Ma­gné­to­phone à bandes Stu­der C37 et J37

Rock & Folk - - Culte - Pou­ren­sa­voir­plus:www.stu­de­run­dre­vox.de

C’est EMT qui com­mer­cia­lise le Stu­der C37, ce qui va

fa­vo­ri­ser son im­plan­ta­tion dans les sta­tions de ra­dio. à 60 Hz. Pour ob­te­nir la vi­tesse cor­recte de dé­fi­le­ment, il faut chan­ger les axes de ca­bes­tan et di­verses pou­lies. As­sez vite, Stu­der dé­cide de pas­ser de la mo­di­fi­ca­tion à la concep­tion et à la fa­bri­ca­tion de ma­gné­to­phones. Au prin­temps 1950, fraî­che­ment ins­tal­lés dans de nou­veaux lo­caux à Re­gens­dorf dans la ban­lieue de Zü­rich, Stu­der et ses tech­ni­ciens mettent au point leur pre­mier ma­gné­to­phone à bandes, bap­ti­sé Dy­na­vox et une pre­mière sé­rie est com­mer­cia­li­sée en dé­cembre de la même an­née. En 1951, la so­cié­té de dis­tri­bu­tion ELA AG est fon­dée avec Hans Win­ze­ler : le nom Re­vox est dé­po­sé et, sous cette marque des­ti­née au grand pu­blic, les Dy­na­vox de­viennent T26. Pa­ral­lè­le­ment, Stu­der com­mence à dé­ve­lop­per un ma­gné­to­phone pro­fes­sion­nel à l’usage des ra­dios, le Stu­der 27. En août, le Fes­ti­val de Lu­cerne est en­re­gis­tré avec un pro­to­type du fu­tur Stu­der 27 et les équipes de la ra­dio de Bâle. L’opé­ra­tion est un suc­cès et Stu­der lance la fa­bri­ca­tion d’une cen­taine d’exem­plaires de Stu­der 27. En 1955, deux évo­lu­tions ap­pa­raissent : les Stu­der A37 et B37. Deux ans plus tard, le pre­mier ma­gné­to­phone por­table, des­ti­né aux ré­gies ou aux stu­dios mo­biles, est pré­sen­té sous la ré­fé­rence B30. En 1960, Willi Stu­der lance la pro­duc­tion du nou­veau fleu­ron de la mai­son : le C37. Dis­po­nible en plu­sieurs ver­sions, se­lon l’élec­tro­nique (en­tiè­re­ment à lampes et mo­du­laire) et le type de têtes d’en­re­gis­tre­ment/ lec­ture em­bar­quées, ce ma­gné­to­phone peut être mo­no plei­ne­bande ou sté­réo (deux pistes). A par­tir de 1961, Stu­der signe un contrat de par­te­na­riat avec EMT, ce qui va lui ou­vrir les portes de nom­breuses sta­tions de ra­dio par­tout dans le monde. C’est grâce à ce­la et à cet ap­pa­reil que Stu­der s’est dé­fi­ni­ti­ve­ment éta­bli comme lea­der du mar­ché pro­fes­sion­nel. En 1964, le C37 évo­lue­ra vers un mo­dèle quatre pistes sur bande de 1 pouce, avec quatre fois plus de pos­si­bi­li­tés pour une même qua­li­té d’en­re­gis­tre­ment et une dy­na­mique ex­cep­tion­nelle : ce se­ra le J37, qui va équi­per à par­tir de 1965 des lieux d’en­re­gis­tre­ment pres­ti­gieux, comme les stu­dios Bar­clay à Pa­ris et, bien sûr, les cultis­simes stu­dios d’EMI sur Ab­bey Road, à Londres, où George Martin, lors des séances d’en­re­gis­tre­ment de l’al­bum “Sgt Pep­per’s Lo­ne­ly Hearts Club Band”, entre autres, fe­ra un usage in­ten­sif des deux J37 du stu­dio no 2, trans­for­mant ceux-ci en vé­ri­tables ou­tils de créa­tion so­nore. Les C37 et J37 sont consi­dé­rés par de nom­breux in­gé­nieurs du son comme les meilleurs ma­gné­to­phones ana­lo­giques à lampes ja­mais pro­duits et sont tou­jours re­cher­chés par les ama­teurs de sons chauds et pro­fonds. Leur pro­duc­tion s’ar­rête en 1970, et ils laissent la place aux cé­lèbres A80, ma­chines à tran­sis­tors très po­ly­va­lentes qu’on croise en­core ré­gu­liè­re­ment dans de nom­breux stu­dios de ra­dio ou d’en­re­gis­tre­ment. Près de Cam­bridge, en An­gle­terre, le pa­tron de EAR (Eso­te­ric Au­dio Re­search), Tim de Pa­ra­vi­ci­ni, per­fec­tionne du ma­té­riel ana­lo­gique à lampes ; ses créa­tions sont uti­li­sées sur de nom­breux en­re­gis­tre­ments. Son ma­gné­to­phone de pré­di­lec­tion est le C37, qui lui sert de base et sur le­quel il amé­liore aus­si bien l’élec­tro­nique que la mé­ca­nique en dou­blant la vi­tesse ini­tiale, par exemple, pour aug­men­ter la dy­na­mique. La prise de son réa­li­sée sur un C37 deux pistes de 1 pouce mo­di­fié par Pa­ra­vi­ci­ni sur l’al­bum de Ry Coo­der et Vi­sh­wa Bhatt, “A Mee­ting By The Ri­ver” sor­ti en 1993, est une preuve écla­tante que tout n’est pas qu’une his­toire de nos­tal­giques gâ­teux ou de c’était­mieuxa­vant : le ré­sul­tat est là, bluf­fant. L’édi­teur de plug-ins au­dio Waves a d’ailleurs sor­ti en 2013, en col­la­bo­ra­tion avec Ab­bey Road Stu­dios, le J37Ta­peSa­tu­ra­tion, cen­sé re­créer vir­tuel­le­ment l’ou­til de Willi Stu­der pour un peu moins de 300 dol­lars. Le vé­ri­table en­re­gis­tre­ment ana­lo­gique coûte bien plus cher et prend énor­mé­ment de place, mais la com­pa­rai­son est sans ap­pel : c’est quand même beau­coup mieux sur bande...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.