Ride

Rock & Folk - - Disque - “Wea­ther Dia­ries”

WI­CHI­TA/PIAS For­mé en 1988 à Ox­ford, cham­pion du shoe­ga­zing, Ride se sé­pare en 1996. An­dy Bell in­tègre Oa­sis puis Bea­dy Eye au cô­té de Liam Gal­la­gher. La re­for­ma­tion est of­fi­cia­li­sée en no­vembre 2014. Pre­mier al­bum de­puis “Ta­ran­tu­la” (1996), “Wea­ther Dia­ries” est an­non­cé par la publication en fé­vrier de “Charm As­sault” que sou­tient un clip psy­ché, co­lo­ré à l’ex­trême par Jean de Oli­vei­ra. Dès le len­de­main, “Home Is A Fee­ling” est à son tour mis en ligne. Le tem­po lent, on­du­lé, et le mixage des voix, dés­in­car­nées, lorgnent vers une pop pro­gres­sive post-McCart­ney. Pour “Wea­ther Dia­ries”, Mark Gar­de­ner (chant, gui­tare), An­dy Bell (gui­tare), Steve Que­ralt (basse) et Loz Col­bert (bat­te­rie) tra­vaillent avec DJ Erol Al­kan (pro­duc­tion) et avec Alan Moul­der (mixage) dé­jà aux af­faires du temps de “Now­here” et de “Goin’ Blank Again”, al­bums ca­pi­taux dans la sa­ga du groupe. Ces réa­li­sa­teurs ont la bonne idée de fa­vo­ri­ser l’évo­lu­tion à l’in­té­rieur d’un mor­ceau, en gé­né­ral un cres­cen­do qui donne de la vie. OEu­vrant pour la co­ha­bi­ta­tion des deux orien­ta­tions qui ont pro­vo­qué la dis­so­lu­tion vingt ans plus tôt, Ride na­vigue entre une ap­proche di­recte, qua­si­ment rock (“La­te­ral Alice”) et le contem­po­ra­nisme (“All I Want”) tout en conser­vant de ma­nière in­con­di­tion­nelle l’amour de la mé­lo­die. Les struc­tures res­tent clas­siques, cou­plet, re­frain, pont (“Ca­li”) mais, comme chez Oa­sis, une fois la ma­chine lan­cée, rien ne l’ar­rête, l’ab­sence de breaks consti­tuant une ca­rac­té­ris­tique. Les ac­cords mi­neurs et les ar­pèges (très Byrds) sont à l’hon­neur (“White Sands”, “Im­per­ma­nence”). Le charme fonc­tionne quand est at­teint l’équi­libre entre toutes ces ten­dances. ✪✪✪ JEAN-WILLIAM THOURY

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.