The Fee­lies

Rock & Folk - - Rééditions - “ON­LY LIFE”, “TIME FOR A WITNESS” 088 R&F MAI 2016

Bar None (im­port Gi­bert Jo­seph) En 1988, na­tu­rel­le­ment, les Fee­lies n’étaient plus les mes­sies que tout le monde avait consa­crés à l’époque de leur pre­mier al­bum “Cra­zy Rhythms” sor­ti huit ans avant, au dé­but d’une dé­cen­nie qui de­vait dé­ve­lop­per, dans le rock in­dé­pen­dant, une ob­ses­sion pour le Vel­vet Un­der­ground qu’ils furent par­mi les pre­miers à ou­ver­te­ment af­fi­cher après les Mo­dern Lo­vers. Pour­tant, “On­ly Life”, sor­ti en pleine fu­rie an­glaise C-86, un genre qu’ils ont in­vo­lon­tai­re­ment in­ven­té sans qu’on les cite (voir les gui­tares des Wed­ding Present), est l’un de leurs meilleurs al­bums. Avec, tou­jours, ces bat­te­ries sans cym­bales à la Moe Tu­cker et ces claires gui­tares ryth­miques évo­quant in­va­ria­ble­ment le VU ten­dance “Temp­ta­tion In­side Your Heart”, “Fog­gy No­tion”, “I Can’t Stand It” ou “What Goes On”, qu’ils re­prennent d’ailleurs jo­li­ment à la fin de ce disque. C’est du rock plus blanc que blanc, sans la moindre in­fluence blues. Plus aé­ré que “Cra­zy Rhythms”, avec des gui­tares so­lo plus rock and roll (mais tou­jours au sens vel­ve­tien du terme), “On­ly Life” a éton­na­ment bien vieilli. En 1991, après l’in­suc­cès de “On­ly Life”, le groupe re­met­tait le cou­vert avec un al­bum beau­coup plus rock et de nou­veau fré­né­tique comme à leurs dé­buts, en ces temps où Pixies et Nir­va­na étaient les nou­veaux té­nors du rock in­dé à gui­tare. Moins réus­si et moins sub­til que les trois pré­cé­dents al­bums du groupe (mais comp­tant tout de même quelques belles réus­sites comme l’ex­tra­or­di­naire “Soo­ner Or La­ter” ou le lu­mi­neux et tu­besque “Doin’ It Again”, sans ou­blier “Find A Way” qui re­tourne fouiller les ter­ri­toires an­tiques de Te­le­vi­sion en une épique ba­taille gui­ta­ris­tique, Mer­cer et Mil­lion of­frant une nou­velle ver­sion très convain­cante de Lloyd et Ver­laine), “On­ly Life” reste tou­chant par son cô­té déses­pé­ré, comme le disque de la der­nière chance. Cette fois-ci, le groupe ne ter­mi­nait pas son al­bum avec un mor­ceau du Vel­vet, mais avec le “Real Co­ol Time” des Stooges. Les deux disques ré­édi­tés sont par­fai­te­ment re­mas­te­ri­sés, don­nant aux gui­tares un mor­dant ja­mais en­ten­du au­pa­ra­vant. Beau tra­vail. Lloy­die & The Low­bites, qui fe­rait rou­gir Pa­trick Sé­bas­tien en per­sonne et qui fut dé­tour­né avec suc­cès par les Spe­cials (sans le men­tion­ner) pour leur clas­sique “Too Much Too Young” en 1979... Le se­cond CD s’achève na­tu­rel­le­ment avec le mons­trueux “Skin­head Moons­tomp” de Sy­ma­rip. Tout ce­la est par­fait.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.