Me­tal­li­ca

Rock & Folk - - News - “Hard­wi­red... To Self-Des­truct”

MER­CU­RY/BLECKENED Qu’est-ce qui pousse au­jourd’hui un groupe comme Me­tal­li­ca à re­ve­nir, en­core, avec un nou­vel al­bum ? Si l’on en croit la du­rée re­cord de “Hard­wi­red...To Self-Des­truct”, c’est l’en­vie de par­ta­ger le fruit d’une vraie pous­sée créa­tive. Et ces mor­ceaux, qu’est-ce qui nous in­cite, nous, à les écou­ter ? Me­tal­li­ca, comme Iron Mai­den ou feu Motö­rhead, sont-ils vrai­ment en me­sure de sur­prendre à nou­veau ? Eh bien c’est un plai­sir de dé­cou­vrir que la ré­ponse est oui. “Hard­wi­red... To Self-Des­truct” est un bon al­bum de Me­tal­li­ca, par­fois il touche même au meilleur de ce que le groupe est ca­pable d’of­frir. D’en­trée, le qua­tuor livre une salve aus­si vive que tran­chante avec “Hard­wi­red”. Riff af­fu­té, pul­sa­tions ryth­miques gal­va­ni­santes, et le chant unique de James Het­field, por­tant dans son timbre l’histoire d’un genre mu­si­cal à lui tout seul, fi­nit d’ap­po­ser au titre cette iden­ti­té unique qui man­quait tant à un al­bum comme “St An­ger”. Les quelques titres sui­vants confirment la ten­dance d’une fougue re­nou­ve­lée, tels “At­las, Rise !” avec ses ac­cents Iron Mai­den pé­riode “Po­wer­slave” ou le sur­pre­nant dé­tour glam “Now That We’re Dead”. Quelques bémols viennent tou­te­fois bri­ser l’idylle : cer­tains mor­ceaux traînent en lon­gueur, comme s’ils avaient été as­sem­blés

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.