The Strypes

“Spit­ting Image”

Rock & Folk - - Disques Pop Rock - SA­CHA RO­SEN­BERG

Ce troi­sième al­bum se­ra majeur dans la car­rière des Strypes. Dé­jà parce qu’au­jourd’hui réus­sir à faire trois al­bums quand on fait du rock à gui­tares est un pe­tit ex­ploit et sur­tout, parce que c’est le pre­mier al­bum où les membres du groupe ont en­fin tous 18 ans ! Pa­ra­doxa­le­ment, à l’âge où le comp­toir leur est ac­ces­sible pour autre chose qu’une gre­na­dine, les Ir­lan­dais ont dé­ci­dé de sor­tir du pub rock. Jeunes sur la carte d’iden­ti­té, ils sont dé­jà de vieux bris­cards du rock et ce­la se sent. “Spit­ting Image” est un al­bum tout en maî­trise, bien loin de la mo­no­chro­mie des an­ciens. On na­vigue entre ar­ran­ge­ments eigh­ties sur “Con­se­quence”, pe­tite gui­tare acous­tique d’été sur “Great Ex­pec­ta­tions” ou en­core, sur “Tur­nin’ My Back”, cla­vier et ryth­mique em­prun­tés à Lio. Pas d’in­quié­tude ce­pen­dant, les so­los gé­né­reux et l’har­mo­ni­ca sont tou­jours là. Un gros tra­vail a aus­si été fait sur les mé­lo­dies. Ross Far­rel­ly, le chan­teur, a com­pris qu’il pou­vait uti­li­ser sa voix au­tre­ment qu’en grillant ses cordes vo­cales. Il peut dé­sor­mais aus­si chan­ter. Le bi­no­clard a lais­sé la braillar­dise ro­cailleuse der­rière lui, sa voix évoque dé­sor­mais une nuit d’amour câ­line entre Paul McCart­ney et Jake Bugg dans le Los An­geles des an­nées 70. Pop à sou­hait, “Spit­ting Image” nous ap­prend que les Strypes ont écou­té les Beatles et se sont dit:“Hey,c’ estp as mal ce truc en fait !” Le tour de force, c’est d’avoir dé­mé­na­gé men­ta­le­ment à Li­ver­pool mais en gar­dant leur dé­co Ir­lan­daise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.