Dans les gen­cives

Rock & Folk - - Video Games -

Comme toute ins­ti­tu­tion qui se res­pecte, la bande des­si­née peut aus­si se re­trou­ver dans la po­si­tion peu en­viable de l’ar­ro­seur ar­ro­sé. Ce coup-ci, c’est Ga­brie­la Man­zo­ni avec son “Co­mics Re­tour­nés” (Edi­tions Sé­guier) qui se charge de mettre les rieurs de son cô­té en dé­tour­nant des cases as­sez épou­van­tables is­sues de BD sen­ti­men­tales à moins de deux balles des an­nées cin­quante à soixante. Sans pour au­tant se re­ven­di­quer des si­tua­tion­nistes et d’ar­tistes punk comme Ja­mie Reid ou de la fine équipe de Ha­ra-Ki­ri, Ga­brie­la Man­zo­ni re­co­lo­rise ses vi­gnettes avant de rem­plir les bulles avec ce qui lui passe par la tête. Le ré­sul­tat est une forme de ca­davre ex­quis com­plè­te­ment bar­ré qui de­vrait ra­vir les ama­teurs de lec­ture ab­surde qui fait du bien par les temps qui courent. Il ne s’agit pas vrai­ment de BD telle qu’on est en droit d’at­tendre, l’au­teure ne des­sine même pas le bout d’une case, mais la qua­li­té de l’im­per­ti­nence de sa re­lec­ture fait de ce pe­tit livre l’ac­ces­soire in­dis­pen­sable pour ac­com­pa­gner sa séance de cuis­son jour­na­lière sur une des plages de la Baie des Anges. Il est pos­sible de cri­ti­quer le der­nier ou­vrage de Per­rine Rouillon aux édi­tions Thier­ry Mar­chaisse de deux ma­nières. La pre­mière consiste à abré­ger for­te­ment le titre s’éti­rant sur sept lignes en “Moi Et Les Autres...” et faire suivre l’en­semble d’une chro­nique for­cé­ment fa­vo­rable pour les rai­sons sui­vantes : pri­mo, on n’avait pas vu de telles pattes de mouches de­puis la mort de Rei­ser et cette as­si­mi­la­tion gra­phique in­ter­pelle même si nous ne com­pre­nons pas tout. Se­cun­do, il est pos­sible d’y voir éga­le­ment comme une forme de rock mi­ni­ma­liste à l’encre de Chine sus­cep­tible d’être aus­si un psy­chiatre en pa­pier dis­po­nible vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour ai­der le lec­teur mal en point à mieux com­prendre les ar­canes de l’introspection ; ou alors, on peut aus­si se la jouer to­tale re­lâche et re­co­pier l’in­té­gra­li­té du titre “Moi Et Les Autres Pe­tites Per­sonnes On Vou­drait Sa­voir Pour­quoi On N’Est Pas Dans Le Livre En Plus C’Est La Pre­mière Fois Que Je Mets Mes Bras Comme Ça” en se conten­tant de dire que ce n’est pas vrai­ment ce qu’on ap­pelle une BD mais que le ré­sul­tat dé­chire bien sa pe­tite grand-mère. Le monde change vite et beau­coup de fans des Who qui vou­laient tous mou­rir avant d’être vieux sont dé­sor­mais pa­rents avec le lot d’in­quié­tudes qui va avec la fonc­tion. A l’at­ten­tion des lec­teurs dé­sta­bi­li­sés par un monde qui ne pousse pas à la pro­créa­tion tran­quille, le ré­sident écos­sais du New Jer­sey Mike Dawson par­tage sa vi­sion per­son­nelle sur le su­jet à tra­vers une dou­zaine d’his­toires courtes re­grou­pées dans “Nou­velles Du Front D’Un Père Mo­derne” aux édi­tions Çà et Là. Père d’une fille, Dawson s’est très vite ren­du compte que l’exer­cice de la pa­ter­ni­té pou­vait aus­si bien être une source de tra­cas dans la vie de tous les jours qu’un puits sans fond pour son ins­pi­ra­tion pro­fes­sion­nelle. A tra­vers ces dif­fé­rentes his­toires toutes cen­trées sur le dé­sir d’être un bon père sous toutes ses formes, Dawson ex­plore sou­vent avec hu­mour les li­mites com­por­te­men­tales du père co­ol à ne pas dé­pas­ser sous peine d’être vu comme le der­nier des ré­pres­sifs. Ka­zu­to Tat­su­ta est un des­si­na­teur de man­ga hors norme plus proche de Hun­ter S Thom­son et de Les­ter Bangs que de l’uni­vers ha­bi­tuel de Na­ru­to Ship­pu­den. Après la ca­tas­trophe nu­cléaire qui a sui­vi le tsu­na­mi de mars 2011, il se pose tel­le­ment de ques­tions sur les consé­quences pos­sibles qu’il fi­nit par se faire em­bau­cher comme ou­vrier en 2012 dans la cen­trale en­dom­ma­gée. Six mois plus tard, ayant at­teint le seuil de ra­dia­tion au­to­ri­sé, il est re­mer­cié et in­vi­té à quit­ter les lieux. De re­tour à To­kyo, c’est de­vant sa planche à des­sin qu’il com­mence à réa­li­ser “Au Coeur De Fu­ku­shi­ma” (2 tomes chez Ka­na), un man­ga d’in­ves­ti­ga­tion digne des meilleurs Sher­lock Holmes au royaume des ir­ra­diés. Seule dif­fé­rence, il ne s’agit pas d’une fic­tion mais de la réa­li­té. Pré­sen­té avec un ton et un re­cul im­pres­sion­nants, ce ré­cit exempt de po­lé­mique fa­cile don­ne­ra car­ré­ment la chair de poule aux plus in­trai­tables des ro­ckers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.