HEROUVILLE & COM­PA­NY

CHRIS KIMSEY, in­gé­nieur du son de Bad Co, se ré­mé­more Bo­wie, Hi­ge­lin et l’am­biance éthy­lique du fa­meux châ­teau d’Hé­rou­ville

Rock & Folk - - En Vedette -

De­puis quelque temps, on peut lire tout et sur­tout n’im­porte quoi à pro­pos de ce qui s’est pas­sé au châ­teau d’Hé­rou­ville, près de Pon­toise, du­rant l’été 1976. La place nous manque pour tout ra­con­ter ici, mais Bad Com­pa­ny y a bel et bien sé­jour­né en même temps que Da­vid Bo­wie et Iggy Pop qui tra­vaillaient sur “The Idiot”. En vé­ri­té, lorsque Bad Co a dé­bar­qué au my­thique stu­dio ré­si­den­tiel, il a d’abord ré­pé­té les titres qui al­laient de­ve­nir ceux de “Bur­nin’ Sky”. Lorsque Bo­wie a fi­lé à Mu­nich avec Iggy et l’in­gé­nieur du son fran­çais Laurent Thi­bault, le groupe a pu en­re­gis­trer. Se­lon ce der­nier, la co­ha­bi­ta­tion entre le clan Bo­wie et Bad Co n’a du­ré qu’une di­zaine de jours et s’est li­mi­tée à quelques re­gards en chiens de faïence. Bo­wie était bluf­fé par Paul Rod­gers en tant que vo­ca­liste, mais le cô­té blue­sy de son groupe, un peu pri­maire alors qu’Iggy et lui in­ven­taient une sorte d’in­dus­pop, le fai­sait sou­rire. Quant aux roa­dies de Bad Co, as­sez frustes, ils avaient ten­dance à se mo­quer du ma­nié­ré Bo­wie, dans son dos, lors­qu’il dé­am­bu­lait dans le parc du châ­teau. Ayant pro­duit Mott The Hoople, Da­vid connais­sait Mick Ralphs, mais n’a eu que peu de contacts avec lui. A no­ter qu’au dé­but de cette an­née-là, les Bee Gees et Rick Wa­ke­man ont éga­le­ment en­re­gis­tré à Hé­rou­ville, et que Jacques Hi­ge­lin, qui

ha­bi­tait alors la Ber­ge­rie, y a en par­tie mis en boîte “Aler­tez Les Bé­bés”. Il en­tre­te­nait alors avec la jo­lie Kue­lan Nguyen, une re­la­tion par mo­ments as­sez hou­leuse, no­tam­ment lorsque Iggy Pop tour­nait un peu trop au­tour de la fu­ture “Chi­na Girl”... Té­moin clé de l’en­re­gis­tre­ment de “Bur­nin’ Sky”, Chris Kimsey, l’in­gé­nieur du son de­ve­nu pro­duc­teur (Rol­ling Stones, Joan Jett, Psy­che­de­lic Furs, Soul Asy­lum...), s’est

mis en mode flash-back pour Rock&Folk : “Je n’avais ja­mais tra­vaillé avec Bad Com­pa­ny avant ‘Bur­nin’ Sky’ et n’avais ja­mais mis les pieds à Hé­rou­ville. Il est clair que le groupe, comme beau­coup d’An­gloSaxons à l’époque, avait at­ter­ri là pour des rai­sons fis­cales. Je connais­sais le stu­dio de ré­pu­ta­tion, mais en ar­ri­vant, j’ai de­man­dé qu’on change les écoutes car je n’étais pas em­bal­lé par leur son. J’ai fait ve­nir des JBL ! L’en­re­gis­tre­ment n’a pas été une par­tie de ri­go­lade parce que Paul Rod­gers avait des pro­blèmes per­son­nels et pi­co­lait pas mal... Il ar­ri­vait qu’on voie des choses vo­ler par la fe­nêtre de sa chambre au pre­mier étage... En règle gé­né­rale, on ne tra­vaillait pas le week-end et Mick Ralphs était très bon pour or­ga­ni­ser des mo­ments ré­créa­tifs. Un soir, nous sommes tous al­lés dé­gui­sés au Ca­fé de la Paix, à Au­vers-sur-Oise. Cer­tains étaient ha­billés en fille et ont jam­mé une bonne par­tie de la nuit pour les gens du vil­lage. Ils ont joué tout ce qui leur pas­sait par la tête, sauf du rock. Un autre soir, le tour-ma­na­ger a em­me­né le groupe à Pa­ris dans un mi­ni­bus Tran­sit jaune. Après avoir pas­sé la nuit dans un club, ils sont ren­trés à Hé­rou­ville aux pre­mières lueurs du ma­tin et Si­mon Kirke était tel­le­ment saoul qu’une fois le mi­ni­bus ga­ré, il est al­lé jus­qu’à sa chambre en ram­pant. Il re­fu­sait ca­té­go­ri­que­ment qu’on l’aide ! L’am­biance du­rant l’en­re­gis­tre­ment était plu­tôt bonne et même si beau­coup de mor­ceaux ont été éla­bo­rés di­rec­te­ment en stu­dio, il y en a plu­sieurs qui ont bien vieilli. Il ar­ri­vait que Paul soit un peu blo­qué sur le plan de l’écri­ture, mais Mick avait tou­jours de bonnes idées et il le pous­sait à don­ner le meilleur de lui-même. Du­rant le mixage, je me sou­viens que le ni­veau des voix me sem­blait éle­vé, alors qu’en ré­écou­tant ailleurs, ça n’était pas le cas. C’est le pro­blème d’avoir mixé dans une ca­bine que je ne connais­sais pas. Je pense avoir fait un meilleur bou­lot lorsque j’ai tra­vaillé avec Al­vin Lee (de Ten

Years Af­ter) qui était un vrai ami et qui s’y connais­sait en prise de son. Mais pour le reste, c’était su­per. On a bien sûr en­re­gis­tré de l’orage et aus­si la cloche de l’église du vil­lage, toute proche. Je suis cer­tain qu’elle est quelque part sur l’al­bum, mais où ?”

De gauche à droite : Boz Bur­rell, Si­mon Kirke, Paul Rod­gers et Mick Ralphs

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.