LITTLE BOB A MATIGNON

Le Ha­vrais et ses Blues Bas­tards cé­lé­braient la Fête de la mu­sique chez le Pre­mier mi­nistre.

Rock & Folk - - Sommaire 600 - Jé­rôme So­li­gny

Ce 21 juin, ça n’était cer­tai­ne­ment pas la pre­mière fois qu’un groupe de rock se pro­dui­sait dans une cour mi­nis­té­rielle, mais force a été de consta­ter que Little Bob et ses Blues Bas­tards ont créé une douce et belle émeute sur le pa­vé de­vant Matignon, en fai­sant le­ver le poing et la voix du pu­blic qui avait bra­vé la moi­teur ca­ni­cu­laire, et aux em­ployés de la mai­son, sur “Riot In Tou­louse” ou “Lost Ter­ri­to­ries”. Chouette vi­sion. Il faut ad­mettre éga­le­ment qu’en 2017, le Pre­mier mi­nistre Edouard Phi­lippe, ex-maire du Havre, qui à pro­pos des 500 ans de la ville ré­pé­tait à l’en­vi, il y a en­core quelques mois, qu’il sou­hai­tait

“qu’elle rayonne”, a rem­pli sa mis­sion haut le gant de boxe. En­tou­ré de ses fi­dèles et dia­ble­ment ef­fi­caces Gilles Mal­let (gui­tare), Mi­ckey Blow (har­mo­ni­ca), Ber­trand Cou­loume (contre­basse) et Jé­ré­mie Piaz­za (bat­te­rie), Ro­ber­to Piaz­za, le plus Ri­tal des Ha­vrais (à moins que ce ne soit le contraire), à qui on ne peut pas re­pro­cher de sur­fer sur la cote ac­tuelle de la ville puis­qu’il y est tou­jours res­té fi­dèle, a li­vré de couillus ex­traits de “How­lin’ ” et rap­pe­lé pour­quoi cet hé­ri­tier di­rect des grands blues­men qui ont ber­cé sa jeu­nesse fai­sait l’ad­mi­ra­tion de ses ho­mo­logues an­glo-saxons. On a beau pré­fé­rer écou­ter Bob chan­ter avec la mer en dé­cor de fond de scène, le voir au 57 rue de Va­renne, in­vi­té par un Rouen­nais avec une bro­chette de Nor­mands dans la place, était un kif dont il au­rait eu tort de se pri­ver. A l’âge où, quand ils l’at­tein­dront, tous les em­ployés de Matignon (fort sym­pa­thiques au de­meu­rant...) se­ront à la re­traite de­puis long­temps, Bob a une nou­velle fois dé­mon­tré que la mu­sique qui l’anime était af­faire de coeur, de tripes et de sang. Les an­nées ne sont pas près d’éteindre la lueur de ga­min es­piègle dans ses yeux, son en­vie de chan­ter le rock sous la lune et son be­soin de re­par­tir dans la nuit pour se ré­veiller dans son quar­tier, près des bas­sins. Un best of de LBS est an­non­cé, avec un nou­vel al­bum à suivre. Pour les 501 ans du Havre ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.