The White Buf­fa­lo

Rock & Folk - - Disques poprock - “Love And The Death Of Dam­na­tion”

EARACHE Jake Smith, alias The White Buf­fa­lo, est en train de s’im­po­ser comme l’un des nou­veaux sin­gers song­wri­ters amé­ri­cains qui comptent. Il s’ins­crit dans une tra­di­tion qui re­monte à des gens comme Townes Van Zandt, mais avec un truc mo­derne en plus. Il avoue lui-même n’avoir écou­té en­fant, dans sa fa­mille, que de la mu­sique coun­try, avant de pas­ser au punk hard­core à l’ado­les­cence... Tout ça s’en­tend sur cet al­bum, plus rock et plus riche ins­tru­men­ta­le­ment que les pré­cé­dents — que presque per­sonne ne connaît par ici, ne fai­sons donc pas les snobs. Basse, bat­te­rie et gui­tares om­ni­pré­sentes, de l’orgue et des cuivres ici ou là, des choeurs fé­mi­nins qui donnent par­fois un pe­tit cô­té Dy­lan (com­ment l’évi­ter ?), même si on pense sur­tout à Steve Earle, son col­lègue d’écri­ture éner­vée au cor­deau. Et par­fois, il en­voie une simple bal­lade sur fond de cordes (“Ra­dio With No Sound”) et c’est ma­gni­fi­que­ment émou­vant... Smith écrit des pe­tites perles sur les ex­clus de l’Amé­rique, rêves bri­sés, tra­jec­toires er­ra­tiques, bref des thèmes clas­siques mais tou­jours d’ac­tua­li­té. C’est d’ailleurs ain­si qu’il a sé­duit divers pro­duc­teurs de sé­ries, no­tam­ment “Sons Of Anarchy”, dans la­quelle il a ca­sé un maxi­mum de chan­sons

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.