Rick Es­trin & The Night­cats

Rock & Folk - - Disque du Mois -

AL­LI­GA­TOR/SO­CA­DISC

Le plus simple, c’est en­core d’ap­pe­ler ça du rhythm’n’blues, hor­lo­ge­rie fine, res­sorts puis­sants, ré­glages mil­li­mé­trés, entre la po­chade réus­sie, l’exer­cice de style poin­tu et une évi­dente per­son­na­li­té dans le song­writ­ting. Après, le R&B des Night­cats mi­roite et jette toutes sortes de re­flets, swing et funk dou­ce­ment ba­lan­cés, jump et même pub rock par­fois. Pas fa­cile de dé­fi­nir un al­bum de cet aca­bit, pour­tant ex­cellent, avec un zeste d’en­thou­siasme. La faute à Rick Es­trin qui re­garde son oeuvre de loin, iro­nique, comme un bri­co­leur sur­doué ne vou­lant sur­tout pas se la jouer ar­tiste. Les Night­cats en sont là de­puis leur pre­mier disque en 1987, mais leur lea­der d’alors, Lit­tle Char­lie, était un gui­ta­riste gran­diose dont les so­los ra­va­geurs bluf­faient cette au­to­dé­ri­sion in­trin­sèque au groupe. Les Cats ont gra­vé 9 al­bums chez Al­li­ga­tor, les 4 der­niers avec Rick, qui les conduit de­puis 2009. On ne l’en­ten­dra ja­mais se mou­cher dans une bal­lade dé­chi­rante, lui qui ra­conte des his­toires ri­go­lotes et joue si bien de l’har­mo­ni­ca. Il as­sume cette mo­des­tie, cons­cient que les meilleures blagues ne marchent qu’une fois. Les Cats le suivent, confor­tables d’un im­mense ca­pi­tal. Lo­ren­zo Far­rell aux cla­viers, plus deux Nor­vé­giens. Le bat­teur Alex Pet­ter­sen rap­pelle Fred Be­low, au­tant que Rick peut rap­pe­ler Lit­tle Wal­ter, et les Cats, par­fois les Aces. Kid An­der­sen, par­ti­cu­liè­re­ment brillant sur “Ten­der Hear­ted”, donne la gui­tare, la basse, la contre­basse, pro­duit et leur a ou­vert son stu­dio de San Jose. C’est sur les ins­tru­men­taux qu’ils brûlent vrai­ment la graisse. Ici, c’est quand même “Grea­se­land” pu­tain ! CH­RIS­TIAN CA­SO­NI

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.