rug­by, la Nou­velle-Zé­lande est en passe de ra­fler le grand prix de la plus belle pé­pi­nière de des­si­na­teurs pro­met­teurs du mo­ment. Le der­nier en date se nomme Ant Sang et son “Dhar­ma Punks” (chez Presque Lune) est une his­toire in­croyable qui ra­conte les tri­bu­la­tions de Ba­guette, jeune punk for­cé­ment anar­chiste mais aus­si boud­dhiste. Bon, jusque-là, ça va, c’est après que tout se corse car le mou­ve­ment punk boud­dhiste (qui n’est pas une in­ven­tion de l’au­teur mais une réa­li­té) a pour de­vise “me­di­tate& destroy”, d’où cette fu­meuse idée de faire sau­ter un fast-food au tout dé­but de l’his­toire. Evi­dem­ment, tout se passe mal et Ba­guette se re­trouve em­brin­gué dans une sé­rie d’évènements au cours des­quels le lec­teur pas­se­ra en re­vue une belle bro­chette de por­traits de jeunes en rup­ture so­ciale qui ont ce­pen­dant le mé­rite d’es­sayer d’at­teindre la spi­ri­tua­li­té d’une fa­çon tout de même un peu sur­pre­nante. Pour le reste, les per­son­nages sont tel­le­ment hauts en cou­leur que l’on com­prend l’usage du noir et blanc tout au long du bou­quin. Si Serge Gains­bourg a im­mor­ta­li­sé l’an­née 1969 en la qua­li­fiant d’éro­tique, ce n’était pas pour faire style genre dans sa chan­son. Cette an­née-là est pré­ci­sé­ment l’an­née de nais­sance de Vam­pi­rel­la, hé­roïne de pa­pier née aux Etats-Unis et dont la plas­tique de rêve a per­mis de mieux faire com­prendre à des mil­lions d’ado­les­cents fran­çais pour­quoi on ap­pe­lait la bande des­si­née le fu­tur neu­vième art. En hom­mage à cette époque poi­gnante où les édi­teurs BD étaient sou­mis à la cen­sure, De­li­rium pu­blie “An­tho­lo­gie Vam­pi­rel­la Vo­lume 1” où, en quelque trois cents pages, les es­thètes pour­ront re­dé­cou­vrir quelques-unes des plus belles his­toires consa­crées à la femme/ vam­pire par les maîtres de l’époque comme For­rest J Acker­man, Mike Royer, Ar­chie Goodwin ou Ri­chard Cor­ben. Pour les no­vices, ce se­ra l’oc­ca­sion de dé­cou­vrir un genre un peu tom­bé en désué­tude ces der­nières dé­cen­nies mais qui est sus­cep­tible de re­ve­nir en force car, cette fois, im­pri­mé sur un pa­pier gla­cé de bonne qua­li­té. Si le sexe et la drogue sont gé­né­ra­le­ment as­so­ciés au rock and roll, on ou­blie trop sou­vent la vi­tesse à fond la caisse, qu’elle soit sur deux ou quatre roues. Pour cette rai­son évi­dente, il se­rait ab­surde de ne pas s’of­frir l’énorme et fan­tas­tique pa­vé “Jean Gra­ton Et Mi­chel Vaillant – L’Aven­ture Au­to­mo­bile” (Hors Col­lec­tion) réa­li­sé du sol au pla­fond par Xa­vier Chi­mits et Phi­lippe Gra­ton Ju­nior en per­sonne. A l’in­té­rieur de cet ou­vrage grand for­mat, le pas­sion­né de formes aé­ro­dy­na­miques, d’huile chaude et de gomme brû­lée dans les vi­rages va dé­cou­vrir le fruit d’an­nées de re­cherches mé­ti­cu­leuses pour ten­ter d’ex­pli­quer l’ori­gine de cette pas­sion qui al­lait conduire Jean Gra­ton à des­si­ner les planches les plus ra­pides de l’his­toire de la BD. Avant d’en ar­ri­ver à Mi­chel Vaillant, les au­teurs re­tracent de ma­nière ex­trê­me­ment vi­vante les dé­buts de Jean Gra­ton et, sur­tout, les an­nées bruxel­loises, quand une poi­gnée de des­si­na­teurs pour la plu­part in­con­nus al­laient créer sans rien cal­cu­ler la bande des­si­née mo­derne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.