El Mar­gi­nal

Les films de pri­son sont un peu comme les films de sous-ma­rin :

Rock & Folk - - Série Du Mois -

sys­té­ma­ti­que­ment ten­dus, joyeu­se­ment étouf­fants, tou­jours dis­trayants. Comme si re­trou­ver un conden­sé d’hu­ma­ni­té dans un lieu clos per­met­tait au spec­ta­teur de s’iden­ti­fier d’avan­tage à cer­tains per­son­nages. Un bon plan pour les grandes stars du sep­tième art qui se sont toutes re­trou­vées un jour ou l’autre der­rière les bar­reaux. De Clint East­wood dans “L’Eva­dé D’Al­ca­traz” à Steve McQueen dans “Pa­pillon” en pas­sant par Sean Penn (“Bad Boys”), Sean Con­ne­ry (“La Col­line Des Hommes Per­dus”), Jean Ga­bin (“La Grande Illu­sion”), Syl­ves­ter Stal­lone (“Haute Sé­cu­ri­té”) ou Paul New­man (“Luke La Main Froide”). Voire Ri­chard Ber­ry-qui-se-la-pète (“L’Ad­di­tion”) et Sophie Mar­ceau-seins-nus (“La Tau­larde”). Age d’or du feuille­ton té­lé ai­dant, le genre s’est at­ta­qué au pe­tit écran avec de re­mar­quables sé­ries tau­lardes sur fond de des­cente aux en­fers et de re­pli sur soi. Voir “Oz”, “Orange Is The New Black” ou le plus mains­tream “Pri­son Break” re­ve­nu ré­cem­ment après sept ans d’ab­sence avec une nou­velle sai­son aus­si in­utile que ro­bo­ra­tive. Plu­tôt que cette der­nière, mieux vaut donc al­ler scru­ter du cô­té ar­gen­tin. Boos­té par la bonne qua­li­té de films qui se sont ré­cem­ment ex­por­tés dans le monde en­tier (comme “Les Nou­veaux Sau­vages” qui re­trouve l’es­prit de la co­mé­die ita­lienne acide des an­nées 70 ou “Dans Ses Yeux”, mé­lo/ th­riller in­ten­sif ré­com­pen­sé par l’Os­car du meilleur film étran­ger), l’Ar­gen­tine com­mence aus­si à as­su­rer cô­té sé­ries. Grand prix au fes­ti­val Sé­ries Ma­nia 2016 sous pré­si­dence du grand Da­vid Chase, le créa­teur de “The So­pra­nos” (la meilleure sé­rie du monde. Avec “Plus Belle La Vie”, bien sûr !), “El Mar­gi­nal” a scot­ché son monde. Car, à la dif­fé­rence d’ “Oz” et “Pri­son Break” qui jouent tous deux avec les codes des films de pri­son fa­çon sé­rie B, “El Mar­gi­nal” ancre cha­cun de ses épi­sodes dans un réa­lisme im­mer­sif. Si le pos­tu­lat de base est as­sez sim­pliste (un ex-flic de­ve­nu tau­lard ac­cepte, pour re­trou­ver la li­ber­té, d’in­fil­trer un gang dans une pri­son-fa­ve­la afin de re­trou­ver la fille d’un juge kid­nap­pée), le trai­te­ment, lui, est un peu dif­fé­rent. Tout en re­trou­vant les grands mo­ments in­hé­rents au genre (rè­gle­ments de compte sous les douches, as­sas­si­nat à l’ar­rache, tra­fic en tout genre, guerre de clans, ma­chisme am­biant), “El Mar­gi­nal” se per­met d’étranges apar­tés hu­mo­ris­tiques avec une ga­le­rie de pri­son­niers bar­rés (dont un nain agres­sif) qui, pour beau­coup, semblent sor­tir d’une veille co­mé­die so­cia­lo/ anar de Jean-Pierre Mo­cky. Mais en ver­sion mi­sère hu­maine. “El Mar­gi­nal” fonc­tionne aus­si et sur­tout sur sa cru­di­té na­tu­ra­liste. Comme si, à l’ins­tar d’autres grands films de pri­son des an­nées 70/ 80 (l’an­glais “Scum” d’Alan Clarke, le bré­si­lien “Pixote” d’Héc­tor Ba­ben­co), on se re­trou­vait au coeur d’un do­cu­men­taire pris sur le vif. Sans échap­pa­toire. Et avec un ul­time épi­sode comme seule porte de sor­tie. ( En­dif­fu­sion­cha­que­lun­di­surCa­nal+)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.