“The Com­plete Stax/ Volt Singles”

Rock & Folk - - Rééditions - “(1959-1968)”

At­lan­tic/ At­co/ Rhi­no/ War­ner Dans les an­nées 90, il fal­lait être un homme riche pour se pro­cu­rer les im­po­sants cof­frets Rhi­no réunis­sant l’in­té­gra­li­té des singles pu­bliés par le grand la­bel de Mem­phis. Ceux qui ne se sont pas rui­nés à l’époque ont bien fait de s’abs­te­nir : voi­ci que Rhi­no sort un coffret moins luxueux, certes, mais qui, pour une tren­taine d’eu­ros, ras­semble toutes les pé­pites de la mai­son su­diste my­thique du­rant les neuf pre­mières an­nées de son exis­tence, soit les meilleures. C’est évi­dem­ment mo­nu­men­tal. En neuf CD à la mas­te­ri­sa­tion im­pec­cable, dé­filent tous les té­nors de la soul su­diste, ain­si que cer­tains blues­men : au pro­gramme donc, les stars ab­so­lues (Otis, Sam & Dave, Boo­ker T, Ed­die Floyd), mais aus­si les autres : Car­la Tho­mas, les Bar-Kays, Al­bert King, les Mad Lads, Wen­dy Rene, William Bell, Ru­fus Tho­mas, Ru­by John­son, les Pre­miers, les MarKeys, les Four Shells, John­ny Jen­kins, les Co­bras et des di­zaines d’autres si­gnant cer­taines des plus belles pages de la deep soul. L’ama­teur ne pour­ra que s’écrier : “Tiens­bon!J’ar­rive...”

Count Os­sie and The Mys­tic Re­ve­la­tion Of Ras­ta­fa­ri

Soul Jazz Ici, ça ne plai­sante pas : chez Count Os­sie, on ne pra­ti­quait pas les ob­ses­sions bour­rines et bas-du-front du dan­ce­hall à ve­nir, ni les joyeu­se­tés du rock stea­dy ou les di­va­ga­tions de Lee Per­ry. Per­cus­sion­niste sous in­fluence afri­caine — il est l’un des fon­da­teurs du style nya­bin­ghi et avait fu­sion­né deux styles tra­di­tion­nels ja­maï­cains, le bu­ro et le ku­mi­na — vé­ri­table guide du ras­ta­fa­risme, avec son groupe de joueurs de tam­bours, il avait même joué pour Haï­lé Sé­las­sié du­rant son pas­sage à King­ston. Sur la ré­édi­tion de ce disque culte de 1975, il opte pour des mé­lo­pées prin­ci­pa­le­ment acous­tiques (tam­bours, contre­basse, saxo­phone, un peu de basse), dé­nué de tous les ef­fets de stu­dio fai­sant fu­reur à l’époque), les meilleurs titres étant d’ailleurs ceux qui contiennent un maxi­mum de cuivres et pro­posent une ver­sion hy­bride de mu­sique ja­maï­caine et de jazz mo­dal amé­ri­cain (et par­fois, de jazz ca­raïbe à la Son­ny Rol­lins). On rit ra­re­ment, mais l’ex­pé­rience est in­té­res­sante. N.U. De même on peut re­gret­ter que Le­ga­cy ait choi­si de pro­po­ser le single “The Sto­ry Of Them” en deux par­ties alors que le mor­ceau qui don­nait son titre à l’édi­tion 1997 était en­fin pro­po­sé tel que sai­si sur bande trente ans plus tôt, en un seul te­nant. Là sont bien les seules ré­serves à faire si l’on tient ab­so­lu­ment à com­pa­rer ces deux édi­tions. D’au­tant qu’ici, sans comp­ter un li­vret de 16 pages par­ti­cu­liè­re­ment four­ni avec notes de Van Mor­ri­son spé­cia­le­ment ré­di­gées pour l’oc­ca­sion — les si­gner est vrai­ment la seule chose qu’il ait ou­bliée — le troi­sième CD dé­ploie une ava­lanche de dé­mos, al­ter­nate takes, ver­sions live BBC et autres do­cu­ments to­ta­le­ment in­édits jus­qu’alors. Et puis c’est une évi­dence, s’il est certes un peu moins flat­teur — parce que moins com­pres­sé, mais il suf­fit de re­le­ver le vo­lume de l’écoute et le tour est joué — le mas­te­ring Le­ga­cy 2015 pa­raît au­tre­ment plus fi­dèle aux in­ten­tions du fa­bu­leux groupe de Bel­fast. VINCENT PAL­MER

“TALES OF MO­ZAM­BIQUE”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.