Syd, le re­gard per­du...

Rock & Folk - - En Couverture -

Le ré­veil est rude. Avec un seul single peu dif­fu­sé sur les ondes, le groupe est vu comme une cu­rio­si­té pour le pu­blic des clubs pro­vin­ciaux peu en­clins aux hap­pe­nings psy­ché­dé­liques. Les ré­ac­tions vont de l’in­dif­fé­rence à la vio­lence, et de nom­breux pro­mo­teurs re­fusent de payer le groupe après ses pres­ta­tions. Pour­tant Pink Floyd tourne sans re­lâche, sans se rendre compte que la san­té de Syd com­mence à dé­cli­ner et re­vient une fois par mois à l’UFO. Le cou­ron­ne­ment de ce bouillon­ne­ment psy­ché­dé­lique lon­do­nien a lieu lors du 14-Hour Tech­ni­co­lor Dream organisé le 29 avril à l’Alexan­dra Pa­lace. Un fes­ti­val qui réunit la crème de l’un­der­ground (Soft Ma­chine, To­mor­row...) et dont Pink Floyd est la tête d’af­fiche. Du­rant le concert, Syd, le re­gard per­du, épui­sé par un ma­ra­thon de concerts, af­fiche des signes in­quié­tants. Dans son au­to­bio­gra­phie “Gong Drea­ming”, Dae­vid Al­len (Soft Ma­chine puis Gong) dé­crit la si­tua­tion : “Je re­gar­dais, fas­ci­né, ce jeune homme aux yeux fous et fixes qui ca­res­sait sa gui­tare avec des ob­jets en mé­tal. La mu­sique ain­si créée était presque wag­né­rienne dans sa puis­sance émo­tion­nelle (...). Néan­moins il y avait quelque chose de dé­ran­geant à sa ra­cine. Le gui­ta­riste au glis­san­do don­nait l’im­pres­sion qu’il n’avait pas en­vie d’être là.” Quinze jours plus tard, le groupe pu­blie son deuxième single “See Emi­ly Play” qui se classe à la cin­quième po­si­tion des charts, ce qui per­met au groupe de pas­ser à Top Of The Pops avant de fi­ler en­re­gis­trer son pre­mier al­bum à Ab­bey Road. Des séances qui par­viennent à sai­sir l’es­sence de Syd une der­nière fois avant que son feu sa­cré ne s’éteigne. En­re­gis­tré es­sen­tiel­le­ment entre fé­vrier et mai, “The Pi­per At The Gates Of Dawn” sort au cré­pus­cule du Sum­mer Of Love, le 5 août 1967. C’est dé­jà une pho­to­gra­phie du pas­sé. Le Syd fa­cé­tieux que l’on en­tend sur les comp­tines lu­mi­neuses que sont “Bike” ou “Lu­ci­fer Sam” n’est dé­jà qu’un sou­ve­nir. Son été de l’amour se dé­roule à For­men­te­ra, une île au large d’Ibi­za, en com­pa­gnie d’un mé­de­cin et de sa pe­tite amie. Son com­por­te­ment er­ra­tique em­pire, si bien qu’une se­maine exac­te­ment après la sor­tie de “The Pi­per”, Pink Floyd an­nule sa ve­nue au Wind­sor Jazz Fes­ti­val, of­fi­ciel­le­ment pour cause de “fa­tigue

ner­veuse”. La pre­mière an­nu­la­tion d’une longue sé­rie, et dé­jà le dé­but de la fin pour Syd, qui n’a alors que 21 ans. ★

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.