Ac­cé­lé­rer le mou­ve­ment

Rock & Folk - - Bande dessinée -

Le des­si­na­teur Crao­man et le gra­phiste Dav Gue­din font par­tie de cette nou­velle vague de créa­teurs qui n’hé­sitent pas à al­ler sur le ter­rain pour re­cueillir les in­for­ma­tions né­ces­saires. Les deux se sont fait connaître avec un co­mics qui ra­con­tait les tri­bu­la­tions de Gue­din quand il tra­vaillait comme ani­ma­teur d’un groupe de han­di­ca­pés dans le Nord de la France. Ce coup-ci, il met en scène les sou­ve­nirs d’un loin­tain co­lo­ca­taire an­cien bo­ne­head bre­ton qu’il a un peu mé­lan­gé avec son ex­pé­rience per­son­nelle de ly­céen pro­vo­ca­teur époque ado­mal­dans­sa peau. Le ré­sul­tat s’in­ti­tule (La­bel 619 - An­ka­ma) et la re­pré­sen­ta­tion des mé­chants skin­heads n’est pas sans rap­pe­ler une sorte de pen­dant ma­lé­fique du fan­tas­tique per­son­nage de Zip­py The Pin­head dû au crayon du ta­len­tueux Bill Grif­fith. Pour le reste, l’his­toire est celle d’une ré­demp­tion at­ten­due, mais les au­teurs laissent un peu les lec­teurs ima­gi­ner en fi­li­grane le genre de fin sor­dide qui pend au nez de tous les ados qui se lais­se­raient em­bar­quer dans ce genre de trip. La vio­lence, c’est mal.

“Tat­too­too” Clarke ayant fait ses pre­mières armes dans Spi­rou, il ne reste plus qu’à es­pé­rer de son pu­blic ha­bi­tuel une ma­tu­ri­té aus­si sou­daine qu’in­té­res­sante à lire. Avec (Le Lom­bard), l’au­teur s’es­saye au cock­tail phi­lo­so­phie grecque old school (celle avec les dieux, le Par­thé­non avec un pla­fond, etc) mé­lan­gée à l’his­toire de la Se­conde Guerre mon­diale jus­qu’à nos jours. Il est ici ques­tion de dé­ter­mi­nisme et de sens de l’his­toire. Bref, cette BD plus que sym­pa se­ra l’éven­tuel ou­til qui ai­de­ra le lec­to­rat a dé­ter­mi­ner s’il veut faire d’un simple choix un en­fer com­pli­qué jus­qu’à la fin de sa vie. Afin d’être le plus di­dac­tique pos­sible, Clarke offre deux fins à l’his­toire, cha­cune dis­po­nible dans deux tomes sé­pa­rés : une est bien, pas l’autre. Au lec­teur de dé­ter­mi­ner la fa­çon dont il sou­haite clore l’in­trigue. Ex­cellent. Alors que Dillin­ger et la bande à Bon­not sont des sources d’ins­pi­ra­tion en conti­nu pour les scé­na­ristes de tous poils, qu’en est-il pour tous les autres illé­gaux qui, eux aus­si, ont ter­mi­né au bagne ou sont morts alors que leurs vies étaient tout aus­si in­croyables à ra­con­ter ? Heu­reu­se­ment, avec la sor­tie de

(chez Sar­ba­cane), une par­tie de l’in­jus­tice qui leur est faite a été ré­pa­rée grâce aux ta­lents as­so­ciés du scé­na­riste Vincent Hen­ry et de son ne­veu de des­si­na­teur Gaël qui ont su ma­gis­tra­le­ment ra­con­ter en fa­mille le des­tin d’un cam­brio­leur en­core plus drôle que Spag­gia­ri et qui avait fait sienne la formule de Proud­hon :“la­pro­prié­té,c’est­le­vol!” Dans cette ver­sion mo­derne, le lec­teur ap­pré­cie­ra un des­sin plein de mou­ve­ment qui cor­res­pond bien au rythme de la nar­ra­tion ; ain­si qu’un al­lon­ge­ment des nez fa­çon com­me­dia dell’arte ou Cro­qui­gnol se­lon le de­gré co­mique des évè­ne­ments chro­ni­qués. Al­lez, pro­chaine étape, Louise Mi­chel ! Au dé­part, quand cette mode d’al­bums à co­lo­rier pour adultes a été lan­cée, beau­coup n’y ont vu qu’une nou­velle idée mar­ke­ting à la noix et sans len­de­main. Que nen­ni ! l’ini­tia­tive est dé­fi­ni­ti­ve­ment aus­si ef­fi­cace que les an­ti­dé­pres­seurs. Afin de contrer ce dé­but d’an­née fort mor­ti­fère, le ro­cker fé­ru d’his­toire de sa mu­sique pré­fé­rée ira se pro­cu­rer le hors-sé­rie Rock&Folk sur le psy­ché­dé­lisme puis, après lec­ture, or­ne­men­te­ra de ses nou­velles connais­sances l’in­té­gra­li­té du (Hu­go & Cie) de Jean So­lé, cer­tai­ne­ment le des­si­na­teur na­tio­nal qui consomme au­tant de bu­vards que d’encre de Chine dès qu’il s’agit de tra­vailler en écou­tant Hen­drix ou Hawk­wind. Avec sa qua­ran­taine de des­sins dé­pliables, l’ou­vrage risque d’oc­cu­per ses lec­teurs des­si­na­teurs pen­dant de très nom­breux week-ends, à moins que ces der­niers ne dé­cident d’ho­no­rer Lem­my en ava­lant un tube de Mé­thé­drine pour ac­cé­lé­rer le mou­ve­ment.

Si un jour an­nonce est faite que les poules ont des dents, le ci­toyen ar­tiste à formes mul­tiples qu’est le ci-de­vant Moo­li­nex se­ra Grand prix à An­gou­lême. En at­ten­dant, le lec­teur ro­cker avide de sen­sa­tions aus­si ab­surdes que sans com­plexe au­cun se pré­ci­pi­te­ra sur le très éton­nant

(Cor­né­lius) où l’au­teur vient en aide à la pla­nète des ac­cros aux ta­touages afin de leur pro­po­ser un ca­ta­logue de des­sins dé­co­ra­tifs ga­ran­ti sans un seul ta­touage tri­bal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.