Pu­blic Image Ltd

Rock & Folk - - Rééditions -

“ME­TAL BOX”

Universal Dans le genre pro­phé­tique éga­le­ment, on ne voit pas grand-chose d’aus­si his­to­rique que le deuxième al­bum de PiL, pa­ru en 1979... Quelques mois après un coup d’en­voi es­sen­tiel­le­ment conçu comme une ré­ac­tion cu­ta­née ex­tra vio­lente à l’épi­sode Sex Pis­tols par un John­ny Rot­ten en pleine guerre contre Mal­colm McLa­ren, en­tou­ré de son ami d’en­fance Jah Wobble et du pre­mier gui­ta­riste des Clash Keith Le­vene, sans au­cun doute l’ins­tru­men­tiste an­glais le plus gé­nial du post-punk avec John McGeoch. “First Is­sue” avait ses mo­ments fa­bu­leux (en par­ti­cu­lier le single gran­diose “The Pu­blic Image”) mais res­tait, glo­ba­le­ment, la li­bé­ra­tion so­nore en direct d’un mu­si­cien qui vou­lait mon­trer bru­ta­le­ment à quel point il avait tou­jours vis­cé­ra­le­ment dé­tes­té la pop. En con­sé­quence de quoi, l’écoute de l’al­bum se mon­tra par­ti­cu­liè­re­ment ar­due, l’im­pres­sion per­ma­nente que John Lydon sou­hai­tait vo­lon­tai­re­ment et vi­cieu­se­ment faire souf­frir ses fans ne quit­tant ja­mais les au­di­teurs as­sez éprou­vés. Avec “Me­tal Box”, les choses chan­gèrent et PiL réus­sis­sait, pour la pre­mière fois, à or­ga­ni­ser son chaos dé­li­bé­ré, et si­gner par la même oc­ca­sion ce qui reste le disque le plus gla­cial de ce que l’on a été ame­né à nom­mer, faute de mieux, la cold­wave : en com­pa­rai­son, Ma­ga­zine, les Cure et Joy Di­vi­sion passent pour la Com­pa­gnie Créole. En­re­gis­tré dans une anar­chie com­plète, avec peu de bud­get pour le stu­dio et des mu­si­ciens dé­pres­sifs — la mère de Rot­ten (dé­jà se­coué par la grande es­cro­que­rie de McLa­ren) at­teinte d’un can­cer, Wobble al­coo­lique, Le­vene sous opia­cés — “Me­tal Box” syn­thé­tise par­fai­te­ment les in­fluences des trois membres du groupes — les bat­teurs semblent avoir chan­gé en cours d’en­re­gis­tre­ment, même si les deux ha­bi­tuel­le­ment cré­di­tés, Ri­chard Du­dans­ki et Jim Wal­ker, s’en sortent par­fai­te­ment — aux an­ti­podes du punk de 1979 (Sham 69, UK Subs, 999, etc) : Beef­heart, Can, Lee Per­ry, etc, le tout, évi­dem­ment, par­fai­te­ment ré­in­ven­té dans une boue post-punk ab­so­lu­ment gé­niale. Le jeu de basse de Wobble, qui avait ap­pris à jouer quelques mois au­pa­ra­vant, tout comme la gui­tare de Le­vene fuient tous les aca­dé­mismes, font la chasse aux cli­chés. Lydon, dé­jà, chante au­tre­ment et s’en­vole comme un muez­zin ato­nal en pleine crise de tor­ture. Sor­ti dans une boîte en mé­tal res­sem­blant aux bo­bines de films des ci­néastes, les trois maxi-45 tours fa­vo­ri­saient la basse ul­tra lourde de Wobble et les ai­gus sa­blés de Le­vene : entre les deux, rien, si ce ne sont les pa­roles folles du chan­teur en pleine crise de tour­ment. Cer­tains des mor­ceaux pré­sents sur cet al­bum unique res­tent

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.