Par­quet Courts King Giz­zard

Rock & Folk - - Disque - “Hu­man Per­for­mance” “No­na­gon In­fi­ni­ty”

ROUGHTRADE/BEGGARS Par­quet Courts vient de New York. Brook­lyn. Ça s’en­tend, au propre comme au fi­gu­ré. Sur ce nou­vel al­bum, ter­ri­ble­ment vi­vant, où la dé­pres­sion valse avec la hargne, la classe avec la connais­sance, le groupe in­tel­lo amé­ri­cain, sans ja­mais en faire des tonnes, confirme qu’il est bien la chose à suivre de l’autre cô­té de l’At­lan­tique ces der­niers temps. Tout d’abord parce que ses nou­velles chansons ra­content des his­toires d’au­jourd’hui, avec des mil­lions de fan­tômes yan­kee col­lés à leurs basques. Mo­dern Lo­vers, Fee­lies, Sui­cide, Beat Hap­pe­ning, etc. Les ré­fé­rences, les in­fluences, as­su­mées ou pas, sont ici tou­jours va­lables. Par­quet Courts pos­sède la bonne col­lec­tion de disques et pré­fère, à la van­tar­dise, la mise en pra­tique en HEAVENLY/PIAS Où s’ar­rê­te­ront-ils ? King Giz­zard & The Li­zard Wi­zard viennent de pu­blier en l’es­pace de 24 mois plus d’al­bums que la plu­part des groupes du­rant toute leur car­rière. Soit cinq al­bums, tous d’ex­cel­lente fac­ture, qui ont pla­cé King Giz­zard par­mi les groupes les plus créa­tifs et pas­sion­nants du mo­ment. “No­na­gon In­fi­ni­ty” est une sorte d’ana­chro­nisme dans la dis­co­gra­phie de ces Aus­tra­liens : sa concep­tion date d’il y a plus d’un an, mais il ne sort qu’au­jourd’hui, après une pé­riode où le groupe s’est per­mis une res­pi­ra­tion avec un in­ter­lude jaz­zy fa­çon Gra­te­ful Dead (“Quar­ters”) et l’es­ca­pade bu­co­lique de “Pa­per Mâ­ché Dream Bal­loon”. Frère ju­meau de “I’m In Your Mind Fuzz” — jus­qu’à l’illus­tra­tion de po­chette et la po­lice uti­li­sée pour le nom du groupe — mais en­core plus fré­né­tique dans l’en­chaî­ne­ment de scies psy­ché­dé­liques en­voyées à 1000 à l’heure, “No­na­gon” voit le groupe re­ve­nir à des so­no­ri­tés fa­mi­lières (à l’image de “Gam­ma Knife”, sans sur­prise mais d’une ef­fi­ca­ci­té im­pla­cable). Avec ses mo­tifs de gui­tares ara­bi­sants qui tournent en boucle jus­qu’à at­teindre la transe psy­ché­dé­lique, l’al­bum n’est qu’une longue suite de mor­ceaux en­che­vê­trés dont le seul ob­jec­tif semble être ce­lui

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.